Manipulations cérébrales pour soigner les phobiques et les victimes de stress post-traumatiques

Dernière mise à jour 16/10/13 | Article
Manipulations cérébrales pour soigner les phobiques et les victimes de stress post-traumatiques
Pour la première fois, des chercheurs sont parvenus à faire disparaître des souvenirs effrayants.

Les mauvais souvenirs (ceux qui vont jusqu’à entraîner des phobies) pourraient être «effacés» pendant le sommeil. C’est la conclusion que l’on peut tirer d’une première étude menée par des chercheurs américains1 qui a consisté à manipuler (à distance et chez l’homme) la mémoire émotionnelle. Au-delà de son caractère spectaculaire (voire inquiétant) ce résultat pourrait ouvrir une nouvelle voie thérapeutique pour soigner certaines phobies.

Chocs électriques, visages et odeurs spécifiques

Selon les auteurs il s’agit de la première manipulation de la mémoire émotionnelle chez l'homme réalisée pendant son sommeil. Comment est-ce possible? Plusieurs études précédentes et convergentes avaient démontré qu’on peut améliorer certaines formes d’apprentissage au cours du sommeil. Cette fois ce sont des «émotions» qui ont été «manipulées».

L’étude a été menée chez quinze personnes saines volontaires. Les participants ont reçu des chocs électriques (légers mais néanmoins douloureux) et perçu des odeurs spécifiques tout en étant exposées à des visages différents. En d’autres termes, chaque visage (et l’odeur qui lui était liée) était associé à la peur (celle de recevoir un choc électrique).

Pistes thérapeutiques

Les neurologues qui ont mené cette étude sont parvenus à gommer une bonne part des souvenirs effrayants des volontaires en exposant à plusieurs reprises leur mémoire à des éléments constitutifs de ces mêmes souvenirs: durant les phases de sommeil lent, les participants étaient exposés à une odeur associée à un visage, et au réveil, quand ils revoyaient les visages en question, leurs réactions de peur éteint moins intenses.

L’intensité de la peur était mesurée de manière objective à la fois par la quantité de sueur secrétée et par des examens de neuro-imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). L’IRMf a permis d’observer des modifications dans les zones du cerveau associées à la mémoire (comme l'hippocampe) et à l’émotion (comme  les amygdales). Ces modifications cérébrales sont, dans cette expérience, le reflet d’une diminution de la réactivité spécifique à l'image du visage associé à l'odeur.

Selon les chercheurs, ces résultats montrent qu’il y a là une piste à explorer à des fins thérapeutiques, notamment chez les personnes phobiques.

Ces conclusions peuvent d’ailleurs être rapprochées de celles obtenues par une équipe du Massachusetts Institute of Technology (MIT)2. Des chercheurs expliquent avoir identifié chez la souris un gène essentiel impliqué dans l'extinction de la mémoire, une identification qui pourrait mener à la mise au point de nouveaux traitements du syndrome de stress post-traumatique.

Souris sans «Tet1»

Les chercheurs du MIT expliquent, en substance, que leur résultat laisse penser que le processus d’extinction progressive de la mémoire (qui se produit avec le remplacement de souvenirs plus anciens par de nouveaux) est sous la dépendance d’un gène: le gène «Tet1». En renforçant l'expression de ce gène (qui semble lui-même contrôler un petit groupe d'autres gènes) il devrait être possible de favoriser ce processus «de remplacement» chez les patients atteints du syndrome de stress post-traumatique. Telle est du moins la conviction de Li- Huei Tsai qui (avec Rudolf  Jaenisch) a dirigé ce travail.

En pratique, les chercheurs ont conditionnée les souris à redouter une cage en particulier, où elles recevaient de légers chocs électriques. Les souris avec des niveaux normaux de «Tet1» n’avaient ensuite plus peur de la cage: de nouveaux souvenirs avaient remplacé les anciens. En revanche, les souris privées de «Tet1» restaient craintives: elles ne parvenaient pas à effacer leurs vieux souvenirs douloureux.

Cependant, il a été également démontré que les souris sans «Tet1» ayant appris à naviguer dans un labyrinthe aquatique ne parvenaient pas, ensuite, à effacer ces données de leur mémoire.

Parvenir à éteindre les mémoires

Quelle est l’explication de tous ces phénomènes? Le gène «Tet1» modifie les niveaux de méthylation de l'ADN, un processus qui modifie à son tour l’expression de différents gènes. Les chercheurs du MIT constatent ainsi chez les souris dépourvues de «Tet1» des modifications dans l'hippocampe et le cortex cérébral; or ce sont là deux zones clés de l'apprentissage et de la mémoire. Ces modifications touchent particulièrement l’expression d'environ deux cents gènes jugés directement impliqués dans la constitution de la mémoire. Ces chercheurs confient travailler désormais à la recherche de moyens qui permettront d'augmenter artificiellement les niveaux de «Tet1». Et ce afin de favoriser «l'extinction de la mémoire». Il faudra peut-être s’en souvenir.

1. Cette étude vient d’être publiée dans Nature Neuroscienceet a été dirigée par Katherina K. Hauner et Jay A. Gottfried (Département de neurologie, Feinberg School of Medicine, Northwestern University, Chicago). Un bref résumé (en anglais) est disponible ici.

2. Cette étude vient d’être publiée dans la revue Neuron. Un très bref résumé (en anglais) est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Psycho et cerveau
LED: lumière sur leur danger

LED: lumière sur leur danger

Alors que les lampes fluorocompactes se sont généralisées depuis les années 1990, elles vont être remplacées...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
La peur dans tous ses états

La peur dans tous ses états

Très étudiée, la peur a des effets sur le cerveau et le corps. Elle peut être maîtrisée, mais aussi invalidante.
Phobie: mon enfant ne veut plus aller à l’école

Phobie: mon enfant ne veut plus aller à l’école

Quel enfant n’a pas un jour eu envie de rester à la maison plutôt que d’aller à l’école? Chez certains toutefois, il s’agit moins d’un caprice passager que d’une véritable phobie scolaire, qui nécessite alors une prise en charge psychologique.
Vitilgo

Traitée à temps, la progression du vitiligo peut être ralentie

Avant tout considérée comme un problème esthétique, cette maladie de la pigmentation cutanée est souvent oubliée par les médecins. Un diagnostic précoce peut pourtant améliorer sa prise en charge.
Videos sur le meme sujet

Le travail: est-ce vraiment la santé?

On travaille beaucoup en Suisse... en moyenne 1800 heures chaque année si l'on est employé à plein temps. Mais est-on heureux de travailler autant ? Le travail permet-il de se sentir bien et d'être en bonne santé ou au contraire est-il plutôt source de mal-être et de maladies ? Réponses dans l'émission l'Antidote.

Troubles obsessionnels compulsifs: la prison psychologique

Les jeux d'argents peuvent comporter des risques, et avoir des répercussions sur la vie d'une personne et de son entourage. Le point avec l'antidote.

Stress au travail: se battre, s’enfuir ou s’épuiser

L'Antidote se penche sur les effets du stress au travail sur la santé et sur les mesures que peuvent prendre les employés et les entreprises pour lutter contre ce fléau.