Café: il protégerait (aussi) contre le suicide

Dernière mise à jour 20/08/13 | Article
Café: il protégerait (aussi) contre le suicide
On ne finit pas d’établir ses vertus. Sur le physique comme sur le psychisme. Il reste encore à en comprendre le pourquoi.

C’est un vrai phénomène médical: plus le temps passe, et plus les bénéfices associés à la consommation de café s’accumulent. Des chercheurs américains viennent d’apporter de nouvelles données originales dans ce domaine; leurs résultats sont publiés dans The World Journal of Biological Psychiatry1. Le travail a été mené sous la direction du Dr Alberto Ascherio (département de nutrition, Harvard School of Public Health, Boston). Les auteurs ont analysé les données issues de trois grandes cohortes américaines: la Health Professionals Follow-up Study (1988-2008, réunissant 51 529 hommes, tous professionnels de santé), la Nurses’ Health Study (1992-2008, réunissant 121 700 femmes, toutes infirmières) et la Nurses’ Health Study-II (1993-2007, réunissant 116 671 infirmières).

L’objectif de ce travail était d’identifier, si la chose était possible, l’existence d’une association entre d’une part la consommation de café et de l’autre le risque de (tentative de) suicide. Au total 277 morts par suicide ont été recensés (0,1%) sur l’ensemble des 208 424 membres des trois cohortes dont les données ont pu être prises en compte. Les analyses statistiques ont porté sur l'association entre la consommation de café (caféiné et décaféiné), la consommation de thé et le risque de suicide – le tout en prenant en compte l’ensemble des paramètres pouvant donner lieu à des confusions (tabagisme, consommation d'alcool, activité physique, IMC, situation matrimoniale, traitements médicamenteux, etc.).

Café, tabac, alcool et solitude

Au final les chercheurs sont parvenus à plusieurs observations. Leur conclusion principale a été que, chez les personnes consommant deux ou trois tasses de café quotidiennes, le risque de suicide est d’un point de vue statistique significativement inférieur (de 45%) à celui observé chez les personnes dont la consommation moyenne est inférieure à une tasse quotidienne. Cette réduction atteint 53% chez les sujets qui consomment plus de quatre tasses. Mais il apparaît aussi que les plus gros buveurs de café (plus de quatre tasses quotidiennes) sont aussi les plus susceptibles de consommer du tabac et de l’alcool. Ce sont aussi ceux qui sont statistiquement plus fréquemment seuls.

Ces associations avec le risque de suicide n’apparaissent pas dans les cas de consommation de café décaféiné ou de thé. Les spécialistes des statistiques mettent en garde contre le fait que ces conclusions sont établies sur une base de données relativement faible (277 suicides). A l’inverse, on peut cependant observer que ces constatations confirment une autre étude concernant les liens entre dépression et consommation de café. Il s’agissait là d’un travail2 présenté en mars 2013 lors de la 65e réunion annuelle de l’Américain Academy of Neurology qui se tenait à San Diego.

Caféier, gardénia et quinquina

Le travail dont on parle avait été conduit par le Dr Honglei Chen avec le soutien des Instituts nationaux américains de la santé (NIH, Research Triangle Park in North Carolina). Au terme d’une étude conduite sur plus de 260 000 personnes âgées de 50 à 71 ans, le Dr Chen avait établi, sur dix années, un lien d’une part entre une augmentation du risque de maladie dépressive et la consommation de sodas et, d’autre part, entre une réduction de ce même risque et la consommation de café. Au total, 11 311 diagnostics de dépression avaient été établis dans le groupe étudié. L’auteur observait alors qu’une consommation de quatre tasses de café par jour était associée à un risque réduit d’environ 10% de dépression. La consommation de plus de quatre canettes quotidiennes de sodas était, elle, associée à un risque accru de 30% de souffrir d’une dépression.

Il y a ainsi bien une série d’éléments convergents qui inciterait à recommander de ne pas faire d’économie sur le café. Mais ce sera encore plus vrai quand les études menées dans ce domaine ne se borneront pas à établir des associations mais bien à fournir des explications: à quoi tiennent précisément les vertus des grains torréfiés de caféier, cette plante de la vaste famille des Rubiacés qui comprend notamment le gardénia et le quinquina. Un quinquina dont les vertus toniques ne sont plus, non plus, à démontrer.

1. Un résumé (en anglais) de ce travail peut être lu ici.

2. Un résumé de ce travail (en anglais) est accessible ici.

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Fin de vie: «Ne pas tomber dans la lourdeur bureaucratique»

Fin de vie: «Ne pas tomber dans la lourdeur bureaucratique»

«L'assistance au suicide en EMS pose des questions déontologiques cruciales, notamment de savoir comment un médecin peut signer une ordonnance pour un produit qui va tuer le patient.»
Fin de vie: comment concilier la loi, l'éthique, et les droits de la personne?

Fin de vie: comment concilier la loi, l’éthique, et les droits de la personne?

La question de l’assistance au suicide a beaucoup occupé les professionnels de la santé et l’opinion publique ces derniers mois, avec d’une part un projet de loi très restrictif du Conseil fédéral (enterré depuis), et d’autre part la votation vaudoise du 17 juin 2012 sur l’initiative de l’association EXIT.
Videos sur le meme sujet

La violence conjugale: Elle est inacceptable!

La violence entre conjoints touchent majoritairement les femmes, mais aussi les hommes. Les caméras de L'antidote abordent le sujet avec Philip Jaffém psychologue et directeur de l'institut universitaire Kurt Bosch à Bramois.

Les T.O.C, la prison psychologique

L'ordre, la rigueur, le fait de vérifier si une tâche est bien accomplie, ces traits de caractère sont à priori plutôt considérés comme étant des qualités. Mais parfois ces qualités peuvent se transformer en handicap. Cette vidéo vous parle des T.O.C ou Troubles Obsessionnels Compulsifs.

Schizophrénie: Privilégier le lien social

La schizophrénie : en Suisse environ une personne sur cent connaitrait des troubles schizophréniques, c'est beaucoup et l'on a toujours de cette maladie une image caricaturale, parfois encore associée à la folie. Le point sur cette maladie avec l'antidote.