Les bienfaits et les méfaits de la raquette à neige

Dernière mise à jour 21/01/16 | Article
Les bienfaits et les méfaits de la raquette à neige
Mobilité douce et grands espaces, la raquette à neige devient un sport d’hiver de plus en plus populaire. Découvrez les avantages et les inconvénients de sa pratique.

Bon pour le cœur

La randonnée en raquettes est excellente pour le système cardiovasculaire, car elle permet à la fois un effort d’endurance et des accélérations ponctuelles, qui stimulent la pompe cardiaque.

Renforcement musculaire et équilibre

Sur un chemin balisé, la raquette demande moins d’efforts. Mais dès qu’il y a davantage de neige, ce mouvement sollicite les muscles des jambes et du bassin.

De même, le sens de l’équilibre et les muscles stabilisateurs sont stimulés. Pas après pas, on ne sait jamais quel appui va trouver la raquette. Si le pied s’enfonce, le corps doit réagir au quart de tour.

Bon pour le mental

Cadre naturel, superbes paysages enneigés, air frais… la promenade en raquettes est excellente pour aérer son corps et se vider la tête.

Des bénéfices nombreux, mais de la prudence

Accessible à tous, ludique, «modulable en fonction des envies et des capacités», la raquette à neige séduit à raison, selon le Dr Stéphane Borloz, médecin du sport à la clinique Bois-Cerf. Qui ajoute que ce loisir est «un excellent moyen de faire bouger la population, qui plus est pour un budget limité».

Néanmoins, prévient le spécialiste, «c’est une activité de montagne, avec les risques que cela implique». Ainsi, emporter un détecteur de victimes d’avalanches est conseillé si l’on sort des sentiers battus. De plus, il faut être conscient que certaines pistes sont plus risquées que d’autres en fonction des conditions météorologiques. Pour vous assurer de la sécurité de votre itinéraire, les guides sont vos interlocuteurs, explique le médecin, suivez donc leurs conseils. De même, respectez la faune dont vous traversez l’habitat naturel.

Gare aux genoux

Lors d’une descente dans une grosse neige, il est possible que la raquette se coince, entraînant une entorse du genou. Mais de tels accidents sont rares.

Attention à l’altitude

Une ballade à raquettes peut amener rapidement à prendre de l’altitude. Et, contrairement au ski alpin, on reste longtemps à cette hauteur où, de plus, l’on effectue un effort physique. Dans un environnement où l’oxygène se fait rare, nos besoins sont augmentés. Les personnes ayant des soucis cardiaques devraient en discuter au préalable avec leur médecin, pour s’assurer de pouvoir s’adonner à une activité qui est, somme toute, soutenue.

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Bouger pour sa santé
boissons_isotoniques_utiles

Les boissons isotoniques sont-elles utiles?

Objet de nombreuses campagnes publicitaires, les boissons isotoniques promettent performances et résistance...
Lire la suite
Randonnée
Randonner en ménageant ses pieds

Randonner en ménageant ses pieds

S’aérer en marchant est très bénéfique pour le corps et l’esprit… si l’on prend des précautions pour...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
itw_danierl_perler

Daniel Perler: «Les mots croisés ou la télé, très peu pour moi!»

Gravir 60 sommets de plus de 6000 mètres avant ses 69 ans, voici le défi fou que s’est lancé Daniel Perler, postier de Prangins à la retraite. Passionné d’alpinisme et animé d’une ténacité à toute épreuve, il nous raconte son incroyable projet.
preadolescents_bougent_plus

Les préadolescents ne bougent plus assez

Selon une étude réalisée par l’Université de Genève, les enfants perdent l’envie de se dépenser, dès l’âge de 9 ans déjà. Implications et solutions.
PULS_activite_physique_ordonnance

L’activité physique, bientôt sur ordonnance?

Elle s’impose peu à peu comme une recommandation indispensable dans de nombreux parcours thérapeutiques. Explications avec le Dr Maximilian Schindler, médecin adjoint à l’Unité de médecine physique et réadaptation orthopédique des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
Videos sur le meme sujet

Les ados suisses ne bougent pas assez

Les jeunes Suisses ne bougent pas assez.

Les bienfaits de la danse sur le cerveau

La danse stimulerait les connexions cérébrales, préserverait la santé, réconcilierait le corps et le cerveau et pourrait ressouder le couple ou stimuler les équipes.

Sédentarité: la chaise qui tue

La sédentarité, c’est dangereux. Or notre société nous pousse à bouger de moins en moins. D’après les spécialistes, les autorités et le grand public ne prennent pas suffisamment au sérieux les dangers de l’inactivité physique.