Le traitement des apnées obstructives du sommeil

Dernière mise à jour 02/11/11 | Article
Femme soucieuse du souffle de son partenaire
Il existe de nombreux modèles d’appareils pour le traitement des apnées obstructives du sommeil. Toujours plus sophistiqués et moins encombrants, les fabricants recherchent des moyens pour les rendre plus agréables à l’utilisation, mais le sont-ils vraiment ?

L’enjeu est important car le marché potentiel pour l’industrie est considérable. Aux Etats-Unis, on estime que le syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) touche 2% de la population adulte féminine et 4% des hommes. Des données lausannoises récentes (R Heinzer et coll, CHUV) suggèrent que la prévalence pourrait être en fait bien plus élevée. Autrement dit, une part significative de la population, au moins 150’000 personnes en Suisse selon une estimation de la LPS, souffre de problèmes respiratoires en dormant. Il s’agit donc d’un problème de santé publique important. Sans traitement, le SAHOS peut entraîner une somnolence diurne, et dégrader considérablement la qualité de vie. Le SAHOS est  également un facteur de risque pour la survenue d’accidents vasculaires cérébraux et cardiaques.
 Le traitement principal consiste depuis une trentaine d’années à appliquer une pression positive continue sur les voies aériennes supérieures via un masque nasal ou facial afin de constituer une « attelle pneumatique » empêchant l’obstruction récurrente des voies aériennes qui caractérise le SAHOS. On parle de “pression positive continue” (PPC) ou CPAP (continuous positive airway pressure). L’idée d’un appareillage nocturne n’est acceptée que par 50 à 90% des patients et, à long terme, seuls 60 à 70% de ceux qui auront été équipés poursuivent leur traitement. Les patients s’en plaignent pour différentes raisons qui, pour nombre d’entre elles, peuvent être partiellement ou totalement corrigées: inconfort, fuites au niveau du masque, sécheresse des muqueuses, sensation désagréable d’avaler de l’air, difficulté à expirer, claustrophobie, bruit.

Des appareils sophistiqués

Pour améliorer le confort du patient et son adhérence à la PPC, de nouveaux appareils, dotés d’une informatique et d’algorithmes sophistiqués, sont mis sur le marché. Le nombre de modes thérapeutiques actuellement disponibles peut rendre le clinicien confus ; de plus les nouveaux outils, s’ils sont étonnants, ne sont pas forcément plus efficaces.
 Ainsi, les « auto-PPC » sont conçus pour détecter de manière continue les évènements respiratoires (apnées, hypopnées, ronflements) et ajuster en conséquence la pression dans les voies aériennes supérieures. La plupart des appareils actuellement sur le marché offrent l’option auto-PPC. Ils n’ont pourtant pas démontré leur supériorité clinique par rapport aux modèles traditionnels, à pression fixe.

Des résultats modestes

Certains appareils sont munis d’un « réducteur de pression à l’expiration » ou RPE (les patients sous PPC se plaignent régulièrement d’avoir le sentiment d’expirer contre une résistance) qui permet de diminuer la pression contre laquelle le patient expire au début de l’expiration. Plusieurs degrés de diminution du flux expiratoire peuvent être appliqués. Quelques travaux ont comparé l’impact de la PPC avec ou sans réducteur de pression sur la structure du sommeil, l’adhérence et la tolérance face au traitement. Ils tendent à montrer que les traitements sont comparables en termes d’efficacité avec parfois la perception d’un confort accru, ceci toutefois sans impact significatif sur le nombre d’heures d’utilisation de l’appareil par le patient.
 Un autre algorithme, le système « A-flex », développé par la firme Philips-Respironics, propose un mode autopiloté complexe qui associe un RPE à une variation automatique de la pression qui n’atteint la valeur de consigne que lors de l’inspiration : ainsi, la pression fournie est plus basse pendant tout l’expirium. Ce mode, bien qu’intéressant, n’a fait l’objet d’aucune validation.Deux firmes ont en outre exploité un principe utilisé dès la fin des années 1980, la ventilation à deux niveaux de pression, mais avec des algorithmes très sophistiqués et spécifiquement conçus pour le traitement du SAHOS. Philips-Respironics propose ainsi le « Biflex », alors que la compagnie australienne Resmed a créé une autre auto-PPC à deux niveaux de pression « Auto 25 ». Les deux modèles réagissent de façon différentiée aux événements respiratoires et sont conçus pour des patients souffrant d’un SAHOS sévère. Il est important de noter que ces appareils ne sont pas faits pour une utilisation en dehors de l’indication SAHOS et ne représentent pas des alternatives à la ventilation à deux niveaux de pression conventionnelle.

