Comment se protéger de la pollution sonore

Dernière mise à jour 20/11/15 | Article
Comment se protéger de la pollution sonore
On sait que l’exposition à un bruit intense peut provoquer des dégâts immédiats et irrémédiables du système auditif, de même que l’exposition répétée à un son fort peut entraîner une perte définitive de l’audition. Une étude menée par des chercheurs de Boston chez des souris montre qu’un bruit normal mais permanent pourrait également causer des lésions.

La pollution sonore peut avoir des conséquences irrémédiables sur notre système auditif. Pour bien comprendre l’impact du bruit sur notre audition, il faut savoir qu’un signal acoustique est une énergie qui se propage dans l’oreille. Cette énergie met en mouvement les liquides de l’oreille interne qui font vibrer les cils à la surface des cellules sensorielles, ce qui génère un signal électrique transmis au cerveau par le nerf auditif. «Chaque oreille interne comporte 3500 cellules d'audition qui accomplissent des tâches extrêmement vastes», souligne le Professeur Jean-Philippe Guyot, chef du Service ORL aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG).

Lorsque l'oreille interne est exposée à des niveaux sonores extrêmes, ou à des niveaux un peu excessifs mais pendant une durée prolongée, la pression qui s’exerce sur les cils devient dangereuse. «Il faut se figurer un bruit fort, du type explosif, comme un coup de vent trop fort qui ébranle tellement les cils que ceux-ci se rompent et les cellules meurent. Le déficit auditif est alors définitif».

Génération de sourds?

On est souvent alarmiste par rapport au nombre d’heures que les jeunes passent avec un casque ou des écouteurs sur les oreilles et au volume sonore auquel ils écoutent de la musique. Le Pr Guyot rappelle que les appareils sont aujourd’hui calibrés et doivent être retirés du marché s’ils dépassent les normes. Certes, les risques d’atteinte au système auditif existent, mais les jeunes d’aujourd’hui ne sont pas plus exposés que les anciens qui travaillaient dans des aciéries et des mines ou faisaient du tir à l’armée, sans protection. Toutefois, «même si cela les enquiquine, il faut que les jeunes sachent que lorsque les cils sont détruits, c'est irrémédiable», conclut le Pr Guyot.

Un autre cas de figure néfaste pour l’audition est l’exposition à un bruit d’une intensité un peu moins élevée mais durable. Contrairement à la perte d’audition immédiate qui suit un traumatisme sonore, les lésions sont dans ce cas progressives. «De multiples expositions à des bruits trop forts provoquent peu à peu la mort de quelques cellules qui vont perdre leurs cils parce qu’ils ont été trop sollicités». Cela se caractérise par une atténuation de la perception des sons et une distorsion de l’audition. Certaines fréquences ne seront plus perçues aussi bien qu’avant.

Pour ne pas faire courir de risques à notre audition, on estime qu’il ne faudrait pas être exposé à 85 décibels (l’unité de mesure de la puissance sonore) plus de 8 heures par jour. Dans la vie quotidienne, plusieurs nuisances sonores correspondent au seuil de risques, fixé à 80 dB, à commencer par le bruit d'une rue à fort trafic. Au-delà de 90 dB, soit le bruit d’une tondeuse à gazon ou d’un aboiement, on parle de seuil de danger. Le seuil de douleur, aux alentours de 100-110 dB, correspond au bruit d'une discothèque ou d'un avion au décollage. Dès 120 dB, le risque de perte de l’audition est immédiat et irrémédiable.

Autres conséquences de la pollution sonore

La pollution sonore, qui est définie comme un bruit qui gêne ou perturbe le bien-être normal, est associée à bien d’autres maux que les seules atteintes du système auditif: dépression, insomnies, hypertension et risques cardio-vasculaires. Selon un rapport de 2011 de l’Organisation mondiale de la santé, un million d’années de vie en bonne santé seraient perdues en Europe suite à la morbidité, à des invalidités ou à une mortalité prématurée, conséquence de la pollution sonore résultante de la circulation automobile. Le Pr Guyot tempère toutefois ces assertions. «Les conséquences autres que les atteintes au système auditif sont plus d’ordre psychologique ou éco-toxicologique. Vivre dans un endroit bruyant où on a de la peine à dormir génère un agacement et du stress, mais il n’existe aucun lien clairement établi entre le bruit et l’hypertension ou d’autres maladies. Ce n’est pas le bruit qui est responsable, mais la manière dont on le vit.» Difficile en effet de faire la corrélation entre nuisance sonore et effets directs sur la santé: «Il faudrait pour cela mesurer le bruit auquel les gens sont soumis, isoler le bruit qui génère le stress et tenir compte de tous les éléments susceptibles de provoquer un stress chez la personne dans sa vie quotidienne».

Même un bruit normal…

La pollution sonore n’est pas constituée que de bruits d’une intensité moyenne ou élevée. Dans les agglomérations en particulier, le bruit est omniprésent. Or, une étude menée par des chercheurs de Boston montre que même les bruits courants de la vie quotidienne auraient un impact sur notre système auditif. Des souris exposées à un bruit considéré comme «normal» présentaient en effet des dégâts sur le fil qui relie les cellules au cerveau. «Nous sommes peut-être face à un problème méconnu associé aux bruits courants. Cela signifie que l’exposition constante à des bruits peut également générer des atteintes des nerfs auditifs. On peut en conclure qu’il serait bon, parfois, de laisser nos oreilles tranquilles», souligne le Pr Guyot.

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Douleurs du genou
On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

Après deux opérations au genou, l’Américaine championne de ski Lindsey Vonn a fait un come-back époustouflant....
Lire la suite
Troubles de l'odorat
Grains de poivre

Ne négligez pas les troubles de l’odorat

Plus d’une personne sur 20 souffre de perte de l’olfaction. Cela suite à un maladie ou un accident, voire...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
cotons_tiges

Pas de cotons-tiges dans les oreilles de vos enfants

A moins que votre pédiatre ne vous le recommande, pas besoin de nettoyer l'intérieur des oreilles de vos enfants! Les spécialistes déconseillent fermement l'emploi du coton-tige.
Homme faisant des prélèvements d'eau

Environnement et cancer: un duo infernal?

Sujet très médiatisé, la relation entre cancer et environnement suscite des craintes liées aux facteurs de risques non maîtrisables: pollution de l’air et de l’eau, téléphonie mobile, etc. Le Professeur Boffetta fait le point.
Acouphènes: vers une meilleure prise en charge?

Acouphènes: vers une meilleure prise en charge?

Même dans un silence total, la personne souffrant d'acouphènes a la sensation d'entendre des tintements, des sifflements ou encore des bourdonnements. Pour réussir à soulager les symptômes de ce trouble de l’oreille, il est nécessaire de favoriser une prise en charge médico-psychologique.
Videos sur le meme sujet

Troubles de l'ouïe: moins de bruit pour mieux s'entendre!

Quelles sont les conséquences du bruit sur notre ouïe? Quels dommages provoquent-ils, quelles sont les solutions pour éviter le pire? L'antidote fait le point.

Particules fines: on dépasse les limites!

Les effets néfastes des particules fines ont été prouvés. Cette émission passe à la loupe ces polluants qui menacent nos poumons.

L'eau du robinet: à boire sans modération

Malgré sa relative abondance, l'eau est une denrée précieuse. Et si l'on veut la consommer, il faut surveiller sa qualité car elle peut facilement être contaminée ou polluée.