Mon enfant a (encore) le rhume

Dernière mise à jour 20/12/18 | Article
enfant_encore_rhume
Les rhumes chez les enfants sont particulièrement fréquents. Quelques conseils pour mieux les prévenir et les soulager.

«Atchoum!» Pour la cinquième fois de la saison, votre enfant est enrhumé? Courage, cela ne fait que commencer. Avant l’âge de deux ans, les petits attrapent facilement une dizaine de rhumes par année. Nez qui coule, congestions nasales, toux, maux de gorges… Des désagréments qui durent en moyenne trois à cinq jours. Pour comprendre pourquoi nos enfants y sont aussi sensibles, il faut tout d’abord savoir d’où vient le rhume.

Plusieurs types de virus sont susceptibles de s’attaquer aux muqueuses nasales. Ils appartiennent à ce qu’on appelle la famille des «virus respiratoires». En hiver, l’air sec et froid favorise leur survie et donc leur contagion.

Les bactéries nasales nous protègent contre le rhume

Les enfants dont le nez contient un microbiote varié guérissent plus vite d’un rhume que les autres. C’est ce que suggère une étude menée par des chercheurs de l’Hôpital de l’enfance à Bâle. Les auteurs ont analysé les prélèvements issus du nez de 167 bébés présentant les premiers symptômes d’une inflammation respiratoire. Ils ont ainsi mis en évidence que ceux qui possèdent certaines bactéries spécifiques dans leur nez guérissent plus rapidement. Les chercheurs avancent deux explications possibles: d’une part, la présence de certaines bactéries pourrait entraîner des inflammations et aggraver les symptômes. D’autre part, posséder une grande variété de bactéries agirait à l’inverse comme une sorte de protection contre les effets des inflammations respiratoires. Sur le long terme, cette étude pourrait aider à déterminer à quoi ressemble un «bon microbiote». Si certaines bactéries utiles sont manquantes, elles pourraient alors être introduites à l’aide de probiotiques.

Mais pourquoi les enfants sont-ils plus sensibles? «Ils n’ont pas encore acquis des mécanismes de défense contre les nombreux et différents virus du rhume qui sont en circulation, explique le Dr Andrés Pascual, médecin-chef du Service de pédiatrie du Groupement Hospitalier de l’Ouest Lémanique. De plus, pendant la saison froide, ils sont souvent à l’intérieur, au contact d’autres enfants malades. Et ils ont moins de réflexes de protection que les adultes».

Attention à l’hygiène

Les virus responsables du rhume s’attrapent en effet par contact direct avec les sécrétions. Lorsqu’on tousse ou éternue, des petites gouttelettes sont émises. Elles se propagent alors sur quelques mètres par voie aérienne. Un rhume peut également s’attraper au contact de la salive. Et les enfants, justement, mettent beaucoup les doigts à la bouche. Ils ne font pas non plus toujours attention à se laver les mains avant de manger, par exemple. Par conséquent, une voie royale aux virus est ouverte.

«Vous pouvez dès que possible apprendre à votre enfant à utiliser un mouchoir, ou en tout cas à mettre ses mains devant la bouche et le nez quand il éternue, recommande le Dr Pascual. Il faut aussi lui expliquer que les mouchoirs doivent toujours aller à la poubelle». Quant aux adultes, quelques gestes du quotidien peuvent réduire le risque de transmission. Il est par exemple nécessaire de se laver les mains avant de changer son enfant ou avant de lui donner un repas. «Veillez aussi à ce que ses vaccins soient bien à jour, ajoute le Dr Pascual. Ils ne préviennent pas le rhume mais évitent certaines complications, comme les infections bactériennes de l’oreille ou des poumons».

Quel traitement?

Si malgré cela, votre petit bout de chou tombe malade, inutile de s’affoler. Un rhume passe généralement tout seul et ne nécessite pas d’antibiotique ou d’antiviral. Le plus important est surtout de veiller à ce qu’il s’hydrate correctement. «Avec la fatigue, on a souvent tendance à moins boire, remarque le Dr Pascual. Or, c’est un liquide important pour fluidifier les sécrétions». Il est également nécessaire que les voies aériennes de votre enfant soient dégagées. Les pédiatres recommandent donc d’effectuer des toilettes nasales, avec par exemple un torchon humide. Si votre bébé est trop petit pour se moucher seul, ses sécrétions peuvent être aspirées à l’aide d’un mouche-bébé (un petit dispositif en forme de poire, disponible en pharmacie). Le sérum physiologique (eau salée sous forme de gouttes pour le nez) est très efficace pour enlever les sécrétions nasales. Il peut donc être utilisé pour rincer soigneusement le nez de votre enfant, avant de lui demander de bien se moucher. Les sirops contre la toux sont quant à eux à éviter, sauf sur ordonnance.

