L’hypersomnie, la somnolence permanente

Dernière mise à jour 16/08/18 | Article
hypersomnie_somnolence
On a beau faire de longues nuits, on se réveille fatigué. Pendant la journée, on a sans cesse envie de dormir. Il arrive même que l’on s’écroule de sommeil dans les moments les plus inopportuns. En cas d’hypersomnie, tout se passe comme si trop de sommeil tuait le sommeil. Un trouble qui peut être vécu comme un véritable handicap.

Nous avons tous connu une fois ou l’autre cette impérieuse envie de dormir qui nous prend pendant la journée, après une nuit trop courte ou perturbée. Mais lorsqu’on est hypersomniaque, le phénomène est quotidien. Quelle que soit la durée de nos nuits –et même si l’on a dormi pendant dix heures, voire plus–, on a l’impression que ce n’est pas assez. On n’est jamais rassasié de sommeil. Autant dire qu’il est difficile d’ouvrir les yeux; même les sonneries répétées du réveil n’arrivent pas à nous tirer du lit. Nous rêvons d’une bonne sieste, dont nous sortons abrutis, et notre entourage nous traite de marmotte. Ce trouble du sommeil perturbe grandement la vie quotidienne, les hypersomniaques pouvant s’endormir même aux moments les plus inopportuns, que ce soit au travail, au cinéma ou au volant.

S’il n’existe pas de traitement pour les personnes touchées par l’hypersomnie dite idiopathique (cela veut dire qu’on n’en connaît pas les causes), on peut au moins soulager les symptômes, notamment avec des médicaments stimulants qui maintiennent éveillé. Il est donc vivement conseillé de consulter, car une prise en charge adaptée peut améliorer la qualité de vie au quotidien.

Les hypersomnies récurrentes

Certaines personnes souffrent d’hypersomnies de manière épisodique. Cela leur arrive une à quatre fois par an et leurs crises peuvent durer d’une semaine à un mois, puis tout revient à la normale. Ce sont des hypersomnies récurrentes. Chez certaines femmes, ces troubles peuvent être associés à la menstruation: ils apparaissent quelques jours avant les règles, puis disparaissent pendant celles-ci.

L’une des hypersomnies récurrentes les plus connues est toutefois le syndrome de Kleine Levin. C’est une affection extrêmement rare –elle concerne environ une à deux personnes par million– qui touche essentiellement les garçons à l’adolescence. Pendant les crises, qui durent quelques jours ou quelques semaines, ces ados peuvent dormir pendant vingt heures d’affilée. Lorsqu’ils se réveillent, ils sont souvent irritables, ils n’ont plus d’énergie et surtout, ils manifestent des comportements étranges. Ils n’arrêtent pas de manger et peuvent être aussi en proie à une hypersexualité d’autant plus gênante qu’ils n’ont plus aucune inhibition sociale. Des médecins français citent ainsi le cas de cadets de l’armée qui faisaient des avances aux religieuses infirmières, à de vieilles dames ou à des hommes alors qu’ils n’étaient pas homosexuels. L’origine du syndrome de Kleine Levin n’étant pas connue, il est difficile de le traiter. On peut toutefois avoir recours à des médicaments stimulants ou encore à du lithium. Fort heureusement, à mesure que les années passent, les crises deviennent de plus en plus espacées et elles finissent en général par disparaître avec l’âge.

________

Adapté de :

J’ai envie de comprendre… Le sommeil, de Elisabeth Gordon, en collaboration avec Raphaël Heinzer & José Haba-Rubio, Editions Planète Santé, 2016.

A LIRE AUSSI

Sommeil
soigner_jambes_sans_repos

Mieux soigner le syndrome des jambes sans repos

Beaucoup plus fréquent qu’on ne le croit, ce syndrome handicapant reste une affection sous-estimée, mal...
Lire la suite
Somnambulisme
Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Dormir debout, c’est possible pour les somnambules. Zoom sur un trouble pas si rare, et même fréquent...
Lire la suite
Apnée du sommeil
test_detecte_apnee

Un test très simple détecte l’apnée du sommeil

Il existe désormais un test rapide et très fiable pour détecter les personnes qui risquent de souffrir...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
sommeil_profond_cerveau_eveil

Sommeil profond: une partie du cerveau en éveil

Somnambulisme et terreurs nocturnes interviennent durant la phase de sommeil profond. En cause le plus souvent: un facteur génétique ou une mauvaise hygiène de sommeil.
avances_retards_phase_sommeil

Avances et retards de phase: quand le sommeil se décale

Le décalage de notre horloge interne n’est pas réservé au jetlag. Les adolescents sont souvent sujets à des retards de phase, alors que les personnes âgées souffrent fréquemment d’une avance de phase.
sommeil_profond_cerveau_eveil

Sommeil profond: une partie du cerveau en éveil

Somnambulisme et terreurs nocturnes interviennent durant la phase de sommeil profond. En cause le plus souvent: un facteur génétique ou une mauvaise hygiène de sommeil.
Videos sur le meme sujet

Sommeil: des microcycles de 50 secondes

Les recherches sur le sommeil ont démontré depuis longtemps que cette période de récupération se déroule en différents cycles qui s'enchaînent: sommeil lent, paradoxal, etc.

La somniloquie ou ce que l'on dit en dormant

Lucia Sillig vous parle de somniloquie, le fait de parler en dormant.

Gros plan sur le sommeil polyphasique

Bastien Confino entame une expérience de sommeil biphasique.
Maladies sur le meme sujet
Insomnie

Insomnies

Les troubles du sommeil constituent un véritable problème de santé publique, tant par leur fréquence que par leurs répercussions humaines, sociales et économiques.