Les bienfaits et les méfaits de la raquette à neige

Dernière mise à jour 21/01/16 | Article
Les bienfaits et les méfaits de la raquette à neige
Mobilité douce et grands espaces, la raquette à neige devient un sport d’hiver de plus en plus populaire. Découvrez les avantages et les inconvénients de sa pratique.

Bon pour le cœur

La randonnée en raquettes est excellente pour le système cardiovasculaire, car elle permet à la fois un effort d’endurance et des accélérations ponctuelles, qui stimulent la pompe cardiaque.

Renforcement musculaire et équilibre

Sur un chemin balisé, la raquette demande moins d’efforts. Mais dès qu’il y a davantage de neige, ce mouvement sollicite les muscles des jambes et du bassin.

De même, le sens de l’équilibre et les muscles stabilisateurs sont stimulés. Pas après pas, on ne sait jamais quel appui va trouver la raquette. Si le pied s’enfonce, le corps doit réagir au quart de tour.

Bon pour le mental

Cadre naturel, superbes paysages enneigés, air frais… la promenade en raquettes est excellente pour aérer son corps et se vider la tête.

Des bénéfices nombreux, mais de la prudence

Accessible à tous, ludique, «modulable en fonction des envies et des capacités», la raquette à neige séduit à raison, selon le Dr Stéphane Borloz, médecin du sport à la clinique Bois-Cerf. Qui ajoute que ce loisir est «un excellent moyen de faire bouger la population, qui plus est pour un budget limité».

Néanmoins, prévient le spécialiste, «c’est une activité de montagne, avec les risques que cela implique». Ainsi, emporter un détecteur de victimes d’avalanches est conseillé si l’on sort des sentiers battus. De plus, il faut être conscient que certaines pistes sont plus risquées que d’autres en fonction des conditions météorologiques. Pour vous assurer de la sécurité de votre itinéraire, les guides sont vos interlocuteurs, explique le médecin, suivez donc leurs conseils. De même, respectez la faune dont vous traversez l’habitat naturel.

Gare aux genoux

Lors d’une descente dans une grosse neige, il est possible que la raquette se coince, entraînant une entorse du genou. Mais de tels accidents sont rares.

Attention à l’altitude

Une ballade à raquettes peut amener rapidement à prendre de l’altitude. Et, contrairement au ski alpin, on reste longtemps à cette hauteur où, de plus, l’on effectue un effort physique. Dans un environnement où l’oxygène se fait rare, nos besoins sont augmentés. Les personnes ayant des soucis cardiaques devraient en discuter au préalable avec leur médecin, pour s’assurer de pouvoir s’adonner à une activité qui est, somme toute, soutenue.

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Dopage
Dopage sportif: la vérité sur l’«Aicar» et le «GW1516»

Dopage sportif: la vérité sur l’«Aicar» et le «GW1516»

Ces deux mystérieuses molécules sont au centre de bien des rumeurs dans les milieux sportifs. Elles ne...
Lire la suite
Voyages
maladie_accident_vacances

Maladie, accident et vacances: les droits et obligations du salarié

Les vacances sont en principe synonymes de plaisir. Toutefois, nul n’est à l’abri d’une maladie ou d’un...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
meilleur_medicament_activite

Pas de meilleur médicament que l’activité physique

Effet antidouleur, baisse du cholestérol, renforcement du squelette, diminution du risque de cancer, élixir pour doper moral et mémoire: l’activité physique semble bien être le médicament le plus puissant qui soit.
coeur_prevenir_fatigue

Ecouter son cœur pour prévenir la fatigue

Le développement de capteurs bon marché et d’applications dévolues a démocratisé le recours à l’analyse de la variabilité de la fréquence cardiaque. Si ses promesses sont grandes, la méthode présente des limites.
 alimentation_sport_alliee

Alimentation et sport: comment faire de la première une alliée pour le second?

Boissons énergétiques, barres en tout genre, cocktails survitaminés, poudres pour solutions protéinées: l’arsenal diététique envahit les salles de sport. Notre corps en a-t-il vraiment besoin? Décryptage avec le Pr Bengt Kayser, directeur de l’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne.
Videos sur le meme sujet

Vieillir musclé

Le muscle perd près de 50% de sa masse musculaire entre 30 et 80 ans. Cependant, il est possible de combattre cette fonte musculaire en pratiquant des exercices physiques réguliers et adaptés, permettant de regagner du muscle, même après 80 ans.

Vieillir musclé

Le muscle perd près de 50% de sa masse musculaire entre 30 et 80 ans.

L’Amérique à vélo: l’incroyable défi d’une ex-sédentaire

Le sport, ça vous gagne. Tout le monde le sait! La sédentarité demeure toutefois un problème en Suisse: 25% de la population ne fait pas assez d’activité physique et les conséquences sur la santé sont multiples.