Une piqûre d’insecte peut être bien plus que désagréable

Dernière mise à jour 19/08/15 | Article
Une piqûre d’insecte peut être bien plus que désagréable
Contrecoup: se faire piquer par un insecte volant provoque, dans certains cas, des réactions allergiques. Et sous des latitudes plus exotiques, cela peut même être la source de maladies graves.

Pique-niques sur l’herbe et repas sur la terrasse: ces plaisirs estivaux sont parfois gâchés par de douloureuses piqûres d’abeilles, de guêpes, de frelons ou de moustiques. Quant aux baignades dans les lacs, certaines valent de pénibles démangeaisons dues aux puces de canard.

La piqûre de moustique

Abeilles, guêpes et frelons: gare aux réactions allergiques

C’est à ces insectes de la famille des hyménoptères que l’on doit, sous nos latitudes, la majorité des piqûres estivales. Les abeilles, les guêpes et les frelons ne provoquent pas seulement des réactions inflammatoires douloureuses, leurs piqûres figurent parmi les trois premières causes d’allergies généralisées et sont responsables de «trois à quatre décès par an en Suisse», indique François Spertini, responsable du service d’immunologie et d’allergologie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). 

Les piqûres provoquent des gonflements de la peau, «qui sont impressionnants, poursuit l’allergologue. C’est pourquoi de nombreuses personnes croient qu’elles font une allergie, alors qu’il s’agit d’une réaction immune classique, semblable à celle de la vaccination. Dans ce cas, il suffit de mettre de la glace sur la peau.» 

Il en va autrement si on observe des gonflements distants de l’endroit piqué, dans la gorge par exemple, que l’on a de l’urticaire ou une chute de pression. Le choc anaphylactique menace et il faut alors «aller aux urgences», poursuit le Dr Spertini. Les personnes qui se savent allergiques peuvent d’ailleurs avoir sur elles des antihistaminiques et une seringue contenant de l’adrénaline. 

Pour éviter ces risques, mieux vaut savoir que les abeilles n’attaquent que quand elles se sentent menacées ou pour défendre leur ruche. Il faut donc regarder où l’on met les pieds et porter des gants quand on jardine. En revanche, les guêpes sont attirées par les repas. Lorsque l’une d’elles voltige autour des assiettes, «il faut l’éloigner en restant calme, conseille le médecin. Si on la tue, elle émet des phéromones qui attirent ses congénères.» Quant aux frelons, «ils ne sont agressifs que quand on s’approche de leur nid, constate Camillo Ribi, médecin associé au service d’immunologie et d’allergie du CHUV. Leur taille étant plus imposante que celle des guêpes, ils injectent plus de venin, mais ils sont moins agressifs et piquent moins facilement que leurs cousines.»

L’astuce 

Contrairement aux guêpes, les abeilles ont un dard qu’elles laissent dans la peau avec leur sac à venin. Lorsqu’on a été piqué, «il est nécessaire d’enlever cet aiguillon le plus vite possible», souligne Camillo Ribi. 

Mais comment faire? «Surtout, ne pas presser dessus, répond l’allergologue. Il faut utiliser un objet tranchant, comme une carte de crédit, et la passer d’un coup sec sur la peau pour faire sortir le dard.»

Moustiques: inoffensifs en Suisse, mais pas dans les pays chauds

Entendre le bourdonnement de moustiques qui volent autour de soi les soirs d’été a de quoi énerver, tout comme les démangeaisons que provoquent leurs piqûres. Toutefois, en Suisse et en Europe, on ne risque pas grand-chose sauf, «dans de rares cas, des réactions allergiques qu’il suffit en général de traiter à l’aide d’une pommade antihistaminique», précise Blaise Genton, médecin-chef des maladies tropicales à la Policlinique médicale universitaire de Lausanne et au CHUV. 

Les voyageurs au long cours peuvent s’inquiéter davantage, car ces insectes peuvent transmettre diverses pathologies. A commencer par le paludisme, maladie endémique dans de nombreuses régions chaudes et due à des parasites véhiculés par des moustiques du genre Anopheles. 

