Le «common cold», une obsession anglo-saxonne

Dernière mise à jour 10/12/12 | Article
Le «common cold», une obsession anglo-saxonne
Les francophones et les anglophones comprennent-ils la même chose quand ils parlent de froid? Pas certain. Analyse.

«Nous avons envoyé un homme sur la lune, et nous ne sommes même pas capables de découvrir le remède du common cold!». C’était le 21 juillet 1969, alors que Neil Armstrong fait ses premiers pas sur la Lune, les Etats-Unis sont au faîte de leur puissance. Mais déjà, les esprits chagrins d'Amérique se désolent à l’idée de ce mal sans remède. L'expression, elle, est restée.

Mais qu’est-ce donc que le common cold et, surtout, d’où vient-il? En Amérique, le common cold passionne dès les prémices de la Révolution. Benjamin Franklin, père fondateur francophile et scientifique émérite, se passionne pour ce «froid commun». Au XVIIIe siècle, la sagesse populaire attribue cette affection aux vêtements mouillés et à l'humidité. Outre-Atlantique, le grand homme n'est pas de cet avis. Il observe que ses semblables «se passent souvent le cold dans les petites pièces confinées, les diligences etc. et lorsqu'ils conversent l'un à côté de l'autre, respirant leurs exhalaisons mutuelles». L'avenir lui donnera raison. Premier ambassadeur des Etats-Unis en France, Franklin échange abondamment sur la question avec les sujets de Louis XVI. Dans ses courriers rédigés en français, il traduit le common cold par «rhume».

La Grande-Bretagne n'est pas en reste. Pendant la Second Guerre mondiale, c'est le gouvernement de Winston Churchill qui met en garde les citoyens contre les coûts matériels du rhume et de la grippe. Pragmatique Albion: une affiche leur recommande «de mettre leur mouchoir devant leur bouche avant de tousser, afin d'y emprisonner les microbes»; ces derniers pourraient coûter «3500 tanks, 1000 bombardiers et 1 000 000 de fusils» à la mère patrie. En 1946, le Medical Research Council met en place la Common Cold Unit, une unité de recherche médicale chargée d'identifier et de vaincre cet ennemi invisible. L'équipe remporte une première victoire en isolant le désormais célèbre rhinovirus. On s'empresse de l'inoculer à des volontaires. Peine perdue; le remède définitif ne sera jamais découvert.

La France, de glace face au «common cold»

Fait étrange, la francophonie ne partage pas ce vif intérêt pour le fameux virus. Loin d'être un «froid commun», on parle de «rhume banal». Rhume, du latin rheuma: le flux des eaux, la marée. Comme la mer, le rhume est fluide; comme la mer, il va et vient sans qu'on y puisse grand chose. Certes, il nous arrive d'associer le rhume au froid (du latin frigidus; le «froid» du climat comme de l'indifférence) – mais le «cold» anglais est bien plus menaçant. Issu du vieil anglais cald, lié au latin gelu, «cold» trouve ses racines dans la glace matérielle comme émotionnelle: la peur glaciale de l'âge, de la maladie et de la mort. L'obsession pour l'irréductible virus trouverait-elle sa source dans l'étymologie?

En France, le rhume est plus une affaire de fluides et d'humeurs que de température. Et ce n'est sans doute pas un hasard si Franklin, qui vouait une passion toute scientifique aux mers et aux rivières, fut le premier à comprendre sa véritable nature. Dans l'éloge d'un de ses traducteurs, on apprend ainsi que le diplomate discourt avec la même assurance «des marées remarquables dans certaines rivières», «des moyens de se désaltérer avec l’eau de la mer» et de la «véritable cause des rhumes».

Le 21 novembre 2012, John Grotzinger, responsable de la mission Mars Science Laboratory, annonce que le robot Curiosity a fait une découverte «digne d'entrer dans les livres d'Histoire». La planète rouge serait sur le point de nous livrer l'un de ses plus passionnants secrets. Le remède du common cold?

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Douleurs du genou
On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

Après deux opérations au genou, l’Américaine championne de ski Lindsey Vonn a fait un come-back époustouflant....
Lire la suite
Problèmes de peau
Dermatologie: cinq problèmes de peau

Dermatologie: cinq problèmes de peau

La peau est notre plus grand organe. Elle représente 10% de la totalité de notre corps, ce qui équivaut...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
mon_enfant_hiver

Mon enfant en hiver

L’hiver est traditionnellement la saison des rhumes, grippes et autres infections qui mettent la santé de la famille à rude épreuve. Voici quelques conseils pour mieux prendre soin des plus jeunes quand les virus attaquent.
hiver_virus_poumons

En hiver, les virus ont plus de chances d’infecter vos poumons

Les basses températures assèchent nos muqueuses, affaiblissent nos défenses immunitaires et modifient la flore microbienne de nos poumons. Elles offrent aux virus un terrain favorable.
Le rhume, évitons-le!

Le rhume, évitons-le!

Le rhume, on ne veut surtout pas l’attraper. La doctoresse Anne Iten et le docteur Manuel Schibler des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) nous disent tout sur sa transmission.
Videos sur le meme sujet

Pourquoi éternue-t-on?

Eternuer c'est automatique, c'est un réflexe. Mais pourquoi éternue-t-on?

Le rhume dans tous ses états

Adrien Zerbini vous propose un dossier sur une affection qui semble banale, mais qui ne l'est pas toujours: le rhume.
Maladies sur le meme sujet
Bronchite aigue

Bronchite aiguë

La bronchite aiguë est une infection bénigne qui se manifeste en général par une toux, des maux de gorge et une gêne à la respiration, sans fièvre élevée.

Symptômes sur le meme sujet
thermomètre digital

Fièvre

J’ai de la fièvre