Thérapie sexuelle: est-ce vraiment efficace?

Dernière mise à jour 16/08/17 | Article
therapie_sexuelle_efficace
En moyenne, 70 % des patients (femmes et hommes) qui suivent une thérapie sexuelle réussissent à améliorer leur vie sexuelle et de couple. Un taux de réussite qui devrait contribuer à convaincre les personnes concernées à consulter un spécialiste.

Comme pour tout traitement, il est essentiel que le patient en thérapie sexuelle suive vraiment les instructions du thérapeute, fasse régulièrement les éventuels exercices prescrits à domicile et qu’il soit motivé à poursuivre jusqu’au bout.

Durée de la thérapie

Il est difficile de prévoir la durée d’une thérapie sexuelle. Selon la situation, le trouble peut être surmonté en quelques séances seulement. A l’inverse, certains patients auront besoin de plusieurs mois pour y parvenir.

La clé du bon suivi d’un traitement est l’alliance thérapeutique: la relation patient-thérapeute doit se construire progressivement et du mieux possible, afin d’instaurer la confiance nécessaire au bon déroulement du traitement. Les compétences et l’empathie du thérapeute et le fait qu’il fixe clairement et explicitement des objectifs à atteindre sont eux aussi des gages de succès.

A noter que les sexothérapies peuvent également avoir des effets secondaires indésirables ou... désirables. Vu l’importante prise de conscience de la personne sur elle-même et sur son couple, une sexothérapie peut en effet aboutir dans certains cas à une séparation, à un divorce. A l’inverse, certains couples séparés parviennent à se retrouver grâce à une thérapie sexuelle.

Le rôle du partenaire

Si la thérapie ne porte pas ses premiers fruits après les trois premières séances, le spécialiste devrait être capable de reconnaître qu’il faut éventuellement changer de traitement, voire de thérapeute, ou de mieux adapter la méthode à la personnalité et au tempérament du patient.

L’implication et la participation du partenaire (déjà lors des premières consultations) sont également essentielles. Le couple devrait donc être d’accord sur le traitement à suivre, et le partenaire devrait dans l’idéal y participer, ou du moins soutenir son conjoint dans sa démarche. A défaut, il mettra en péril la réussite même de la thérapie, et parfois, de son couple. D’ailleurs, si les deux partenaires sont satisfaits de leur relation en dehors de la sexualité, cela contribue à la réussite du traitement.

Prévenir les récidives

Dans tous les cas, il faut rester vigilant pour préserver sa santé sexuelle et prévenir de nouveaux troubles sexuels et problèmes de couple. Il est donc utile de consulter si et dès qu’on les sent réapparaître, ce qui peut notamment être le cas lors de changements dans la situation de vie du couple (chômage, naissance, deuil, etc.), ou lors d’un changement de partenaire.

Les principaux facteurs d’échec

Un certain nombre de facteurs peuvent altérer le suivi du traitement, notamment:

- Le manque de motivation de l’un des partenaires.

- Une relation conflictuelle du couple en dehors de la sexualité.

- Des progrès très limités après plusieurs séances.

- Le refus du partenaire de participer et de se remettre en question.

_____

Référence:

Extrait de J’ai envie de comprendre… Ma sexualité (femme), d’Ellen Weigand, en collaboration avec le Dr Francesco Bianchi-Demicheli, Ed. Planète Santé, 2013.

A LIRE AUSSI

Santé sexuelle
Les humains sont-ils monogames ou polygames?

Les humains sont-ils monogames ou polygames?

Les archéologues, les anthropologues et les biologistes sont d'accord sur un point: la question est complexe.
Lire la suite
Santé sexuelle
Non, l'excentricité sexuelle n'est pas une maladie mentale

Non, l'excentricité sexuelle n'est pas une maladie mentale

Faire entrer dans le DSM V les «troubles paraphiliques» est une décision superflue, non scientifique...
Lire la suite
Santé sexuelle
Supp_La Côte_Sexualité_idees_recues

Idées reçues sur la sexualité

En matière de sexualité, les préjugés sont nombreux. Petit jeu de… déconstruction:
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Ils ont décidé de ne plus faire l’amour

Dans une société où le sexe est omniprésent, certaines personnes ont choisi l’abstinence. Témoignages et explications.
Supp_La Côte_Sexualité_idees_recues

Idées reçues sur la sexualité

En matière de sexualité, les préjugés sont nombreux. Petit jeu de… déconstruction:
Supp_La Côte_sexualité_fin_tabou

Sexualité: la fin du tabou

Avoir une attitude ouverte et positive vis-à-vis de la sexualité favorise l’épanouissement de soi et prévient les comportements et situations à risque. C’est tout l’intérêt de la «sexualité positive», un mouvement défendu par les spécialistes en santé sexuelle.
Videos sur le meme sujet

La sodomie a-t-elle des impacts sur la santé?

Incontinence fécale, cancer, prolapsus ou constipation, Adrien Zerbini passe en revue les plus fréquentes inquiétudes liées à la sodomie, une pratique sexuelle de plus en plus courante.

L'éducation sexuelle en 3D

Stéphane Délétroz présente un kit en trois dimensions de lʹanatomie génitale féminine et masculine.

Millenials: baisse du désir masculin?

Jamais le sexe n’a semblé si présent, à portée des yeux et de la main. Internet, magazines, sites de rencontres… le produit est en libre accès, hyperconsommé, croit-on, surtout par les jeunes, avec facilité et bonheur.
Maladies sur le meme sujet
urinoirs

Urétrite (homme)

L'urétrite est une inflammation de l'urètre avec un écoulement anormal par le pénis. C'est la manifestation la plus fréquente d’une infection sexuellement transmise (IST) chez l’homme.