La simple pensée de prendre un verre peut aider à se relaxer

Dernière mise à jour 03/07/12 | Article
Un verre de vin rouge
Lundi soir, 18 heures, votre journée a été stressante et vous vous apprêtez à ouvrir une bouteille de vin. Arrêtez tout de suite, ce n’est pas la peine.

D’après une étude, le fait de penser à du vin permettrait de se relaxer, rapporte CNBC.

Les chercheurs de l’université de Wellington, de Harvard et de l’université de Plymouth ont découvert ce qu’ils appellent «un phénomène de suggestion».  Pour être clair, cela signifie que la simple suggestion de quelque chose, comme un verre de vin ou un médicament, peut avoir un effet réel sur une situation donnée.  

C’est ce que les chercheurs appellent «la réponse attendue», dans un article  publié par le magazine universitaire Current Directions in Psychological Science. C’est-à-dire la façon dont nous prédisons comment nous allons réagir par rapport à une situation donnée. Parce que nous nous attendons à ce que l’alcool nous relaxe, nous répondons automatiquement en devenant plus ouvert et bavard «dans un essai subconscient d’atteindre nos attentes».

Dans The Telegraph, les chercheurs expliquent plus en détail le fonctionnement du mécanisme:

«Si j’apporte ma patte de lapin à mes examens, je réussirais; si je bois cette vodka tonique, je serais plus sociable; si je prends ce médicament, je serais moins déprimé –il s'agit juste de quelques exemples des réponses attendues. (…) Quand nous attendons un résultat particulier, nous lançons automatiquement une chaîne de comportements dans le but de produire ce résultat –tout en attribuant sa cause à tord.»

Ce phénomène est similaire à ce que l’on appelle «l’effet placebo», dans lequel des patients prennent une pilule sans effet en pensant qu’il s’agit du vrai médicament et se mettent à sentir les effets que celui-ci devrait provoquer.

D’après, Maryanne Gary, l’une des chercheuses:

«Nous nous sommes rendus compte que les effets de suggestion sont plus importants et souvent plus surprenants que ce que beaucoup de gens pourraient penser.»

Les chercheurs indiquent également que leurs résultats peuvent s’appliquer au monde de l’entreprise. Le pouvoir de la suggestion peut aussi venir de quelqu’un d’autre. D'après les universitaires, observer les gens ou les faire se sentir spéciaux pourrait mener au résultat désiré par un chef d'entreprise: par exemple que ses employés travaillent plus ou plus longtemps.

Article original: http://www.slate.fr/lien/58347/penser-vin-relaxer

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Traitement de l’addiction: sortir de l’ornière

Le traitement de l’addiction constitue une prise en charge globale qui engage les valeurs du patient, sa vie et sa place dans la société.

Des clés pour gérer son stress

Le stress fait partie de notre existence. Pour composer avec lui et éviter qu’il ne fasse des ravages, des stratégies existent.
Videos sur le meme sujet

Le travail: est-ce vraiment la santé?

On travaille beaucoup en Suisse... en moyenne 1800 heures chaque année si l'on est employé à plein temps. Mais est-on heureux de travailler autant ? Le travail permet-il de se sentir bien et d'être en bonne santé ou au contraire est-il plutôt source de mal-être et de maladies ? Réponses dans l'émission l'Antidote.
Maladies sur le meme sujet
Foie

Cirrhose

La cirrhose et une maladie chronique du foie. Les cellules normales sont progressivement remplacées par une grande quantité de tissu cicatriciel, ce qui conduit à une diminution du fonctionnement de cet organe.