Cette année, c’est décidé: je soigne mon sommeil

Dernière mise à jour 14/01/13 | Article
Cette année, c’est décidé: je soigne mon sommeil
Dormir est indispensable pour récupérer nos forces physiques et psychiques, il aide les enfants à grandir et favorise l’apprentissage et la mémoire. Autant dire qu’il est nécessaire d’y porter attention.

Vous n’arrêtez pas de bailler. Vous avez tendance à vous endormir lorsque vous assistez à un cours, quand vous êtes assis dans une salle d’attente ou au théâtre. Bref, pendant la journée, vous êtes fatigué et somnolent. C’est le signe que votre sommeil est perturbé.

Les difficultés à s’endormir ou les fréquents réveils nocturnes ne sont pas seulement angoissants et difficiles à vivre. Ils peuvent aussi avoir des conséquences fâcheuses sur la santé.

Le sommeil est en effet un «phénomène biologique essentiel, comme souligne José Haba-Rubio, neurologue et médecin associé au Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil (CIRS) du CHUV. Il est d’ailleurs universellement partagé par tous les êtres vivants. Même les premiers organismes unicellulaires apparus sur Terre avaient déjà une horloge interne qui permettait l’alternance entre repos et activité.»

Nous passons un tiers de notre vie dans les bras de Morphée et ce n’est pas du temps perdu. Bien au contraire. Ce repos nocturne nous permet de récupérer nos forces physiques et psychiques et de «recharger nos batteries». Mais il a aussi bien d’autres vertus. Pendant que l’on dort, notre organisme synthétise des protéines ainsi que des hormones de croissance, indispensables aux enfants et aux adolescents. Il améliore d’autre part le fonctionnement du système immunitaire. Sans compter qu’il est essentiel pour la bonne marche de notre cerveau, car il favorise le traitement des informations acquises durant la journée, l’apprentissage des tâches nouvelles et la mémoire. Il suffit pour s’en convaincre, dit le neurologue, «d’apprendre une série de mots. Vous vous la rappellerez mieux le lendemain matin, après une nuit de sommeil, qu’immédiatement après l’avoir mémorisée».

A chacun son rythme

D’où l’importance de bien dormir. Combien faut-il d’heures par nuit? Cela dépend de l’âge – de 3 à 5 ans on dort en moyenne de onze à treize heures, de 10 à 17 ans entre huit heures et demie et neuf heures et demie, et à l’âge adulte de sept à neuf heures sont nécessaires. Quant aux personnes plus âgées, elles ne dorment pas forcément moins, «mais leur sommeil est plus fragmenté; elles font notamment plus facilement des siestes dans la journée», constate Raphaël Heinzer, médecin responsable et codirecteur du CIRS.

Chacun a aussi son propre rythme et l’on cite souvent les exemples d’Einstein, véritable marmotte qui faisait des nuits de douze heures, et de Napoléon qui se contentait de quatre heures. Cette rumeur fait toutefois sourire Raphaël Heinzer: «On peut se contenter de très peu de sommeil pendant quelques nuits, mais après, il faut rembourser sa dette.» Reste, reprend le médecin, que la notion de bon sommeil est «subjective. Il ne faut pas être trop exigeant. Il est normal de se réveiller de trois à quatre fois par nuit. D’ailleurs, souvent, on surestime ses éveils nocturnes». Inutile donc de se stresser et de se précipiter sur les somnifères.

Des conseils simples

A ceux qui ont vraiment du mal à s’endormir ou à retrouver le sommeil après un éveil nocturne, les deux spécialistes recommandent quelques règles simples «d’hygiène du sommeil». Il faut d’abord veiller à se coucher et à se lever tous les jours à la même heure, car «cet horaire constant a un effet synchronisateur sur le cycle veille-sommeil». Ou encore réserver le lit au sommeil et aux activités sexuelles, mais ne pas se coucher pour lire, regarder la TV ou manger. Eviter aussi le soir les repas trop lourds, la caféine – «y compris dans le Coca» – et la théine, ou encore l’activité sportive et les tâches intellectuelles intenses. Et, bien évidemment, choisir un lit confortable, une chambre peu bruyante et une température ni trop chaude ni trop froide. Inutile enfin de «ruminer», soulignent les deux médecins du CHUV. Tenter de résoudre ses problèmes avant de s’endormir «ne peut que provoquer une anxiété et une tension nerveuse qui ne favorisent pas l’endormissement. Il faut apprendre à se relaxer avant de se coucher».

