La vie sans lunettes

Dernière mise à jour 07/01/20 | Article
PULS_chirurgie_refractive_mesure
Il est aujourd’hui possible de remédier à de nombreux problèmes de vue grâce à la chirurgie réfractive. Différents facteurs doivent cependant être pris en compte pour savoir si cette approche est bien la plus adaptée.

La chirurgie réfractive se pratique depuis des décennies et les techniques utilisées sont aujourd’hui bien maîtrisées. «Mais se faire opérer, ce n’est pas comme aller s’acheter une nouvelle paire de jeans, prévient la Pre Gabriele Thumann, médecin-cheffe du Service d’ophtalmologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Si une personne veut absolument se débarrasser de ses lunettes, dans la majorité des cas, nous trouvons une solution. Mais ce n’est pas toujours la chirurgie.»

Myopie, astigmatisme, presbytie et hypermétropie peuvent en théorie être traités par chirurgie, y compris quand plusieurs défauts de vision se cumulent. Il est néanmoins primordial que les changements dans les valeurs de correction soient minimes durant les deux années qui précèdent. Ensuite, seul un entretien avec un ophtalmologue spécialisé confirme si le patient est réellement un bon candidat pour une approche chirurgicale. «Nous devons mesurer différents paramètres fonctionnels et anatomiques, mais aussi bien comprendre quelles sont les spécificités du patient, son travail, ses loisirs, ce qu’il fait au quotidien avec ses yeux. Et nous devons aussi clarifier ses attentes et ses motivations», précise la Pre Thumann. Il n’y a pas d’âge pour se faire opérer, mais il faut anticiper la survenue d’une presbytie à la quarantaine qui nécessitera une nouvelle correction de la vision. Toute pathologie oculaire préexistante (glaucome, cataracte…) est une contre-indication à la chirurgie réfractive. En outre, les femmes ne doivent pas être enceintes ou en cours d’allaitement.

Un suivi indispensable

Les chirurgiens disposent aujourd’hui de deux approches par laser pour corriger les défauts de la cornée. Ils peuvent aussi choisir de recourir plutôt à la pose d’implants, qui se substituent au cristallin. Dans un cas comme dans l’autre, le défaut visuel est rectifié presque tout de suite après l’intervention. «Mais les patients doivent comprendre que la prise en charge ne se réduit pas à l’opération et que les trois à cinq contrôles dans les trois à six mois suivants sont cruciaux», insiste la Pre Thumann. Ce suivi permet notamment de s’assurer de la bonne cicatrisation, d’évaluer l’efficacité de la chirurgie et, dans de rares cas, de procéder à une «retouche».

__________

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Mécanismes du corps

Stimuler le nerf vague pour lutter contre l’inflammation

Plus long nerf du corps, le nerf vague est au cœur de la communication entre le cerveau et nos organes...
Lire la suite
Santé bucco-dentaire
dents_nous_parlent

Les dents nous parlent

Carie tenace, problème de gencives, abcès… les pathologies de la bouche peuvent annoncer ou révéler une...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
bv_dossier_ophtalmologie_2.0

Ophtalmologie 2.0: ces innovations en passe de transformer les soins de demain

Depuis une vingtaine d’années, les progrès que connaît l’ophtalmologie sont incessants. Lasers, injections oculaires, premiers implants ont révolutionné la prise en charge de pathologies comme la myopie ou la cataracte. La suite, elle, s’annonce spectaculaire. Intelligence artificielle, implants rétiniens high-tech ou encore thérapie génique se préparent. Coup de projecteur sur ce qui nous attend avec les équipes de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin.
bv_infographie_defauts_refraction

Les défauts de réfraction

Une vision normale (emmétropie) permet de voir nettement des objets proches ou lointains. Lorsque l’image apparaît floue ou déformée, on parle de défaut ou vice de réfraction. L’image, à cause d’une anatomie particulière de la cornée, du cristallin ou de la longueur de l’œil, ne se focalise alors plus parfaitement sur la rétine mais trop en avant ou en arrière de celle-ci. Le point sur les troubles les plus courants.
BV02_infographie_strabisme

Le strabisme

Constant, intermittent, présent dès le plus jeune âge ou apparaissant à l’âge adulte, le strabisme peut avoir des causes multiples. Dans tous les cas, une consultation chez un ophtalmologue s’impose.
Videos sur le meme sujet

Du placenta pour réparer la cornée

Huma Khamis s'intéresse aux utilisations médicales du placenta, en particulier dans le domaine de l'ophtalmologie.

Quand les sciences redonnent la vue

Charlie Dupiot se penche sur deux projets de recherche qui veulent aider des personnes aveugles à dépasser leur handicap.

Zoom sur la myopie pédiatrique

La myopie est en nette augmentation un peu partout dans le monde.
Symptômes sur le meme sujet
Un zoom sur un oeil

Vue qui baisse

Je vois moins bien
Un oeil rouge

Œil rouge

J’ai l’œil rouge / mal à l’œil
Une bibliothèque

Vision déformée

Je vois tordu