Depuis la description originale de l’utilisation de la PPC, en 1981, le chemin parcouru sur le plan technologique dans le traitement du SAHOS est spectaculaire mais les résultats en termes d’impact clinique sont étonnamment modestes, notamment sur l’acceptabilité de la PPC et l’adhérence au traitement. De nombreux algorithmes développés par l’industrie doivent encore être testés et validés par des organismes indépendants. Il est également important de noter que l’adhérence au traitement est influencée par de nombreux facteurs indépendants du mode ou de la pression de la PPC utilisée. L’éducation thérapeutique ainsi qu’un suivi rapproché lors de la période de mise en route du traitement sont primordiaux.

Références

Adapté de « Pneumologie : Traitement du syndrome d’apnées obstructives du sommeil par pression positive continue (PPC) », Pr J.-P. Janssens, Service de pneumologie, S. Molleyres, H. Takahashi, O. Contal, Equipe de soins respiratoires, HUG, in Revue médicale suisse 2010; 6 : 132-6, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Somnambulisme
Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Dormir debout, c’est possible pour les somnambules. Zoom sur un trouble pas si rare, et même fréquent...
Lire la suite
Apnée du sommeil
test_detecte_apnee

Un test très simple détecte l’apnée du sommeil

Il existe désormais un test rapide et très fiable pour détecter les personnes qui risquent de souffrir...
Lire la suite
Apnée du sommeil
Aspirateur

Les secrets révélés de l'apnée du sommeil

Des millions de personnes s’étouffent chaque nuit. La coupable? L’évolution.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
manieres_dormir

Loin d’être stables, les manières de dormir ont évolué au cours du temps

Le sommeil est une fonction biologique qui s’est transformée au cours du temps et qui continue à évoluer. Il fut ainsi un temps où se réveiller au milieu de la nuit n’avait rien d’anormal. Les explications du Dr José Haba-Rubio, neurologue au Centre d’investigation et de recherche du sommeil (CIRS) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et co-auteur de «Je rêve de dormir» aux éditions Favre.
sommeil_fatalite

Même s’ils sont de plus en plus fréquents, les troubles du sommeil ne sont pas une fatalité

De plus en plus observé et contrôlé, le sommeil reste une fonction biologique mystérieuse. Pourquoi certains ont de la peine à s’endormir? Et comment aborder les problèmes d’insomnie? Les réponses du Dr Raphaël Heinzer, co-auteur du livre «Je rêve de dormir» aux éditions Favre et fondateur du Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil (CIRS) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) qui fêtera ses dix ans le 13 décembre prochain.
Stimuler notre mémoire en dormant

Stimuler notre mémoire en dormant

Stimuler notre cerveau durant la nuit avec des sons, au rythme de ses oscillations naturelles, pourrait améliorer notre faculté de mémorisation. C'est ce que suggère une étude allemande originale parue dans une revue médicale réputée. Nous pourrions un jour en tirer parti pour améliorer notre mémoire.
Videos sur le meme sujet

Troubles du sommeil: la fin du cauchemar!

Lorsque nos nuits se passent mal, ce sont nos journées qui trinquent. On est fatigué, irritable, somnolent, dangereux parfois. Cette émission s'intéresse aux troubles du sommeil avec l'avis d'un expert médecin et directeur du centre lausannois du sommeil.

Insomnie: quand les nuits deviennent blanches

Après 40 ans, environ une personne sur quatre dort mal, voire très mal. Et les conséquences d'un mauvais sommeil peuvent être très nombreuses.

Le sommeil et ses troubles

Environ une personne sur trois se plaint de troubles du sommeil. Explications et témoignages en vidéo.
Maladies sur le meme sujet
Insomnie

Insomnies

Les troubles du sommeil constituent un véritable problème de santé publique, tant par leur fréquence que par leurs répercussions humaines, sociales et économiques.