Pourquoi transpire-t-on?

Dernière mise à jour 26/06/14 | Vidéo
La sueur, naturelle et indispensable, joue un rôle physiologique capital.

On perd entre 0.5 et 1 l de sueur par jour sans forcément s'en rendre compte, et jusqu'à 8 l en cas d'effort intense Pourquoi?

A LIRE AUSSI

Problèmes de peau

De moustique, de fièvre ou de la varicelle, découvrez le contenu des boutons

Macules, papules, vésicules, bulles, pustules, il existe de nombreux boutons différents qui peuvent se développer sur notre peau.
Lire la suite
Fièvre

Pourquoi la fièvre augmente-t-elle le soir ?

La fièvre est une réaction naturelle de l'organisme pour lutter contre les infections.
Lire la suite
Piqûres d'insectes

Tout sur les punaises de lit

Huma Khamis vous emmène à la découverte de petites bêtes qui envahissent nos appartements.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_infog_transpiration

Zoom sur la transpiration

Déclenchée par le stress, l’activité physique, la fièvre ou encore par certains médicaments, la transpiration est un phénomène normal indispensable à l’organisme. Elle sert notamment à réguler la température corporelle en évacuant la sueur par les pores de la peau. Quand elle en fait trop, elle peut affecter la qualité de vie.
Transpiration: quand est-ce que c'est trop?

Transpiration: quand est-ce que c'est trop?

L'été, tout le monde transpire. Mais le reste du temps, nous ne sommes pas égaux face à la sueur. Pourtant, des traitements existent. Quatre questions sur la transpiration posées au Dr Philipp Spring, dermatologue au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).
Quand la sueur rend les hommes meilleurs

Quand la sueur rend les hommes meilleurs

Cette sécrétion invisible (ou presque) peut inciter les êtres humains à plus de générosité, plus d’entraide. La bonne nouvelle nous vient des neiges de Finlande. Et si nous étions infiniment plus sensibles que nous le pensons aux signaux chimiques?
Videos sur le meme sujet

Une plongée dans la sueur

"Communication olfactive: ce que la sueur dit de nous", cʹest le titre d'une conférence donnée le 4 février 2020 au Musée de la main de Lausanne.