Certains symptômes spécifiques doivent cependant alerter. Si la fièvre de votre enfant est trop élevée ou s’il a de la peine à respirer, il faut rapidement consulter. «En cas de doute, j’encourage les parents à contacter la centrale téléphonique des médecins, recommande le Dr Pascual. Ils pourront vous donner de bons conseils et cela vous évitera d’attendre des heures aux urgences, souvent surchargées».

Attention à la coqueluche

La coqueluche est une infection contagieuse causée par une bactérie. Elle débute souvent comme une toux ou rhume banal, puis évolue vers des quintes de toux très fortes. Certaines complications peuvent être particulièrement dangereuses pour les bébés. La coqueluche peut provoquer des otites, des pneumonies, des apnées (des pauses respiratoires) ou même un arrêt respiratoire, des convulsions et des lésions cérébrales qui peuvent laisser des séquelles à vie. «Pour ne pas prendre ce risque, il est vraiment important de penser au vaccin, rappelle le Dr Andrés Pascual, médecin-chef du Service de pédiatrie du Groupement Hospitalier de l’Ouest Lémanique. Il existe un schéma de primovaccination accéléré (3 doses à 2, 3 et 4 mois de vie) qui est recommandé pour les nourrissons qui fréquenteront une garderie avant l’âge de 5 mois. Il est important, si possible, que l’enfant reçoive au moins deux doses, un mois avant de commencer. Les parents, grands-parents ou tout autre adulte ayant un nourrisson de moins de 6 mois dans l'entourage doivent aussi être vaccinés, si la dernière vaccination contre cette maladie remonte à dix ans ou plus. Enfin, le vaccin est aussi recommandé aux femmes enceintes à chaque grossesse. De cette façon, les bébés sont protégés par les anticorps maternels pendants ses premiers mois de vie, avant d’avoir été vaccinés.»

A noter que ce vaccin fait partie du programme de vaccination de base pour les enfants. Il est utile pour prévenir la coqueluche et ses complications très graves. Même si cette vaccination a permis de réduire fortement les cas de coqueluche en Suisse, le risque pour un nourrisson d’être contaminé est encore élevé, car les parents ou les frères et sœurs peuvent contaminer le bébé qui n’a pas encore été correctement vacciné.

________

Paru dans le Quotidien de La Côte le 19/12/2018.

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Douleurs au tendon d’Achille: quel traitement?

Douleurs au tendon d’Achille: quel traitement?

Une blessure au tendon d’Achille est un problème bien connu des sportifs, particulièrement des adeptes...
Lire la suite
Problèmes de peau
Dermatologie: cinq problèmes de peau

Dermatologie: cinq problèmes de peau

La peau est notre plus grand organe. Elle représente 10% de la totalité de notre corps, ce qui équivaut...
Lire la suite
Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Comment on attrape un rhume

Comment on attrape un rhume

Le rhume est causé par un groupe de virus issus de différentes familles qu’on appelle les «virus respiratoires»: les rhinovirus (et leurs cousins les entérovirus), le virus respiratoire syncitial (RSV), les coronavirus, les virus parainfluenza, les adénovirus et les métapneumovirus. Le virus de la grippe engendre en général des symptômes plus sévères qu’un simple rhume. On estime que les rhinovirus sont à l’origine d’environ la moitié des épisodes de rhume.
mon_enfant_hiver

Mon enfant en hiver

L’hiver est traditionnellement la saison des rhumes, grippes et autres infections qui mettent la santé de la famille à rude épreuve. Voici quelques conseils pour mieux prendre soin des plus jeunes quand les virus attaquent.
hiver_virus_poumons

En hiver, les virus ont plus de chances d’infecter vos poumons

Les basses températures assèchent nos muqueuses, affaiblissent nos défenses immunitaires et modifient la flore microbienne de nos poumons. Elles offrent aux virus un terrain favorable.
Videos sur le meme sujet

Pourquoi se mouche-t-on?

Avec l'arrivée des jours plus froids, la tendance mouchoir sous le nez augmente, même si on se mouche toute l'année!

Pourquoi éternue-t-on?

Eternuer c'est automatique, c'est un réflexe. Mais pourquoi éternue-t-on?

Le rhume dans tous ses états

Adrien Zerbini vous propose un dossier sur une affection qui semble banale, mais qui ne l'est pas toujours: le rhume.
Maladies sur le meme sujet
Bronchite aigue

Bronchite aiguë

La bronchite aiguë est une infection bénigne qui se manifeste en général par une toux, des maux de gorge et une gêne à la respiration, sans fièvre élevée.

Symptômes sur le meme sujet
thermomètre digital

Fièvre

J’ai de la fièvre