Dormir, un processus par étapes

Dernière mise à jour 30/07/18 | Article
dormir_processus_etapes
Située au centre de notre cerveau, une horloge biologique nous indique qu’il est l’heure de nous coucher. Une fois les yeux fermés, nous passons par différentes phases de sommeil: endormissement, puis sommeil lent léger, lent profond, et paradoxal. Un cycle qui se répète à plusieurs reprises.

Comme tous les mammifères, nous sommes dotés d’une horloge interne située dans une petite structure –le noyau suprachiasmatique– qui se trouve dans l’hypothalamus, au centre de notre cerveau, derrière nos yeux. Cette pendule biologique est réglée sur un rythme circadien qui dure un peu plus de 24 heures. Elle se synchronise avec le jour et la nuit en fonction de la lumière et, lorsque le jour touche à sa fin, elle nous envoie des signaux pour nous avertir qu’il est l’heure de dormir. C’est elle qui fait diminuer la température de notre corps lorsqu’il est temps de nous mettre au lit. C’est elle aussi qui, lorsque la lumière baisse, incite notre glande pinéale, située au centre de la tête sous le cerveau, à sécréter de la mélatonine, que l’on appelle à juste titre «l’hormone du sommeil».

Les différentes phases du sommeil

Le premier stade de notre cycle de sommeil est l’endormissement. Une fois la lumière éteinte, nos paupières se ferment, notre respiration devient plus lente, nos muscles se relâchent, notre cerveau fonctionne au ralenti. Cette phase dure en moyenne un quart d’heure. C’est une sorte de demi-sommeil pendant lequel on est parfois capable de percevoir les bruits de l’environnement. Nos muscles, qui sont pourtant détendus, subissent des petites contractions qui nous donnent parfois l’impression que nous tombons brusquement dans le vide. C’est désagréable, mais cela n’a rien d’inquiétant.

Puis survient une phase plus longue, le sommeil lent léger. Ce stade occupe environ la moitié de la durée du sommeil. Ce sommeil est plus profond que le précédent, mais reste assez léger et nous pouvons encore nous réveiller relativement facilement.

Durant la phase suivante, le sommeil lent profond, notre cerveau se met au repos, notre respiration devient encore plus régulière, notre cœur bat mollement et notre tonus musculaire diminue. Il est très difficile de s’extraire de ce type de sommeil; lorsque l’on nous réveille à ce moment-là, nous avons les jambes qui flanchent et nous nous sentons groggy. Ce sommeil profond est le plus réparateur: plus il dure longtemps, plus on a l’impression d’être reposé.

Finalement intervient le sommeil paradoxal. A ce stade, nos yeux n’arrêtent pas de bouger dans leurs orbites, alors que nos muscles restent flasques et que notre corps est comme paralysé. Quant à notre cerveau, il fonctionne à plein régime, au point que les ondes cérébrales enregistrées par électro-encéphalographie (EEG) sont quasiment les mêmes que pendant l’éveil. C’est à ce stade que nous rêvons le plus. Notre respiration se fait alors plus irrégulière et notre cœur bat au rythme du contenu émotionnel de nos rêves.

Des cycles répétés

Après la période d’endormissement, nous enchaînons habituellement quatre à six de ces cycles de sommeil –lent léger, lent profond, puis paradoxal– qui durent chacun environ une heure et demie. C’est lors des premiers de ces cycles que le sommeil profond est le plus important, c’est pourquoi il est si difficile de nous réveiller au début de la nuit. Puis ce sommeil laisse de plus en plus de place au sommeil paradoxal qui devient plus long en fin de nuit.

Excitations nocturnes automatiques

Quel que soit le contenu de nos rêves, le sommeil paradoxal s’accompagne fréquemment d’un gonflement des organes sexuels chez l’homme comme chez la femme, sans que l’on sache pourquoi. Ce phénomène est utile pour connaître les causes de l’impuissance d’un homme: s’il a une érection pendant son sommeil paradoxal, c’est signe que son organisme fonctionne correctement et que son problème est essentiellement d’ordre psychologique.

________

Adapté de J’ai envie de comprendre… Le sommeil, de Elisabeth Gordon, en collaboration avec Raphaël Heinzer & José Haba-Rubio, Editions Planète Santé, 2016.

A LIRE AUSSI

Sommeil
soigner_jambes_sans_repos

Mieux soigner le syndrome des jambes sans repos

Beaucoup plus fréquent qu’on ne le croit, ce syndrome handicapant reste une affection sous-estimée, mal...
Lire la suite
Apnée du sommeil
test_detecte_apnee

Un test très simple détecte l’apnée du sommeil

Il existe désormais un test rapide et très fiable pour détecter les personnes qui risquent de souffrir...
Lire la suite
Somnambulisme
Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Dormir debout, c’est possible pour les somnambules. Zoom sur un trouble pas si rare, et même fréquent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
manque_sommeil_risque

Manque de sommeil: un risque pour la santé

Les nuits perturbées ne font pas que nous priver des nombreux effets bienfaiteurs du sommeil, elles ont aussi d’autres conséquences indésirables. Somnolence, dépression et obésité sont quelques-uns des maux qui guettent les mauvais dormeurs.
parasomnies_cauchemardesques_frontiere

Cauchemars: quand la frontière se brouille entre rêves et réalité

Dans nos rêves, il nous arrive de vivre des événements tragiques, mais nous savons qu’il ne s’agit que de songes. Certaines personnes vivent au contraire leurs rêves de façon si intense que cela peut avoir des conséquences tragiques.
hypersomnie_somnolence

L’hypersomnie, la somnolence permanente

On a beau faire de longues nuits, on se réveille fatigué. Pendant la journée, on a sans cesse envie de dormir. Il arrive même que l’on s’écroule de sommeil dans les moments les plus inopportuns. En cas d’hypersomnie, tout se passe comme si trop de sommeil tuait le sommeil. Un trouble qui peut être vécu comme un véritable handicap.
Videos sur le meme sujet

Gros plan sur le sommeil polyphasique

Bastien Confino entame une expérience de sommeil biphasique.

L'hypnopédie: faut pas rêver!

L'hypnopédie est une théorie selon laquelle l'Homme est capable d'apprendre en dormant.

Une des causes probables de la narcolepsie découverte

Des chercheurs suisses viennent de démasquer un des responsables de la narcolepsie.
Maladies sur le meme sujet
Insomnie

Insomnies

Les troubles du sommeil constituent un véritable problème de santé publique, tant par leur fréquence que par leurs répercussions humaines, sociales et économiques.