Suicide: prédire le risque à partir d’une simple prise de sang

Dernière mise à jour 12/09/14 | Article
Suicide: prédire le risque à partir d’une simple prise de sang
Des biologistes américains annoncent avoir identifié une anomalie génétique qui permettrait d’identifier les personnes susceptibles de mettre fin à leurs jours. De quoi s’agit-il?

Pour Albert Camus, le suicide était la seule question philosophique qui vaille la peine d’être posée. Et si la question était plus médicale et biologique que philosophique? On pourrait le penser à la lecture d’un article publié par The Américain Journal of Psychiatry, qui change radicalement la donne(1).

Prélèvements de cerveaux

Le travail publié est signé par une équipe de dix chercheurs américains, dirigés par Jerry Guintivano et Zachary Aaron Kaminsky (Department of Psychiatry and Behavioral Sciences, Johns Hopkins University School of Medicine). Au départ, les chercheurs ont travaillé sur des échantillons post mortem de 150 cerveaux provenant de personnes mentalement saines ou pas dont certains avaient mis fin à leurs jours.

Leur objectif était de mettre au point un test d’alerte précoce du risque de suicide. Le sujet n’est pas nouveau, mais le travail s’est révélé d’une très grande complexité. A bien des titres le suicide demeure un mystère.

Pensées suicidaires

Des chercheurs de l’Université de l’Indiana avaient déjà travaillé au développement d’un test sanguin capable de détecter au plus vite les personnes susceptibles de nourrir de graves pensées suicidaires. Leurs travaux avaient été publiés dans la revue Molecular Psychiatry. Ils montraient que certains bio-marqueurs sont présents à des niveaux plus élevés dans le sang de personnes souffrant de troubles bipolaires ainsi que chez celles qui avaient déjà commis des tentatives de suicide (TS).

Aujourd’hui, les chercheurs annoncent avoir découvert une corrélation entre une tendance au suicide et une mutation présente sur un seul gène. Une découverte qui pourrait être la base d’un test sanguin simple permettant de prédire de manière fiable un risque élevé de TS.

Exact à 80%

La mutation est celle d’un gène impliqué dans la réponse du cerveau aux hormones du stress. A ce titre, on peut penser qu’il joue un rôle important dans les pensées et les comportements suicidaires. Ce gène (dit SKA2) est exprimé dans le cortex préfrontal, une région cérébrale impliquée dans l'inhibition de pensées négatives et dans le contrôle de l’impulsivité. De trop faibles niveaux de SKA2 exposent à la mise en marche d’un processus moléculaire que l’on trouve associé au risque de TS.

Sur ces bases, les chercheurs américains ont élaboré un modèle d'analyse cherchant à prédire les pensées suicidaires ou les TS. Ils ont travaillé sur 325 volontaires pour voir s’il était possible de repérer ceux présentant le risque le plus élevé de suicide en analysant leurs marqueurs biologiques. Résultat: selon les auteurs, 80% d’exactitude et jusqu’à 90% de précision étaient obtenus chez les patients présentant le niveau de risque le plus élevé.

Militaires et urgences psychiatriques

Une utilisation dans l'armée est déjà à l’étude, pour détecter les militaires les plus vulnérables. Elle est aussi envisagée dans les services d'urgence psychiatriques, ou encore pour écarter chez les personnes à risque la prescription de médicaments pouvant induire des pensées suicidaires.

Les auteurs estiment que la commercialisation du test pourrait demander entre trois et cinq ans.

__________

(1) Un résumé (en anglais) de la publication de The American Journal of Psychiatry  est disponible ici. Un résumé (toujours en anglais) de l’Université Johns Hopkins est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Fin de vie: «Ne pas tomber dans la lourdeur bureaucratique»

Fin de vie: «Ne pas tomber dans la lourdeur bureaucratique»

«L'assistance au suicide en EMS pose des questions déontologiques cruciales, notamment de savoir comment un médecin peut signer une ordonnance pour un produit qui va tuer le patient.»
Fin de vie: comment concilier la loi, l'éthique, et les droits de la personne?

Fin de vie: comment concilier la loi, l’éthique, et les droits de la personne?

La question de l’assistance au suicide a beaucoup occupé les professionnels de la santé et l’opinion publique ces derniers mois, avec d’une part un projet de loi très restrictif du Conseil fédéral (enterré depuis), et d’autre part la votation vaudoise du 17 juin 2012 sur l’initiative de l’association EXIT.
Maladies neurologiques: plus de risques de suicide

Maladies neurologiques: plus de risques de suicide

D’origine psychique, traumatique et même biologique, les conduites suicidaires résultent de la combinaison de plusieurs facteurs. Les troubles neurobiologiques et leurs conséquences favoriseraient notamment le passage à l’acte.
Videos sur le meme sujet

La violence conjugale: Elle est inacceptable!

La violence entre conjoints touchent majoritairement les femmes, mais aussi les hommes. Les caméras de L'antidote abordent le sujet avec Philip Jaffém psychologue et directeur de l'institut universitaire Kurt Bosch à Bramois.

Les T.O.C, la prison psychologique

L'ordre, la rigueur, le fait de vérifier si une tâche est bien accomplie, ces traits de caractère sont à priori plutôt considérés comme étant des qualités. Mais parfois ces qualités peuvent se transformer en handicap. Cette vidéo vous parle des T.O.C ou Troubles Obsessionnels Compulsifs.

Schizophrénie: Privilégier le lien social

La schizophrénie : en Suisse environ une personne sur cent connaitrait des troubles schizophréniques, c'est beaucoup et l'on a toujours de cette maladie une image caricaturale, parfois encore associée à la folie. Le point sur cette maladie avec l'antidote.