La rhinite, une réaction bien connue des allergiques

Dernière mise à jour 27/07/17 | Article
rhinite_reaction_allergiques
Les symptômes de la rhinite allergique, une inflammation des muqueuses nasales, varient selon les individus et la nature des allergènes en jeu. Celle-ci peut se manifester de manière saisonnière, comme le rhume des foins, ou permanente.

La rhinite allergique est une inflammation aiguë ou chronique des muqueuses nasales. Elle se manifeste de différentes façons: obstruction et écoulement nasaux, éternuements fréquents, inflammation oculaire (conjonctivite), démangeaisons des yeux, du nez, du palais et/ou de la gorge, maux de tête, fatigue et parfois toux.

La rhinite saisonnière

La pollinose, appelée communément rhume des foins, est la plus fréquente et la plus typique des allergies respiratoires saisonnières. D’après les études, pas moins de 13,5% de la population suisse souffre de rhinoconjonctivite saisonnière due aux pollens. Celle-ci peut apparaître dès l’âge de six-sept ans, avec un pic à l’adolescence chez les garçons et vers la trentaine pour les femmes. Mais il n’y a pas d’âge pour commencer: on peut, contre toute attente, «inaugurer» un rhume des foins à 70 ans!

Entre février et septembre, la nature est une usine à pollens qui tourne à plein régime. Mai et juin, saison des graminées, sont les mois qui font le plus de «victimes» dans les rangs des allergiques. Certes, la majorité d’entre eux ne va pas trop souffrir. Restent les plus sensibles qui sont contraints de garder une main sur le paquet de mouchoirs. Chez eux, quelques minuscules grains de pollen en suspension peuvent être dévastateurs et déclencher des rafales d’éternuements épuisantes. Autres signes fréquents: picotements dans la zone du nez, de la gorge et du palais, écoulement incessant du nez et inflammation des yeux. Plus rarement, des crises d’asthme peuvent survenir. Pour aggraver le tableau, on sait que 20 à 30% des personnes souffrant d’un rhume des foins développeront un asthme bronchique plus tard.

Obstruction nasale

Dès qu’il le peut, le «pollinique» rentre chez lui, toutes fenêtres fermées, pour échapper aux pollens en liberté. La trêve est de courte durée, car si la crise cède, le nez reste bouché encore pendant plusieurs heures. La nuit n’est pas non plus de tout repos: on dort la bouche ouverte pour cause de narines obstruées et le réveil est souvent rude. L’hyperréactivité nasale se manifeste à peine le premier pied mis à terre, avec force éternuements et goutte au nez. Heureusement, il est tout à fait possible d’éviter tous ces désagréments grâce à des traitements symptomatiques qui permettent de traverser la saison à risque d’un pas léger. Outre les pollens, il existe d’autres allergies à caractère saisonnier. Certaines moisissures connaissent un pic en été et les acariens sont en surnombre en automne dans les régions plutôt froides.

Les allergies croisées

Environ 30% des personnes hypersensibles aux pollens le sont aussi à certains fruits et légumes. En raison de certaines similitudes immunologiques, leur organisme a tendance à confondre ses ennemis en prenant, par exemple, une pomme pour du pollen de bouleau… On parle alors de syndrome d’allergie orale ou d’allergies croisées. Les plus courantes? Pollen de bouleau et pomme/carotte/céleri/noisette; pollen d’ambroisie et melon/pastèque; pollen de graminées et tomate/cacahuète; latex/fruits. Les symptômes sont généralement locaux avec des démangeaisons dans la bouche et une gêne au niveau du pharynx. Toutefois, le risque de faire une réaction anaphylactique n’est pas totalement exclu.

Le saviez-vous?

Quand on souffre de rhinite allergique, l’asthme n’est jamais loin. Ce dernier se cache souvent derrière une toux discrète ou un léger essoufflement. Il existe en effet une forte association entre les deux. D’où l’intérêt de ne pas s’arrêter au nez bouché et de rechercher la présence d’un asthme. A noter aussi que trois quarts des asthmatiques ont aussi une rhinite.

La rhinite non saisonnière

Ce terme regroupe tous les rhumes qui ne présentent pas de caractères liés aux saisons. Certains peuvent durer toute l’année: on parle alors de rhinite perannuelle, comme c’est le cas de l’allergie aux acariens de la poussière de maison ou aux moisissures. D’autres sont liés à une profession ou une activité, comme par exemple la farine pour le boulanger ou les crins de chevaux pour les amateurs d’équitation.

La rhinite perannuelle est due à une exposition chronique à un allergène qui n’est d’ailleurs pas toujours connu de l’enrhumé perpétuel. D’où l’intérêt de consulter si l’on a un nez constamment bouché, été comme hiver, sans qu’aucun refroidissement ne puisse l’expliquer.

_________

Extrait de:

J’ai envie de comprendre… Les allergies, de Suzy Soumaille, en collaboration avec Philippe Eigenmann, Ed. Planète Santé, 2013.

A LIRE AUSSI

Problèmes de peau
Dermatologie: cinq problèmes de peau

Dermatologie: cinq problèmes de peau

La peau est notre plus grand organe. Elle représente 10% de la totalité de notre corps, ce qui équivaut...
Lire la suite
Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Douleurs musculaires
Douleurs au tendon d’Achille: quel traitement?

Douleurs au tendon d’Achille: quel traitement?

Une blessure au tendon d’Achille est un problème bien connu des sportifs, particulièrement des adeptes...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
allergies_facteurs_risque

Les allergies et leurs facteurs de risque

La plupart des allergies sont liées à une prédisposition familiale. Certains facteurs de risque externes liés à notre environnement favorisent néanmoins leur développement.
Les mécanismes de l’allergie

Les mécanismes de l’allergie

Erreur sur la cible et réaction exagérée. Dans l’allergie, le système immunitaire dépasse le cadre de sa mission de défense et se met à attaquer, sans discernement, des substances aussi inoffensives que le céleri ou le pollen déclenchant ainsi toute une série de symptômes regroupés sous le terme d’allergie.
Anaphylaxie: une réaction allergique grave

Anaphylaxie: une réaction allergique grave

Il arrive parfois que tout l’organisme soit concerné par une réaction allergique. Cette manifestation généralisée se nomme anaphylaxie. Elle est la plus grave, mais aussi la moins fréquente, des réactions allergiques.
Videos sur le meme sujet

Qu'est-ce qu'une allergie?

Notre corps est sans cesse confronté à des substances qui se trouvent autour de nous, comme l'air, les microbes, les poils des animaux domestiques. Parfois, notre système immunitaire réagit de façon exagérée à certaines de

Des bactéries contre l'allergie aux cacahuètes

Bonne nouvelle sur le front des allergies aux cacahuètes.

Le Lait: stop ou encore?

Depuis 10’000 ans, les pays à tradition d’élevage boivent du lait et consomment ses produits fermentés, yoghourts et fromages.
Symptômes sur le meme sujet

Rougeur

J’ai une ou des taches rouges / des rougeurs sur la peau