Problèmes de libido chez la femme: diagnostic et traitements

Dernière mise à jour 23/11/17 | Article
libido_femme_traitements
Bonne nouvelle, il existe plusieurs remèdes à un trouble du désir! Grâce au diagnostic médical et à certaines thérapies, toute femme peut retrouver une vie sexuelle satisfaisante et une vie de couple harmonieuse.

Oser la masturbation

Un certain nombre de sexothérapies recourent à des exercices de masturbation pour les divers troubles sexuels féminins, dont ceux du désir. Or, cette autostimulation reste une pratique souvent considérée comme anormale, prohibée, voire dangereuse. Pourtant, elle constitue fréquemment une voie efficace pour atteindre une sexualité épanouie, individuellement et en couple, pour découvrir ou redécouvrir son propre corps et son fonctionnement. A l’aide d’exercices à effectuer quotidiennement à la maison, seule ou à l’aide d’un vibromasseur adéquat, une femme peut apprendre à se stimuler. Cette thérapie et l’utilisation de ce type d’appareil permettent souvent de faire naître ou augmenter le désir sexuel. En tous les cas, des solutions aux troubles de la libido existent, et le sexologue est là pour estimer lesquelles seront le mieux adaptées à chaque personne.

Le premier pas dans le traitement d’un trouble du désir est avant toute chose la pose du diagnostic.

Pour l’établir, le médecin doit effectuer un certain nombre d’examens et interroger la patiente sur divers aspects de sa vie de femme et de couple. Il effectue notamment un bilan de santé général complet, ainsi qu’un contrôle gynécologique approfondi, dont un examen de la sensibilité (au toucher, au chaud, au froid, etc.) des zones génitales. Le spécialiste doit aussi s’intéresser au contexte familial, social et psychologique de la vie de la personne: est-elle mariée? A-t-elle des enfants, un travail? Son couple est-il harmonieux?

La méthode contraceptive choisie est aussi une question fondamentale. En effet, certaines pilules contraceptives peuvent réduire la libido chez certaines femmes. Un stérilet peut aussi être la source de douleurs. Finalement, tous les aspects de la sexualité de la personne qui consulte peuvent être détaillés: son historique et son évolution depuis l’adolescence, ses expériences et ses connaissances sur son corps, son fonctionnement sexuel, ses fantasmes et sa satisfaction sexuelle et conjugale, tout comme la manière dont son couple vit son intimité.

Parler sans tabous

Les questions ayant trait à l’intimité de la femme et du couple peuvent être perçues comme très gênantes. Des questionnaires d’évaluation de la sexualité, confidentiels, à remplir par écrit, rendent cette tâche moins délicate. Il est primordial d’y répondre en toute franchise, sans tabous, afin de pouvoir établir un diagnostic précis et les traitements adéquats. Il n’y a bien sûr aucune obligation de répondre à toutes les questions. Dans l’idéal, si la personne touchée par des troubles a un partenaire fixe, celui-ci devrait participer à la consultation, qui sert également à apprécier le contexte global et relationnel du couple pour déterminer si ce n’est pas là que le bât blesse. Son point de vue et son ressenti à lui sont donc très importants.

Orienter le traitement

Attention: n’arrêtez pas vos traitements

En aucun cas il ne faut arrêter un traitement (médical, hormonal) quel qu’il soit de son propre chef, sans en avoir parlé avec son médecin. Trop d’hommes et de femmes, pensant remédier ainsi à leurs troubles sexuels, arrêtent de prendre leurs médicaments, risquant une aggravation de leur maladie.

Et dans tous les cas, quel que soit le problème de santé (et le trouble sexuel), celui-ci doit être pris en charge par un spécialiste du domaine, qui connaît parfaitement les traitements adéquats et leurs effets secondaires (sur la libido entre autres).

Lors du diagnostic, il est indispensable que le médecin fournisse des informations et des conseils sexuels. La femme qui consulte pourra ainsi apprendre à se familiariser avec le fonctionnement de son corps, les mécanismes de l’excitation, mais aussi faire éventuellement le point sur ses croyances, peurs ou attitudes négatives face à sa sexualité et/ou celles du partenaire. Dans certains cas, comprendre ce qui a pu causer le problème peut suffire à faire renaître la libido!

