Infections qui influencent la vie sexuelle

Dernière mise à jour 17/01/13 | Article
Infections qui influencent la vie sexuelle
Le VIH-SIDA est l’infection sexuellement transmissible (IST) la plus connue à l’heure actuelle. Est-elle la seule à craindre? Quelles sont les maladies qui se transmettent par voie sexuelle en Suisse?

Etat des lieux en Suisse

Depuis une dizaine d’années, les IST sont en hausse en Suisse.

Concernant le VIH, le pic d’épidémie (en 1991) et la campagne de prévention qui a suivi avaient réussi à faire baisser les nouveaux cas de VIH. Malheureusement, de 2000 à 2009 les chiffres ont augmenté à nouveaux. A l’heure actuelle, autant les personnes hétérosexuelles que les hommes ayant des rapports avec d’autres hommes (HSH) sont concernés. Par contre, la transmission entre usagers de drogues intraveineuses est en baisse constante. En 2010 en Suisse, on note 7,8 nouvelles infections pour 100'000 habitants, ce qui est plus élevé que la France (6,1), l’Italie (5,9) et la moyenne européenne (6,7). Près de deux tiers des personnes infectées sont originaires de Suisse ou d’Union Européenne, alors que 38% ne viennent pas d’Europe, principalement de pays avec un grand taux de VIH.

D’autres IST sont également à la hausse: la syphilis concerne principalement les rapports homosexuels entre hommes, mais touche également la population hétérosexuelle.

Le nombre de personnes infectées par la gonorrhée a quasiment triplé entre 2002 et 2011. Elle touche particulièrement les hétérosexuels, les hommes d’avantage que les femmes (80% des cas sont des hommes).

Les infections par Chlamydia sont également en progression. La plupart de ces infections sont «asymptomatiques», c’est-à-dire que la personne concernée ne s’en rend pas compte, qu’elle n’a pas de symptômes.

Utilité des vaccins?

A l’inverse, le nombre de personnes infectées par l’hépatite B a diminué entre 2001 et 2009. Cette observation est sans doute le reflet de l’efficacité du vaccin, mis en place dans les années 90.

Avec l’utilisation récente du vaccin contre le papillomavirus (HPV), une baisse des condylomes génitaux (des verrues génitales) et des cancers du col de l’utérus est attendue en Suisse, comme ce fut le cas en Australie par exemple.

Quels risques pour le sexe oral?

La campagne nationale contre le VIH de 1996 disait: «pas de sperme dans la bouche» … Est-ce vraiment suffisant?

Le VIH se transmet par le sperme, ce qui justifie cette recommandation. Or, la syphilis, la gonorrhée, chlamydia et HPV se transmettent par des contacts oro-génitaux, même sans présence de sperme. Les cas d’herpès génitaux transmis par la bouche et de cancers de la bouche (provoqués par le HPV) ont augmenté au cours des dernières décennies.

Un nouveau programme national

Un nouveau programme a été lancé en 2011 par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) pour lutter contre les IST. Il concerne la prévention, le dépistage et le traitement. Il est recommandé à 3 types de personnes:

  • la population générale, y compris les adolescents
  • les personnes à risque élevé (HSH, utilisateurs de drogues intraveineuses, travailleurs(-euses) du sexe et leur clientèle, détenus et migrant de pays à forte présence de VIH
  • les personnes atteintes d’IST et leur entourage

Le slogan «Love Life» remplace «Stop sida». En plus des recommandations «pas de pénétration sans capote» et «pas de sperme dans la bouche», s’ajoute «démangeaison, brûlure, écoulement? Parlez-en à votre médecin».

Les mesures de ce programme national sont notamment la vaccination contre l’hépatite B et le HPV (à l’adolescence, ou en rattrapage à l’âge adulte) ainsi que l’hépatite A pour les hommes ayant des rapports avec d’autres hommes et les usagers de drogues intraveineuses. L’utilisation correcte du préservatif protège contre le VIH à 80%. Il est moins efficace contre les autres IST mais reste un moyen de protection à utiliser.

