Rester assis tue

Dernière mise à jour 11/07/12 | Article
Fauteuil rouge en forme de main
Plus l'on est assis longtemps, plus l'on a de risque de mourir révèle une recherche australienne. Travailler et voyager debout sont des pistes à creuser.

Au travail ou à la maison, vous lisez probablement ces lignes assis. J'étais assis quand je les ai rédigées, après un entretien avec le docteur Idris Guessous… où nous étions assis. Mauvaise idée.

Une étude australienne publiée dans les Archives of Internal Medicine – et sans doute écrite depuis une chaise de bureau – montre en effet une corrélation entre mortalité et nombre d'heures passées en station assise. Vous avez bien lu, plus l'on est assis, plus l'on meurt.

Ce résultat est important car, si l'on connaît bien les bienfaits de l'exercice, les méfaits de la position assise n'avaient jusqu'à présent pas été démontrés, ou du moins pas à cet échelle. Cette recherche contribue donc à distinguer deux impératifs de santé publique jusqu'ici confondus: bouger plus et s'asseoir moins.

Accroissement non démenti

Pour parvenir à cette conviction, les chercheurs de Sydney et de Canberra ont croisé deux sources de données. D'une part, des questionnaires remplis par plus de deux cent mille participants (222497) à l'étude 45 and up qui suit l'évolution de la santé d'Australiens âgés de plus de 45 ans. De l'autre les décès enregistré par l'état civil de Nouvelle-Galles du Sud (capitale, Sydney) où résident tous les participants à 45 and up.

La conclusion semble accablante (les auteurs restent néanmoins prudents). Les personnes assises plus de onze heures par jour connaissent environ 40% de décès supplémentaires par rapport à celles qui sont assises moins de quatre heures. Le questionnaire déterminait quatre groupes: assis de 0 à 4 heures, de 4 à 8 heures, de 8 à 11 heures et plus de 11 heures par jour. A chaque groupe, le risque relatif de décès s’accroîtrait.

Plus même, selon les auteurs, ce rapport ne «varie pas significativement» en fonction du genre, de l'âge, de l'activité physique, de l'indice de masse corporelle (IMC ou BMI, un rapport entre taille et poids au carré) et de la présence d'une maladie cardiovasculaire ou de diabète.

Une mesure perfectible

Mais peut-on vraiment passer plus de onze heures par jour assis? Oui, confirme le docteur Idris Guessous, responsable de l'unité d'Epidémiologie populationnelle aux Hôpitaux universitaires de Genève. Un travail de bureau de huit heures, une heure passée à déjeuner assis, deux heures de télévision ou de lecture et on y arrive. Sans même compter le temps passé assis dans les transports. Et de rappeler avec un clin d'œil les humains du futur du film d'animation Wall-E, obèses, circulant dans de larges fauteuils et ayant oublié jusqu'à la possibilité de se mouvoir par soi-même.

Wall-E: humains en déplacement

Wall-E: humains en déplacement.

©Disney

Plus sérieusement, le médecin épidémiologue souligne que la force de l'étude australienne vient de son nombre très important de participants et du fait que leurs décès sont confirmés par l'état civil. Le point faible de cette recherche, par contre, est manifestement la mesure utilisée. En effet, le fait que l'on est assis ou non y est rapporté par la personne elle-même sans autre contrôle et, de plus, les catégories sont très larges, ce qui ne permet pas de savoir par exemple s’il y a une différence en termes de santé entre être assis deux heures et l'être cinq heures.

Demeure cependant un mystère: pourquoi la position assise a-t-elle ces effets néfastes? Les scientifiques cherchent à l'élucider, «ce sont en tous cas des mécanismes distincts de ceux, protecteurs, de l'activité physique», détaille le Dr Guessous Tout juste l'éditorial qui accompagne la publication hasarde-t-il qu'être assis «pourrait être néfaste du fait de l'absence prolongée de contraction des muscles dans les membres inférieurs.»

Prouver l’inverse

Mais que faire si l'on ne peut plus s'asseoir? Des initiatives venues du Nord permettent de travailler debout. Il existe ainsi des bureaux que l'on peut utiliser dans deux positions: basse en étant assis, surélevé en se tenant debout. Ou encore des petites tablettes dans un bureau paysagé où passer un moment devant un document.

«On peut aussi imaginer des initiatives au niveau populationnel, imagine le docteur Guessous. Genève pourrait par exemple décider d'ôter les sièges des transports publics et de les réserver aux personnes qui n'ont pas d'autre choix que d'être assis.» Les encouragements à marcher et faire du vélo pour se déplacer vont évidemment dans le même sens.

Enfin, les résultats australiens sont importants mais «pas encore assez solide pour tout changer». Ils doivent être confirmés et «il faut faire des études montrant qu'à l'inverse, vous allez diminuer la mortalité en favorisant la position debout». On peut cependant légitimement se demander si aux quatre recommandations de l'OMS concernant l'activité physique (cf. ci-dessous), il ne faudrait pas rajouter une cinquième: «Les adultes âgés de 45 ans et plus devraient s'asseoir au maximum six heures par jour.»

Les recommandations de l’OMS

Selon l’Organisation mondiale de la santé:

  1. Les adultes âgés de 18 à 64 ans devraient pratiquer au moins, au cours de la semaine, 150 minutes d’activité d’endurance d’intensité modérée ou au moins 75 minutes d’activité d’endurance d’intensité soutenue, ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue.
  2. L’activité d’endurance devrait être pratiquée par périodes d’au moins 10 minutes.
  3. Pour pouvoir en retirer des bénéfices supplémentaires sur le plan de la santé, les adultes devraient augmenter la durée de leur activité d’endurance d’intensité modérée de façon à atteindre 300 minutes par semaine ou pratiquer 150 minutes par semaine d’activité d’endurance d’intensité soutenue, ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue.
  4. Des exercices de renforcement musculaire faisant intervenir les principaux groupes musculaires devraient être pratiqués au moins deux jours par semaine.

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Douleurs du genou
On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

Après deux opérations au genou, l’Américaine championne de ski Lindsey Vonn a fait un come-back époustouflant....
Lire la suite
Troubles de l'odorat
Grains de poivre

Ne négligez pas les troubles de l’odorat

Plus d’une personne sur 20 souffre de perte de l’olfaction. Cela suite à un maladie ou un accident, voire...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Comment faire pour que le chômage ne ruine pas la santé?

Etre contraint à ne pas travailler peut constituer un traumatisme psychique. Quels en sont les symptômes? Comment faire pour en réduire les conséquences? Les réponses d’un psychiatre, spécialiste de médecine légale et de droit de la santé.
maladie_accident_vacances

Maladie, accident et vacances: les droits et obligations du salarié

Les vacances sont en principe synonymes de plaisir. Toutefois, nul n’est à l’abri d’une maladie ou d’un accident survenant pendant ces périodes de repos. Dans une telle situation, l’employé peut-il récupérer les jours de congé compromis? Et à l’inverse, peut-on prendre des vacances si l’on est en arrêt pour incapacité de travail?
Videos sur le meme sujet

Travail pénible: quand le métier pèse lourd

La pénibilité du travail se situe dans l’effort physique mais aussi dans les métiers où on ne s’y attend pas...