Les causes et formes des troubles de l’odorat

Dernière mise à jour 23/07/12 | Article
Bâtons d'encens
Une perte ou une altération de l’odorat peut survenir à tout âge, avec toutefois une prévalence plus élevée chez les personnes âgées de plus de 66 ans. A côté du vieillissement, ces troubles peuvent avoir des causes très diverses, allant du simple rhume au cancer.

Chacun peut un jour ou l’autre perdre l’odorat, partiellement ou totalement, passagèrement ou définitivement. D’une part parce que ce sens, indispensable pour reconnaître notre environnement chimique, tend à devenir moins performant avec l’âge, surtout dès 66 ans. Et de l’autre parce qu’un trouble de l’olfaction peut survenir à tous âges, suite à un banal rhume, ou après un traumatisme crânien, ou à cause d’une autre maladie plus grave.

Causes principales

En effet, les origines principales d’une perte de l’olfaction sont, par ordre d’importance:

  • Les problèmes rhino-sinusiens (34%): nez bouché en permanence à cause d’un rhume chronique, de polypes, d’allergies, etc. En général, le patient traité contre l’affection (p. ex. avec des gouttes nasales décongestionnantes) récupère rapidement son olfaction.
  • Les post-infections des voies aériennes supérieures (21%): suite à une rhume ou à une grippe, l’odorat ne revient pas. C’est le cas pour un tiers des patients ayant souffert d’une telle affection, mais deux tiers d’entre eux récupèrent en deux ans environ, sans traitement.
  • Des causes inconnues (18%).
  • Les traumatismes crâniens (17%): ils peuvent entraîner une perte définitive de l’odorat, mais 15% des patients concernés récupèrent spontanément, sans traitement en deux ans.
  • Origine congénitale (4%): de naissance et irrécupérable.
  • L’exposition à une substance toxique / une autre maladie (4%):

     – En cas d’exposition à des produits toxiques, il suffit généralement de ne plus s’y exposer pour récupérer son odorat.

     – La perte de l’odorat peut être la conséquence ou le symptôme de tumeurs, de troubles neurologiques ou neuro-dégénératifs comme les maladies de Parkinson et d’Alzheimer ou encore de pathologies générales (insuffisance rénale, diabète, etc.).

Glossaire

Les divers troubles olfactifs

Lorsque l’odorat fonctionne normalement, on parle de normosmie. On distingue ensuite entre les troubles quantitatifs et qualitatifs de l’olfaction.

Les troubles quantitatifs

L’anosmie: la perte totale des performances olfactives.

L’hyposmie: la diminution des performances olfactives.

L’anosmie unilatérale: la perte de l’odorat d’un seul côté du nez (rare, et la personne atteinte ne le remarque en général pas).

L’anosmie spécifique: la perte totale de la perception de certaines odeurs.

Les troubles qualitatifs

La parosmie: la perception erronée d’une odeur, p. ex. du café qui sent le poisson pourri.

La phantosmie: l’hallucination olfactive, soit la perception d’une odeur alors qu’il n’y en a pas.

La cacosmie: la perception d’une mauvaise odeur, sans cause apparente.

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Douleurs du genou
On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

Après deux opérations au genou, l’Américaine championne de ski Lindsey Vonn a fait un come-back époustouflant....
Lire la suite
Pieds
La vérité sur les pieds

La vérité sur les pieds

«Marcher pieds nus, c’est meilleur», «La longueur des pieds correspond à l'intervalle entre la base du...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
du-cafe-fraîchement-moulu-sentant-comme-paradis

Anosmie et agueusie: à propos d’un cas

La perte concomitante de l’odorat et du goût –ou «syndrome d’anosmie-agueusie»– après un traumatisme serait bien plus fréquente que la littérature scientifique ne le suggère. Une équipe de médecins s’est intéressée à cette double perte sensorielle.
Dégustation de vin

Sans odeur, pas de goût

Un bon verre de vin ou une viande juteuse et bien assaisonnée sont nettement moins savoureux voire insipides lorsqu’on a le nez bouché, à cause d’un rhume ou d’une allergie par exemple. Car c’est avant tout l’odorat qui permet de distinguer et d’apprécier le goût des aliments. Explications d’un spécialiste.
Sentir l'odeur d'une fleur

L’olfaction, un sens très performant

L’olfaction est l’un de nos cinq sens des plus subtils et performants, puisqu’il permet de détecter une multitude d’odeurs, un nombre quasi infini pour les nez les plus entraînés. Certaines odeurs sont même mieux perçues par l’être humain que par les animaux.
Videos sur le meme sujet

Comprendre les récepteurs olfactifs

Les chercheurs de l'Université de Genève on développé un nouvel outil qui permet de comprendre comment fonctionne les récepteurs olfactifs.

Et si les odeurs nous menaient par le bout du nez?

Les perceptions olfactives et les émotions ont souvent été considérées comme périlleuses pour l’équilibre individuel et dangereuses pour l’harmonie sociale…

Perdre le goût et l'odeur

Anne Baecher s'intéresse à la perte de l'odorat (l'anosmie) et du goût (agueusie).