Le dépistage est primordial et peut être effectué par les médecins généralistes, les gynécologues et les consultations spécialisées. Finalement, en cas de dépistage positif, un traitement est indispensable. Celui-ci permet de diminuer le risque d’attraper d’autres IST et protège les partenaires.

Le VIH n’est pas seul!

Le VIH n’est pas le seul ennemi des culottes ! La syphilis, la gonorrhée, chlamydia, l’herpès, l’hépatite B (et A dans certains cas) ainsi que le papillomavirus sont fréquents en Suisse, certains en augmentation. Il est indispensable de s’en protéger, notamment à l’aide des vaccins disponibles et du préservatif. En cas de symptômes ou de doutes, il est préférable d’en parler avec votre médecin. Celui-ci devrait être ouvert et compréhensif face à vos pratiques sexuelles, qu’elles soient considérées comme  «conventionnelles» ou non.

Référence

Adapté de «Infections sexuellement transmissibles en Suisse: un paysage en transformation», par Dr F. Bally et Pr N. Troillet, Service des maladies infectieuses, Hôpital de Sion. In Revue médicale suisse 2012;8:1901-6, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Santé sexuelle
Les humains sont-ils monogames ou polygames?

Les humains sont-ils monogames ou polygames?

Les archéologues, les anthropologues et les biologistes sont d'accord sur un point: la question est complexe.
Lire la suite
Santé du couple
Illustré_retrouver_libido

Retrouver sa libido

La perte de libido peut être traumatisante. Mais il existe des solutions pour retrouver l’envie de l’autre....
Lire la suite
Santé sexuelle
Non, l'excentricité sexuelle n'est pas une maladie mentale

Non, l'excentricité sexuelle n'est pas une maladie mentale

Faire entrer dans le DSM V les «troubles paraphiliques» est une décision superflue, non scientifique...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
pulsations_vih_idées_reçues

VIH: stop aux idées reçues

Après une prise de risque, un délai est-il nécessaire pour détecter le VIH dans le sang? Quand une personne séropositive prend un traitement, est-il nécessaire d’utiliser des préservatifs? Etc... Questions-réponses sur le VIH.
pulsations_papillomavirus_part

Le papillomavirus, un cas à part

Le papillomavirus humain (ou HPV) est l’infection sexuellement transmissible la plus répandue. Ces virus sont si fréquents dans la population – en particulier chez les 16 à 25 ans – qu’on les considère comme des marqueurs d’activité sexuelle: 90% des personnes sexuellement actives seront en contact avec des HPV au cours de leur vie. Dans la plupart des cas, ces infections ne provoquent aucun symptôme et guérissent spontanément.
Illustré_retrouver_libido

Retrouver sa libido

La perte de libido peut être traumatisante. Mais il existe des solutions pour retrouver l’envie de l’autre. Le Pr Bianchi-Demicheli des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) donne des pistes.
Videos sur le meme sujet

Christophe Colomb n'aurait pas ramené la syphilis du Nouveau Monde

Il est admis et courant dʹaffirmer que la syphilis a été ramenée dʹAmérique en Europe par Christophe Colomb à la fin du 15e siècle.

Un deuxième patient "guéri" du VIH

Un patient atteint du VIH et qui as bénéficié d'une greffe de cellules-souches est annoncé guéri.
Maladies sur le meme sujet
Nœud rouge (Sida)

VIH-Sida

Le sida est dû au VIH (virus de l'immunodéficience humaine). Il se transmet par contact direct avec du sang contaminé, lors de relations sexuelles ou directement de la mère à l'enfant.

Les hépatites virales

Hépatite C

Les hépatites virales sont des maladies inflammatoires du foie causées par différents virus, dont les virus de l’hépatite A, B, C, D ou E

Les hépatites virales

Hépatites B et D

Les hépatites virales sont des maladies inflammatoires du foie causées par différents virus, dont les virus de l’hépatite A, B, C, D ou E

Symptômes sur le meme sujet
robinet qui goutte

Ecoul.urétral

J’ai un écoulement urétral (pénis)