Vrai/Faux: le trouble du déficit de l'attention-hyperactivité (TDA-H)

Dernière mise à jour 22/01/19 | Vrai/Faux
PULS_V/F_TDAH
Environ 5% des enfants sont touchés par un TDA-H. La Dre Isaline Ducommun, cheffe de clinique à l’Unité ambulatoire péri-hospitalière des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), déconstruit pour nous quelques idées reçues.

Le TDA-H est en progression.

FAUX Il n’y a pas d’évidence là-dessus. Aujourd’hui, nous en avons une meilleure connaissance, de bons outils pour le dépister et le diagnostiquer. S’il peut se manifester tôt, on attend généralement l’entrée à l’école pour poser un diagnostic, car c’est souvent à ce moment-là que l’enfant est mis en difficulté.

Le TDA-H désigne deux troubles distincts qui se manifestent seuls ou ensemble.

VRAI Le déficit d’attention et l’hyperactivité obéissent à deux mécanismes différents et ont leurs symptômes propres. Un enfant hyperactif a beaucoup de mal à tenir en place, à se concentrer, papillonne d’une activité à l’autre, parle beaucoup, perd ou oublie ses affaires, peut être impulsif et avoir de la peine à gérer ses émotions.

L’enfant souffrant d’un trouble de l’attention seul est décrit comme étant dans la lune, et ne dérange généralement pas la classe. Il éprouve autant de peine à se plonger dans une tâche et à rester concentré. Les deux types peuvent rencontrer des difficultés dans les apprentissages et présenter des problèmes scolaires, l’un de manière plus bruyante et l’autre plus discrète.

Le TDA-H est induit par notre société.

FAUX Les neurotransmetteurs (moins efficaces ou insuffisamment nombreux) chez les enfants atteints de TDA-H ainsi que l’hérédité sont en cause. Si tout enfant est naturellement sensible à son environnement, cela ne crée pas pour autant un TDA-H. À noter que l’anxiété, la dépression ou la maltraitance peuvent entraîner des symptômes similaires (agitation, concentration difficile, baisse de l’estime de soi, etc.). D’où l’importance d’un diagnostic clair capable d’expliquer les symptômes.

Le méthylphénidate (Ritaline®) est le traitement médicamenteux recommandé.

VRAI Cette molécule est délivrée en première intention en raison de son efficacité et du recul qu’on a à son égard. Mais d’autres médicaments (psychostimulants ou non) existent et peuvent être proposés en fonction de la réponse de l’enfant au traitement initial. Une psychothérapie est souvent associée pour aider l’enfant dans ses difficultés (faible estime de soi, problèmes d’interaction avec les autres, etc.) de même qu’une guidance parentale.

Ce traitement est dangereux.

FAUX Comme tout médicament, il a des risques et des effets secondaires, c’est pourquoi il doit être prescrit par un spécialiste et exige un suivi. Mais il permet à l’enfant de pallier ses difficultés de manière considérable. Certains parents craignent toutefois cette médication. En réalité, les études montrent que soulager les symptômes réduit le risque d’automédication avec d’autres substances (cannabis, alcool, etc.) à l’adolescence. Bien informer les parents est indispensable.

______

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Libido
libido_femme_traitements

Problèmes de libido chez la femme: diagnostic et traitements

Bonne nouvelle, il existe plusieurs remèdes à un trouble du désir! Grâce au diagnostic médical et à certaines...
Lire la suite
Anxiété et crise psychique
Une anxiété durable peut cacher un trouble profond

Une anxiété durable peut cacher un trouble profond

«Des conséquences trop longtemps sous-estimées.» Martin Preisig, psychiatre au Centre hospitalier universitaire...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Phobie: mon enfant ne veut plus aller à l’école

Phobie: mon enfant ne veut plus aller à l’école

Quel enfant n’a pas un jour eu envie de rester à la maison plutôt que d’aller à l’école? Chez certains toutefois, il s’agit moins d’un caprice passager que d’une véritable phobie scolaire, qui nécessite alors une prise en charge psychologique.
troubles_attention_dianostiquer

Troubles de l’attention: diagnostiquer pour mieux aider

TDA/H: ces quatre lettres ont de quoi faire frémir les parents d’enfants agités. Elles sont l’acronyme des troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité. Un problème qui touche environ 5% des enfants.
tdah_psychotherapie_patience

TDA-H: psychothérapie, neurofeedback, médicaments et patience

Les causes des troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA-H) ne sont pas clairement établies. Facteurs génétiques, neurobiologiques mais aussi environnementaux semblent jouer un rôle. Tous les spécialistes interrogés s’accordent à dire qu’il n’y a pas une façon unique de venir en aide à ces enfants, tant le TDA-H prend des formes diverses. Plusieurs techniques ont toutefois fait leurs preuves.
Videos sur le meme sujet

Pourquoi peut-on avoir peur d'aller à l'école?

Les enfants qui ont peur d'aller à l'école sont souvent à la maison, et rien ne peut les convaincre de retourner sur le chemin de l'école.

TDAH - déficit de l'attention, des enfants mal compris

Environ 4% des enfants et des adolescents sont atteints par le trouble de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Il est bien souvent la cause d'un manque de concentration et d'une certaine impulsivité. Ce reportage fait le point sur les enjeux et remèdes de ce trouble encore mal compris.

Dans la tête d'une personne souffrant de TOC, d'hyperactivité ou d'Alzheimer

La réalité virtuelle permet dorénavant de "se mettre" dans la tête d'une personne souffrant du Trouble obsessionnel-compulsif (TOC), d'hyperactivité ou de la maladie d’Alzheimer.