Si la cause du trouble est physique (par exemple hormonale ou due à une maladie) ou psychiatrique (dépression, etc.), on traitera avant tout ce problème. Lorsque la cause est médicamenteuse, il est par exemple souvent possible de changer de médicament (ou de pilule contraceptive) ou de réduire le dosage. De même, si le problème est d’origine hormonale, un endocrinologue, spécialiste des hormones, cherchera les meilleurs traitements pour y remédier ou l’atténuer.

La thérapie androgénique consiste à administrer de la testostérone par voie intra-veineuse, patchs ou crème. Elle peut être efficace si la baisse de libido est due à un changement hormonal (par exemple la ménopause). Mais attention, elle présente des effets secondaires importants. Elle a par exemple tendance à provoquer un taux trop élevé de graisse dans le sang, une perte de cheveux, des troubles hépatiques et rénaux (atteintes du foie et des reins), ou encore une masculinisation (changement de la voix, hirsutisme, risque de tumeurs).

Thérapies sexuelles combinées

Même si la cause première du trouble du désir est physique, le traitement devrait toujours s’accompagner d’une thérapie travaillant également les aspects émotionnels, psychologiques et relationnels qui sont en jeu.

Evidemment chaque situation est particulière et le thérapeute adaptera la thérapie sexuelle et choisira celle qui convient le mieux à la femme qui consulte, et au couple. Bien souvent, il en combinera plusieurs. Vu le caractère multifactoriel des troubles du désir sexuel et des autres troubles sexuels féminins, les solutions uniques sont en effet souvent insuffisantes.

Le Viagra pour femme, un mythe?

On nous annonce régulièrement l’arrivée d’un «Viagra» pour les femmes, comme une pilule «magique» capable d’activer chimiquement le désir. Il existe effectivement des substances chimiques ayant un effet sur le désir, mais elles ne peuvent s’utiliser que dans des situations particulières. Elles ont de nombreux effets secondaires possibles et contre-indications. Mal utilisées, elles peuvent ainsi être dangereuses et notamment poser des problèmes cardiovasculaires. Les spécialistes en déconseillent donc l’emploi, sauf dans certains cas, où un soutien chimique peut être complémentaire à une sexothérapie. En tout état de cause, le traitement doit être prescrit et suivi par un spécialiste. Quel que soit le problème sexuel, il ne faut en aucun cas acheter un quelconque médicament miracle sur internet!

________

Extrait de J’ai envie de comprendre… Ma sexualité (femme), de Ellen Weigand, en collaboration avec le Dr Francesco Bianchi-Demicheli, Ed. Planète Santé, 2013.

A LIRE AUSSI

Appareil génital masculin
Douleur testiculaire: le problème n'est pas toujours urologique

Douleur testiculaire: le problème n'est pas toujours urologique

Certains hommes souffrent de douleurs aux testicules. La plupart du temps, la nature de ce problème est...
Lire la suite
Appareil génital masculin
La circoncision d'un bébé

Le déroulement de la circoncision

Le Pr Olivier Reinberg, chirurgien pédiatrique explique quelle est à son sens la meilleure technique...
Lire la suite
Troubles sexuels
dyspareunie_penetration_douloureuse

La dyspareunie: quand la pénétration devient douloureuse

Encore peu connue, la dyspareunie provoque chez les femmes qui en souffrent de violentes douleurs pendant...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Puls_preserver_sexualite_vivre

Préserver la sexualité pour mieux la vivre

Faire l’amour… trop, trop peu, malade. Devenue la cible de normes parfois nécessaires, souvent arbitraires, la sexualité est aujourd’hui le lieu de la performance, l’objet de pressions potentiellement ravageuses pour soi, le conjoint, le couple.
Maladies sur le meme sujet
urinoirs

Urétrite (homme)

L'urétrite est une inflammation de l'urètre avec un écoulement anormal par le pénis. C'est la manifestation la plus fréquente d’une infection sexuellement transmise (IST) chez l’homme.

La balanite

Balanite

La balanite est une inflammation de l’extrémité de la verge, et plus précisément du gland.