Antibiotiques pour animaux: on en paie le prix

Dernière mise à jour 19/11/14 | Vidéo
L'organisation mondiale de la santé a lancé cette année un gros cri d'alarme face au développement rapide des bactéries résistantes aux antibiotiques.

L’usage vétérinaire est en grande partie responsable.

Un reportage 36.9° - RTS Un

A LIRE AUSSI

Vertiges
Santé bucco-dentaire

La glossodynie ou la bouche qui brûle

Adrien Zerbini vous propose de découvrir une maladie très peu connue, mais pourtant loin d’être rare.
Lire la suite
Problèmes de peau

De moustique, de fièvre ou de la varicelle, découvrez le contenu des boutons

Macules, papules, vésicules, bulles, pustules, il existe de nombreux boutons différents qui peuvent se développer sur notre peau.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
interview_thierry_calandra

«Le choc septique est un véritable big-bang pour l’organisme»

Chef du service des maladies infectieuses du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), le professeur Thierry Calandra s’est intéressé aux sepsis, ces infections fulgurantes et souvent mortelles. Ses recherches lui ont valu de recevoir, en avril dernier, l’«Award for Excellence» décerné par la Société européenne de microbiologie et de maladies infectieuses.
infections_urinaires_vaccin_resistances

Vaccin prometteur contre les infections urinaires

Développé par une start-up suisse et testé aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), il pourrait limiter les résistances aux antibiotiques.
Videos sur le meme sujet

Phagothérapie: le traitement de la dernière chance?

Les bactéries résistantes aux antibiotiques pourraient causer dix millions de morts par an d'ici 2050. Face à l'urgence, on redécouvre les phages, des virus tueurs de bactéries. Des médecins les utilisent en France et en Belgique, mais pas en Suisse...

Phagothérapie: le traitement de la dernière chance?

Les bactéries résistantes aux antibiotiques pourraient causer dix millions de morts par an d'ici 2'050.

D'anciens antibiotiques testés pour contourner les résistances

La lutte contre la résistance aux antibiotiques pourrait passer par l’emploi d’anciennes molécules