Les selles comme médicament

Dernière mise à jour 05/09/18 | Questions/Réponses
PULS_microbiote_selles
La transplantation fécale (TF)* intrigue, en même temps qu’elle suscite de l’espoir. Le Dr Benedikt Huttner, médecin adjoint agrège au Service des maladies infectieuses des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), fait la lumière sur un traitement peu banal.

La TF suscite beaucoup de curiosité. De quoi s’agit-il exactement?

Il s’agit de recueillir les selles d’un donneur sain en fonction de critères similaires au don du sang. L’échantillon est filtré pour isoler les bactéries et contrôlé pour exclure le risque de transmission d’infections. La transplantation de selles se fait sous forme liquide par une sonde naso-gastrique ou gastro-duodénale, ou via l’anus. Les HUG se sont distingués avec l’étude R-Gnosis WP3, en étant les premiers en Suisse à congeler la matière fécale dans des capsules pour pouvoir les donner par voie orale. Une méthode moins invasive et plus confortable pour le patient.

Quelles sont ses indications?

La colite à Clostridium difficile, une infection qui cause des diarrhées importantes avec un risque de rechute et de péjoration sérieuse de l’état du patient, est la seule indication reconnue. Plusieurs études ont confirmé l’efficacité supérieure de la TF par rapport à d’autres traitements pour les cas récidivants. Elle suscite également un fort intérêt pour traiter la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse et le syndrome du côlon irritable. Mais les études qui devraient valider cette approche sont encore en cours.

Quels sont les risques?

En général, la TF est bien supportée, mais des événements indésirables graves sont décrits. Par ailleurs, le risque d’induire certaines maladies auto-immunes et la transmission de pathogènes du donneur ne peuvent pas être exclus à 100%. Enfin, cette thérapie doit encore être standardisée.

______

* ou bactériothérapie fécale.

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Problèmes de peau
Dermatologie: cinq problèmes de peau

Dermatologie: cinq problèmes de peau

La peau est notre plus grand organe. Elle représente 10% de la totalité de notre corps, ce qui équivaut...
Lire la suite
Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Blessures
cheville_etait_entorse

Cheville, et si c'était une entorse?

Traumatisme le plus fréquent en médecine de premiers recours, l’entorse de la cheville ne doit pas être...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_microbiote

Microbiote(s): vers de nouveaux espoirs thérapeutiques

Les récentes découvertes sur le microbiote –l’ensemble des bactéries vivant dans l’organisme– ont ouvert de nombreuses perspectives. Et si, en modifiant cette flore, on parvenait à prévenir et mieux soigner certaines maladies? Les experts des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et de l’Université de Genève (UNIGE) se font l’écho d’un domaine de recherche en plein essor.
PULS_microbiote_vrai-faux

Microbiote: vrai ou faux?

Testez vos connaissances sur le microbiote!
PULS_microbiote_connaissez-vous

Connaissez-vous vos microbiotes?

Dans un contexte de recherche scientifique mondiale jugée exponentielle, les experts des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et de l’Université de Genève (UNIGE) tissent des collaborations fructueuses. Florilège des études en cours.
Videos sur le meme sujet

Trop de propreté, c’est risqué

Notre mode de vie trop aseptisé est-il en train de nuire à notre santé? Sommes-nous en train de rendre la tâche impossible pour notre système immunitaire à force de faire la chasse aux microbes de notre environnement?

Trop de propreté, c’est risqué

Notre mode de vie trop aseptisé est-il en train de nuire à notre santé? Sommes-nous en train de rendre la tâche impossible pour notre système immunitaire à force de faire la chasse aux microbes de notre environnement?

Microbiote vaginal, la révolution rose

Les femmes ont un trésor commun, leur flore vaginale.