Incontinence : le botox vaut les anticholinergiques

Dernière mise à jour 16/10/12 | Article
Incontinence: le botox vaut les anticholinergiques
Des chercheurs américains ont mis en parallèle les bénéfices et les effets secondaires des deux traitements actuellement utilisés pour soigner l’incontinence.

Pour traiter l’incontinence urinaire par urgences mictionnelles (fuites accompagnées d’un besoin irrépressible d’uriner), on utilise généralement des anticholinergiques qui ont pour effet de bloquer les contractions anarchiques de la vessie. Lorsque ce traitement oral est inefficace, l’alternative est de pratiquer une injection de toxine botulique de type A (botox) dans la couche musculeuse de la vessie, le détrusor, mais les conséquences peuvent être une vidange incomplète de la vessie et la pose temporaire d’un cathéter. Or, de nouvelles études révèlent que l’un et l’autre de ces traitements sont appropriés en première intention.

Des chercheurs américains ont mis en parallèle mode d’administration, qualité de vie et effets secondaires de ces deux traitements chez 500 femmes souffrant d’incontinence.

La moitié d’entre elles a reçu quotidiennement des anticholinergiques pendant six mois, et l’autre moitié une injection unique de botox au niveau du détrusor. Dans les deux groupes, la qualité de vie a été améliorée de façon significative et le nombre d’épisodes d’incontinence a diminué de façon similaire, passant de 5 à 1,7-1,6 en moyenne.

Grâce au botox, l’incontinence a totalement disparu pendant six mois chez 27% de ces femmes contre 13% de celles traitées par voie médicamenteuse.

En revanche, 5% d’entre elles ont dû avoir recours à un cathéter, et un tiers a souffert d’infections urinaires contre 13% dans le groupe traité par anticholinergiques – celles-ci ayant eu plus souvent la bouche sèche. Un mois après la fin du traitement, 60% des femmes ayant subi une injection de botox contrôlaient encore leur vessie, contre la moitié des femmes du groupe anticholinergique. A douze mois, les chiffres étaient passés respectivement à 38 et à 25%.

Ces résultats pourraient aider les médecins à adapter leurs recommandations en fonction des besoins et profils d’effets secondaires de leurs patient(e)s.

Source

Visco AG, Brubaker L, Richter HE, et al. Anticholinergic therapy vs. Onabotulinumtoxin A for urgency urinary incontinence. N Engl J Med 2012, édition en ligne du 4 octobre.

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Douleurs du genou
On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

Après deux opérations au genou, l’Américaine championne de ski Lindsey Vonn a fait un come-back époustouflant....
Lire la suite
Troubles de l'odorat
Grains de poivre

Ne négligez pas les troubles de l’odorat

Plus d’une personne sur 20 souffre de perte de l’olfaction. Cela suite à un maladie ou un accident, voire...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Le tabou de l’incontinence

Le tabou de l’incontinence

Après un accouchement, 20% des femmes rencontrent des problèmes d’incontinence urinaire. Quelle est l’influence de la grossesse et du mode d’accouchement? Les explications du Dr Chahin Achtari, médecin responsable de la consultation d’uro-gynécologie à la maternité du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).
Quand faire pipi pose problème

Quand faire pipi pose problème

Vous ressentez des brûlures ou des douleurs en urinant? Vous faites une pause pipi toutes les 10 minutes? Votre urine a une forte odeur? Quand faire pipi pose problème, une consultation chez le médecin peut s’avérer nécessaire. Tour d’horizon de certains symptômes.
Que faire quand on souffre d’«urgenterie» ou «impériosité mictionnelle»?

Que faire quand on souffre d’«urgenterie» ou «impériosité mictionnelle»?

Les envies pressantes d’uriner peuvent traduire une forme particulière d’incontinence. Celle appelée «incontinence par hyperactivité vésicale». Explications.
Videos sur le meme sujet

Intoxications accidentelles

Les intoxications accidentelles sont nombreuses, malgré tous les messages de prévention. En Suisse, plus de 15’000 accidents par année sont dus aux médicaments, aux produits ménagers ou aux plantes.

Troubles de l'ouïe: moins de bruit pour mieux s'entendre!

Quelles sont les conséquences du bruit sur notre ouïe? Quels dommages provoquent-ils, quelles sont les solutions pour éviter le pire? L'antidote fait le point.

Tendinites: tendinoses et autres tendinopathies

Le sport est bon pour la santé. Le problème, c'est que trop sollicités, notre squelette, nos muscles et nos tendons peuvent parfois nous faire souffrir.
Symptômes sur le meme sujet
J'ai des pertes d'urine

Pertes d’urine

J'ai des pertes d'urine