Leurs cousins Ædes, les «moustiques tigres», peuvent de leur côté provoquer des infections virales. «La plus fréquente est la dengue», indique le spécialiste. Cette fièvre tropicale –qui, dans de rares cas, entraîne des complications hémorragiques– est longtemps restée le lot des régions tropicales. Mais elle s’étend rapidement et touche aujourd’hui le sud-est de la France. Le moustique tigre est aussi porteur du virus du chikungunya, qui gagne également du terrain et sévit désormais en Europe. On voit même émerger de nouveaux virus, comme le Zika qui, après avoir infecté 55'000 personnes en Polynésie française, fin 2013, a désormais atteint le Brésil. 

Le saviez-vous?

Les moustiques piquent aussi le jour. Dans nos contrées, on est habitué à voir les moustiques apparaître au coucher du soleil. Mais ceux du genre Ædes –beaucoup plus redoutables, car ils peuvent transmettre la dengue ou le chikungunya– piquent pendant la journée, prévient le Dr Blaise Genton, spécialiste de médecine tropicale. Il ne faut donc pas attendre le soir pour mettre des produits répulsifs sur les parties apparentes du corps. 

Mais comment procéder quand on doit aussi se protéger du soleil? «Il faut d’abord appliquer la crème solaire, attendre une vingtaine de minutes, puis étaler ou pulvériser le produit antimoustique sur la peau», recommande le médecin.

Pour se préserver des piqûres de ces insectes, des gestes s’imposent: «Dormir sous une moustiquaire, brancher des diffuseurs antimoustiques et appliquer des produits répulsifs sur la peau», conseille Blaise Genton. En revanche, les gadgets du type bracelet ne sont pas très efficaces.

En collaboration avec

Le Matin Dimanche

A LIRE AUSSI

Problèmes de peau
Dermatologie: cinq problèmes de peau

Dermatologie: cinq problèmes de peau

La peau est notre plus grand organe. Elle représente 10% de la totalité de notre corps, ce qui équivaut...
Lire la suite
Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Blessures
cheville_etait_entorse

Cheville, et si c'était une entorse?

Traumatisme le plus fréquent en médecine de premiers recours, l’entorse de la cheville ne doit pas être...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
moustique_ennemi_vacancier

Le moustique, ennemi n°1 du vacancier

Sous nos latitudes, le seul inconvénient des piqûres de moustiques est qu’elles entraînent des démangeaisons. Mais dans les pays tropicaux, des parasites ou des virus peuvent également être transmis lors de ces piqûres et entraîner des maladies. Si vous prévoyez de voyager dans l’un de ces pays, méfiez-vous donc des moustiques!
allergie_animaux

Comprendre les allergies aux animaux et aux insectes

Les personnes sensibilisées le sont devenues au contact de leur animal domestique ou de ceux présents dans la famille ou le voisinage.
allergies_hymenopteres

Les allergies aux hyménoptères

En moyenne, trois personnes par année décèdent en Suisse des suites d’une piqure d’hyménoptère. Une allergie plutôt fréquente, qui peut avoir de graves conséquences et doit donc être surveillée avec attention.
Videos sur le meme sujet

La vitesse et le mode de progression de la fièvre jaune au Brésil

3,3 kilomètres par jour, c’est la vitesse à laquelle se propage le virus de la fièvre jaune au Brésil.

Détecter la malaria grâce à l'analyse d’images en direct de la HEIG-VD

Durant l'été 2018, Sarah Dirren vous propose de faire le tour de quelques innovations "Made in Switzerland" issues principalement des Hautes écoles spécialisées de Suisse occidentale (HES).

De nouvelles moustiquaires contre la malaria

Un nouveau type de moustiquaire pourrait éviter des millions de nouvelles contaminations à la malaria. En test au Burkina Faso, elles sont imprégnées de deux produits différents.
Symptômes sur le meme sujet
Piqûre de moustique

Piqûre insecte

Mon enfant s'est fait piquer par un insecte / une abeille
Guêpe

Piqûre insecte

J’ai une allergie après une piqûre d’insecte