Loin d’être stables, les manières de dormir ont évolué au cours du temps

Dernière mise à jour 06/11/16 | Questions/Réponses
manieres_dormir
Le sommeil est une fonction biologique qui s’est transformée au cours du temps et qui continue à évoluer. Il fut ainsi un temps où se réveiller au milieu de la nuit n’avait rien d’anormal. Les explications du Dr José Haba-Rubio, neurologue au Centre d’investigation et de recherche du sommeil (CIRS) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et co-auteur de «Je rêve de dormir» aux éditions Favre.

L’une des découvertes que l’on fait en lisant votre livre, c’est que le sommeil a évolué au cours du temps. On ne dormait pas de la même manière dans l’Antiquité que maintenant?

Oui, c’est assez étonnant. Aujourd’hui, le sommeil peut être qualifié de monophasique. Les gens dorment généralement la nuit et d’une seule traite sans se réveiller. Mais au Moyen-Âge ou durant l’Antiquité, ce n’était pas le cas. Le sommeil était biphasique. On allait se coucher très tôt mais on ne dormait pas tout de suite. Une première phase d’éveil relaxé devait durer environ deux à trois heures. Puis les gens dormaient pendant un ou deux cycles, soit environ quatre heures et se réveillaient au milieu de la nuit. Selon les récits qu’on a pu retrouver, les gens discutaient ou marchaient pendant une à deux heures puis se rendormaient. Contrairement à ce que pensent généralement les gens, il n’est donc pas si anormal de se réveiller la nuit et de se rendormir!

Comment le cerveau gère-t-il ces phases d’éveil et de sommeil?

Le sommeil est une fonction régulée par deux mécanismes. Le premier est de type homéostatique. Pendant toute la phase d’éveil, on accumule un besoin de sommeil qui, en fin de journée, atteint un niveau suffisant pour provoquer une envie de dormir et déclencher un premier sommeil. Ce besoin de sommeil va «s’épuiser» assez rapidement et c’est un autre mécanisme, appelé circadien, qui prend le relais. Il s’agit d’une horloge interne qui règle sur une période de vingt-quatre heures les phases d’éveil et de sommeil. Au milieu de la nuit, cette horloge est en mode sommeil et c’est elle qui fait que l’on continue à dormir.

Cette fonction de sommeil est-elle universelle?

Oui, tous les animaux que nous connaissons dorment. Et même les plantes connaissent un cycle qui ressemble à un rythme circadien de sommeil et de repos. Les différentes manières de dormir ont évolué au cours du temps et continuent de changer. En fait, le sommeil s’adapte sans cesse à l’environnement pour que l’espèce puisse survivre.

Bien dormir, cela s’apprend-il?

Oui. C’est un peu comme avec la nourriture. Manger est une fonction universelle et vitale, comme le sommeil. Mais bien manger, comme bien dormir, c’est autre chose que simplement manger ou dormir. Il s’agit d’un comportement que chacun doit apprendre. Dès l’âge de six mois, l’enfant possède tous les mécanismes cérébraux pour faire des nuits complètes. Il est important qu’il apprenne à ce moment non seulement à s’endormir tout seul mais aussi à se rendormir sans une aide externe.

Dormait-on mieux dans le passé?

Ce que l’on imagine communément, c’est que l’on dormait plus longtemps quand il n’y avait pas d’électricité, pas de télévision et pas d’internet. La réalité n’est pas aussi simple. Un chercheur américain qui a pu observer et interviewer trois tribus, deux en Afrique et une en Amérique du sud, qui vivaient encore loin de toute civilisation et plus ou moins dans les mêmes conditions que nos ancêtres chasseurs-cueilleurs, a pu constater que ces populations dormaient en moyenne 6,4 heures par nuit! Autrement dit, elles ne dormaient donc pas plus longtemps que nous. Par contre, aucune d’entre elles n’avait dans leur langage des termes pour nommer des problèmes de sommeil comme l’insomnie. Les gens ne comprenaient simplement pas ce que signifie cette expérience qui nous semble si importante. Ce qui a surtout changé au cours de l’histoire, ce n’est donc pas tellement la quantité de sommeil que sa qualité. La société moderne, avec son culte de la performance et la valorisation de surhommes qui ne dorment pour ainsi dire jamais, a d’une certaine manière inventé ces troubles.

A LIRE AUSSI

Sommeil
soigner_jambes_sans_repos

Mieux soigner le syndrome des jambes sans repos

Beaucoup plus fréquent qu’on ne le croit, ce syndrome handicapant reste une affection sous-estimée, mal...
Lire la suite
Apnée du sommeil
test_detecte_apnee

Un test très simple détecte l’apnée du sommeil

Il existe désormais un test rapide et très fiable pour détecter les personnes qui risquent de souffrir...
Lire la suite
Somnambulisme
Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Dormir debout, c’est possible pour les somnambules. Zoom sur un trouble pas si rare, et même fréquent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_cauchemar_jambes_repos

Le cauchemar des jambes sans repos

Ce syndrome concerne 7 à 10% de la population, en particulier des femmes.
bien_dormir_ete

Bien dormir en été

Les fortes chaleurs ont un impact sur notre forme et nos activités durant la journée, mais perturbent aussi nos nuits.
manque_sommeil_risque

Manque de sommeil: un risque pour la santé

Les nuits perturbées ne font pas que nous priver des nombreux effets bienfaiteurs du sommeil, elles ont aussi d’autres conséquences indésirables. Somnolence, dépression et obésité sont quelques-uns des maux qui guettent les mauvais dormeurs.
Videos sur le meme sujet

Le bercement est bon pour le sommeil et la mémoire

Endormissement plus rapide, sommeil profond plus long, moins de micro réveils et renforcement de la mémoire: le bercement a de multiples vertus.

Le mauvais sommeil peut être génétique

Les problèmes de sommeil peuvent avoir une origine génétique.

La sieste et ses vertus

Faire la sieste n'est pas une habitude forcément bien vue sous nos latitudes.
Maladies sur le meme sujet
Insomnie

Insomnies

Les troubles du sommeil constituent un véritable problème de santé publique, tant par leur fréquence que par leurs répercussions humaines, sociales et économiques.