Rythme naturel perturbé

Malgré tout, même en suivant ces recommandations, certaines personnes n’arrivent à pas dormir de façon satisfaisante. Cela peut venir de leurs horaires de travail – «les employés qui font du travail en rotation ou les trois-huit dorment contre leur rythme naturel», précise Raphaël Heinzer – ou de leurs conditions de vie qui génèrent de l’anxiété.

Un mauvais sommeil peut aussi cacher une maladie, somatique ou psychique, ou encore un vrai trouble du sommeil comme une insomnie chronique, une apnée ou un syndrome des jambes sans repos. Autant dire que si vos nuits sont chaotiques et que vos jours en sont perturbés, mieux vaut consulter un médecin.

Les cycles du sommeil

En collaboration avec

A LIRE AUSSI

Somnambulisme
Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Dormir debout, c’est possible pour les somnambules. Zoom sur un trouble pas si rare, et même fréquent...
Lire la suite
Apnée du sommeil
test_detecte_apnee

Un test très simple détecte l’apnée du sommeil

Il existe désormais un test rapide et très fiable pour détecter les personnes qui risquent de souffrir...
Lire la suite
Apnée du sommeil
Aspirateur

Les secrets révélés de l'apnée du sommeil

Des millions de personnes s’étouffent chaque nuit. La coupable? L’évolution.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
manieres_dormir

Loin d’être stables, les manières de dormir ont évolué au cours du temps

Le sommeil est une fonction biologique qui s’est transformée au cours du temps et qui continue à évoluer. Il fut ainsi un temps où se réveiller au milieu de la nuit n’avait rien d’anormal. Les explications du Dr José Haba-Rubio, neurologue au Centre d’investigation et de recherche du sommeil (CIRS) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et co-auteur de «Je rêve de dormir» aux éditions Favre.
sommeil_fatalite

Même s’ils sont de plus en plus fréquents, les troubles du sommeil ne sont pas une fatalité

De plus en plus observé et contrôlé, le sommeil reste une fonction biologique mystérieuse. Pourquoi certains ont de la peine à s’endormir? Et comment aborder les problèmes d’insomnie? Les réponses du Dr Raphaël Heinzer, co-auteur du livre «Je rêve de dormir» aux éditions Favre et fondateur du Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil (CIRS) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) qui fêtera ses dix ans le 13 décembre prochain.
Stimuler notre mémoire en dormant

Stimuler notre mémoire en dormant

Stimuler notre cerveau durant la nuit avec des sons, au rythme de ses oscillations naturelles, pourrait améliorer notre faculté de mémorisation. C'est ce que suggère une étude allemande originale parue dans une revue médicale réputée. Nous pourrions un jour en tirer parti pour améliorer notre mémoire.
Videos sur le meme sujet

Troubles du sommeil: la fin du cauchemar!

Lorsque nos nuits se passent mal, ce sont nos journées qui trinquent. On est fatigué, irritable, somnolent, dangereux parfois. Cette émission s'intéresse aux troubles du sommeil avec l'avis d'un expert médecin et directeur du centre lausannois du sommeil.

Insomnie: quand les nuits deviennent blanches

Après 40 ans, environ une personne sur quatre dort mal, voire très mal. Et les conséquences d'un mauvais sommeil peuvent être très nombreuses.

Le sommeil et ses troubles

Environ une personne sur trois se plaint de troubles du sommeil. Explications et témoignages en vidéo.
Maladies sur le meme sujet
Insomnie

Insomnies

Les troubles du sommeil constituent un véritable problème de santé publique, tant par leur fréquence que par leurs répercussions humaines, sociales et économiques.