Thérapie sexuelle: est-ce vraiment efficace?

Dernière mise à jour 16/08/17 | Article
therapie_sexuelle_efficace
En moyenne, 70 % des patients (femmes et hommes) qui suivent une thérapie sexuelle réussissent à améliorer leur vie sexuelle et de couple. Un taux de réussite qui devrait contribuer à convaincre les personnes concernées à consulter un spécialiste.

Comme pour tout traitement, il est essentiel que le patient en thérapie sexuelle suive vraiment les instructions du thérapeute, fasse régulièrement les éventuels exercices prescrits à domicile et qu’il soit motivé à poursuivre jusqu’au bout.

Durée de la thérapie

Il est difficile de prévoir la durée d’une thérapie sexuelle. Selon la situation, le trouble peut être surmonté en quelques séances seulement. A l’inverse, certains patients auront besoin de plusieurs mois pour y parvenir.

La clé du bon suivi d’un traitement est l’alliance thérapeutique: la relation patient-thérapeute doit se construire progressivement et du mieux possible, afin d’instaurer la confiance nécessaire au bon déroulement du traitement. Les compétences et l’empathie du thérapeute et le fait qu’il fixe clairement et explicitement des objectifs à atteindre sont eux aussi des gages de succès.

A noter que les sexothérapies peuvent également avoir des effets secondaires indésirables ou... désirables. Vu l’importante prise de conscience de la personne sur elle-même et sur son couple, une sexothérapie peut en effet aboutir dans certains cas à une séparation, à un divorce. A l’inverse, certains couples séparés parviennent à se retrouver grâce à une thérapie sexuelle.

Le rôle du partenaire

Si la thérapie ne porte pas ses premiers fruits après les trois premières séances, le spécialiste devrait être capable de reconnaître qu’il faut éventuellement changer de traitement, voire de thérapeute, ou de mieux adapter la méthode à la personnalité et au tempérament du patient.

L’implication et la participation du partenaire (déjà lors des premières consultations) sont également essentielles. Le couple devrait donc être d’accord sur le traitement à suivre, et le partenaire devrait dans l’idéal y participer, ou du moins soutenir son conjoint dans sa démarche. A défaut, il mettra en péril la réussite même de la thérapie, et parfois, de son couple. D’ailleurs, si les deux partenaires sont satisfaits de leur relation en dehors de la sexualité, cela contribue à la réussite du traitement.

Prévenir les récidives

Dans tous les cas, il faut rester vigilant pour préserver sa santé sexuelle et prévenir de nouveaux troubles sexuels et problèmes de couple. Il est donc utile de consulter si et dès qu’on les sent réapparaître, ce qui peut notamment être le cas lors de changements dans la situation de vie du couple (chômage, naissance, deuil, etc.), ou lors d’un changement de partenaire.

Les principaux facteurs d’échec

Un certain nombre de facteurs peuvent altérer le suivi du traitement, notamment:

- Le manque de motivation de l’un des partenaires.

- Une relation conflictuelle du couple en dehors de la sexualité.

- Des progrès très limités après plusieurs séances.

- Le refus du partenaire de participer et de se remettre en question.

_____

Référence:

Extrait de J’ai envie de comprendre… Ma sexualité (femme), d’Ellen Weigand, en collaboration avec le Dr Francesco Bianchi-Demicheli, Ed. Planète Santé, 2013.

A LIRE AUSSI

Santé du couple
liberer_pervers_narcissique

Se libérer d’un pervers narcissique

S’il ne correspond à aucune entité nosographique officielle, le pervers narcissique inflige néanmoins...
Lire la suite
Sexualité féminine
epanouie_sexuellement_menopause

Epanouie sexuellement, même à la ménopause!

Les femmes peuvent avoir moins de désir sexuel en entrant dans la ménopause, mais ce n’est de loin pas...
Lire la suite
Sexualité féminine
desir_conjugue_feminin

Quand le désir se conjugue au féminin

Le désir sexuel est un phénomène universel et profondément humain. Pourtant, chez la femme, il a longtemps...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Quand les ados flirtent sur le web

Échanger des photos de son corps érotisé est une pratique désormais fréquente parmi les jeunes. Pour éviter les dérives, la meilleure prévention est d’oser le dialogue.
tango_booster_erotisme

Danser le tango pour booster l’érotisme

Danse sensuelle née aux abords du Río de la Plata en Amérique du Sud, le tango aiguise tous nos sens, même en l’absence de paroles. Au point d’être envisagé comme complément à une thérapie de couple pour permettre de stimuler les échanges érotiques.
maternite_sexualite_conjuguer

Maternité et sexualité: comment les conjuguer?

Etre enceinte ne signifie pas qu’il faut arrêter de faire l’amour ni que cet état est synonyme d’une baisse automatique et permanente du désir sexuel féminin. Toutefois, une grossesse implique des changements importants et des conséquences inévitables sur la vie sexuelle de la future mère et du couple.
Videos sur le meme sujet

Un coup de cœur pour l'entretien avec Jasmine Abdulcadir, spécialiste de la santé et de la sexualité des femmes

Tous les matins, pendant les fêtes, nous accueillons un membre de l’équipe de CQFD et son coup de cœur de l'année 2018.

Le boom des MST

Un million de nouveaux cas dʹinfections sexuellement transmissibles apparait par jour dans le monde.

Rencontre avec Jasmine Abdulcadir, une spécialiste de la santé et de la sexualité des femmes

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.
Maladies sur le meme sujet
urinoirs

Urétrite (homme)

L'urétrite est une inflammation de l'urètre avec un écoulement anormal par le pénis. C'est la manifestation la plus fréquente d’une infection sexuellement transmise (IST) chez l’homme.