Cauchemars: quand la frontière se brouille entre rêves et réalité

Dernière mise à jour 22/11/18 | Article
parasomnies_cauchemardesques_frontiere
Dans nos rêves, il nous arrive de vivre des événements tragiques, mais nous savons qu’il ne s’agit que de songes. Certaines personnes vivent au contraire leurs rêves de façon si intense que cela peut avoir des conséquences tragiques.

Nous faisons tous de temps en temps des cauchemars, qui ont des contenus oniriques si intenses qu’ils nous réveillent. Or, quand ces rêves angoissants se manifestent régulièrement, plus d’une ou deux fois par semaine, on parle de parasomnie. Ce trouble apparaît à partir de l’âge de 3 ans.

Plus fréquent chez les filles, il est probablement dû à un dysfonctionnement du système qui contrôle le contenu émotif des rêves. De ce fait, les «parasomniaques» ont du mal à réagir à leurs songes avec un certain détachement. Les gens angoissés ou stressés sont plus sujets que les autres aux cauchemars, de même que ceux qui souffrent de dépression ou de pathologies psychiatriques. Mais le trouble peut aussi avoir une origine génétique qui empêche le sommeil «d’éteindre» les circuits neuronaux émotionnels.

Lorsque les cauchemars sont réguliers, et surtout lorsqu’ils sont récurrents –un phénomène que l’on retrouve souvent lors de stress post-traumatique–, les médecins ont recours à des techniques de désensibilisation. Ils demandent à leurs patients de raconter ou d’écrire leurs rêves et d’inventer une fin heureuse à l’histoire qui hante habituellement leurs cauchemars, afin que ceux-ci perdent un peu de leur contenu émotif.

Vivre ses rêves

Il existe d'autres formes de parasomnies cauchemardesques: certains semblent vivre littéralement leurs mauvais rêves. Normalement, nos muscles sont au repos complet lors de la phase de sommeil paradoxal, durant laquelle nous rêvons. Mais les personnes atteintes d’un trouble du comportement en sommeil paradoxal vivent leurs songes et réagissent en conséquence. Si elles rêvent par exemple qu’un inconnu pénètre dans leur chambre, elles sont capables de se lever pour chasser l’intrus. Dans ces cas, le contenu onirique est souvent angoissant, ce qui conduit à des risques d’accident. Il arrive aux personnes souffrant de ce trouble de se blesser en se jetant hors du lit pour se protéger d’un danger imminent. Il s’agit d’une des rares parasomnies qui touchent surtout les adultes, en particulier les hommes à partir de 50 ans. Le trouble peut être idiopathique (sans cause connue), mais il peut aussi être associé à une narcolepsie (état de somnolence permanent) ou à la consommation de médicaments, comme certains antidépresseurs. Cette parasomnie peut aussi être liée à des maladies neurodégénératives, comme la maladie de Parkinson. Chez les personnes atteintes, le trouble du sommeil serait ainsi le signe d’un problème neurologique débutant.

Si la présence d’une parasomnie est avérée, que faire? La première chose est de sécuriser son environnement: mieux vaut éviter d’avoir à sa portée un couteau ou un objet contondant par exmeple. Par ailleurs, deux médicaments ont prouvé leur efficacité: le clonazépam, qui a des propriétés sédatives, hypnotiques et anxiolytiques, et la mélatonine. Toutefois, un patient sur dix ne répond pas au traitement et doit dormir attaché à son lit. On peut rêver mieux!

A quoi servent les rêves?

Cette question fait débat depuis la nuit des temps. Pour Sigmund Freud, le père de la psychanalyse, les rêves sont l’accomplissement de désirs refoulés. Le neurobiologiste français Michel Jouvet considère quant à lui que le rêve n’est ni du sommeil, ni de l’éveil, mais qu’il constitue un troisième état du cerveau, qui aurait pour fonction d’assurer la reprogrammation génétique de l’individu. D’autres chercheurs avancent l’hypothèse que les rêves serviraient à réguler nos émotions, pour nous décharger des mauvais souvenirs. Rien n’interdit de rêver que l’on aura un jour le fin mot de l’histoire.

________

Adapté de J’ai envie de comprendre… Le sommeil, de Elisabeth Gordon, en collaboration avec Raphaël Heinzer & José Haba-Rubio, Editions Planète Santé, 2016.

Articles sur le meme sujet
PS48_espoir_cauchemars

Un espoir contre les cauchemars

Les cauchemars, cela n’a l’air de rien, cela peut même prêter à sourire. Mais quand ils se multiplient, ils peuvent gâcher la vie. Une équipe de recherche à Genève a mis au point une nouvelle thérapie pour en venir à bout et enfin dormir sur ses deux oreilles.
Illustre_sommeil_biphasique_invention

Sommeil biphasique : dormir en un bloc de huit heures, une invention récente

Le sommeil de nos ancêtres était structuré en deux périodes. Les insomnies nocturnes en seraient un vestige et non un trouble. Mais alors, dormir d’une traite est-il bon pour la santé?
Illustré_bien_dormir

Bien dormir en 6 leçons

Difficile de s’endormir? Difficile de faire une nuit d’une traite? Voici quelques conseils.
Videos sur le meme sujet

"Le sommeil, cʹest bon pour le cerveau": plongée au cœur du cerveau endormi

Dans son livre "Le sommeil, cʹest bon pour le cerveau" (Éditions Odile Jacob, 01.02.23), le neurologue de renommée mondiale Steven Laureys nous explique pourquoi dormir est essentiel pour notre cerveau et notre santé.

Mauvais sommeil et maladies psychiques… et vice versa

Mal dormir a une influence sur l'humeur et la capacité de concentration.

Lʹaccord majeur qui soigne les cauchemars

Des équipes de lʹUniversité de Genève (UNIGE) et des hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont mis au point une technique prometteuse afin de diminuer la récurrence des cauchemars pour les personnes souffrant de mauvais rêves à répétition.
Maladies sur le meme sujet
Insomnie

Insomnies

Les troubles du sommeil constituent un véritable problème de santé publique, tant par leur fréquence que par leurs répercussions humaines, sociales et économiques.