«Flotter» pour se ressourcer hors du monde et du stress

Dernière mise à jour 15/06/21 | Article
PS_flotter_ressourcer_stress
En coupant le corps et l’esprit des sollicitations extérieures, la flottaison en isolation sensorielle permet de lutter contre le stress quotidien. Encore peu connue en Suisse romande, les centres s’y multiplient.

Le malheur des hommes, écrivait Pascal, est de ne pas savoir se reposer dans une chambre. Il ne croyait pas si bien dire. Rien, depuis le 17e siècle du scientifique français, ne s’est arrangé. Le monde contemporain est une source continuelle de surcharge d’informations mentales ou sensorielles et de stress. De partout, les corps et les esprits sont sollicités, continuellement. Bruit, pollution, réseaux sociaux. Comment ralentir et se recentrer? En «flottant». C’est la réponse proposée par des centres de bien-être d’un nouveau genre qui se multiplient en Suisse romande.

Plus de gravité ni de chaleur

Le concept? S’allonger, pendant une heure à une heure et demie, dans un cocon fermé et rempli de 1000 litres d’eau et de 550 kilos de sel d’Epsom (sulfate de magnésium). Plongé dans l’obscurité et l’absence de bruit, l’organisme atteint un repos complet de tous les sens. Pour l’avoir testé, la promesse n’est pas un leurre commercial. La constitution du fluide fait qu’on s’enfonce profondément dans l’eau sans avoir pour autant à faire d’efforts pour rester en suspension. À la fin de la flottaison, même si les premières fois cela peut mettre un peu de temps à se manifester, la détente physique et psychique est totale. «La répartition sel-eau fait qu’on est totalement libéré des effets de la gravité. On flotte sans contrainte de son poids», confirme le Dr Michael Ljuslin, conseiller médical du centre de flottaison Origin à Genève qui propose cette expérience depuis quelques semaines.

Où flotter en Suisse romande?

Genève

Lausanne

Martigny

Avec une eau qui a la même température que la surface de la peau (36,4°C), l’organisme n’a plus besoin de réguler sa température et donc de produire de la chaleur. Au cours de l’expérience, l’eau s’évapore dans le cocon qui s’humidifie: la différence entre la partie immergée et émergée du corps s’estompe. L’absence de stimulation est totale. «Le sel d’Epsom joue également un rôle important, ajoute le médecin genevois. Il est fortement chargé en sulfate de magnésium, un élément impliqué dans la production de plus de 350 enzymes dans le corps et qui est utilisé depuis l’Antiquité contre les rhumatismes.»

Pour Michael Ljuslin, la flottaison crée une bulle qui, par un mécanisme que les scientifiques ne comprennent pas encore complètement, pourrait amener celui qui en fait l’expérience vers des états de conscience qu’on qualifie de «non ordinaires»: «Le cerveau ralentit et se met dans un mode intégratif: les vécus sensoriel et mental ne font plus qu’un. On arrête de planifier le futur ou de se réexpliquer le passé, on est simplement présent au monde qui nous entoure et/ou qui se manifeste en nous.» En étant dans l’attention au ressenti corporel plus que dans le mental ou la cognition, le corps et l’esprit sont un peu plus proches de leur état d’union ancestral et peuvent ainsi se ressourcer, se régénérer.

Effet durable?

Si la sensation de relaxation intense qui suit l’expérience semble acquise, la grande question est de savoir si les effets d’une flottaison peuvent perdurer au-delà du moment où elle a lieu. En 2018, le neuropsychologue Justin Feinstein a démontré dans une étude que cette technique réduisait considérablement la symptomatologie anxieuse et dépressive de ses patients, et générait en contrepartie du calme et du bien-être qui perduraient au-delà de la flottaison. «Des études sur les bienfaits thérapeutiques de la répétition de la flottaison sur le long terme doivent encore être menées, commente le docteur Ljuslin. On peut toutefois penser que le phénomène est le même que pour la méditation ou l’hypnose: l’organisme s’entraîne à répondre aux stimulations du monde extérieur de manière plus corporelle, plus intuitive et moins cérébrale.» Sans le poids de la rumination mentale, l’organisme répondrait ainsi de manière plus performante et créative aux sollicitations extérieures. L’isolement sensoriel en apesanteur créé par le cocon pourrait ainsi avoir des effets bénéfiques sur le sommeil, la créativité et le stress. Certains athlètes de haut niveau l’utilisent aussi pour visualiser mentalement des combinaisons de mouvements complexes à reproduire à la perfection. « La flottaison libère des potentiels qui sont propres à chacun, conclut Michael Ljuslin. Il n’y a pour l’heure pas d’applications médicales spécifiques reconnues. Cependant, elle est et restera une porte ouverte sur un espace intime et personnel. Une invitation où chacun peut aller à la découverte de son univers intérieur et son potentiel insoupçonné. Libre à chacun de s’y plonger.»

________

Paru dans Planète Santé magazine N° 41 – Juin 2021

A LIRE AUSSI

Emotions
Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Incapable de gérer sa colère, un passager a été débarqué d’un avion puis interné. Car si ce sentiment...
Lire la suite
Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Stress

Le froid qui fait mal aux doigts

La maladie de Raynaud se caractérise par une insensibilité et une douleur pénible aux doigts provoquées...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
MV_gestion_stress_50_ans

Gestion du stress: des risques différents après 50 ans

Le stress est-il plus difficile à gérer avec l’âge? Tout dépend du type de stress! Si certaines situations sont moins bien supportées, d’autres deviennent plus faciles à gérer grâce à l’expérience.
VS_soin_sante_mentale

Prendre soin de sa santé mentale: oui, mais comment?

Arrêter de fumer pour préserver les poumons, adopter une alimentation saine pour prévenir le risque de diabète ou d’infarctus: les recettes pour prendre soin de nos organes et artères sont désormais bien connues. Qu’en est-il de celles qui s’appliquent à notre santé mentale?
Un chaton

Les méthodes de relaxation

Le stress correspond à un état d’alerte, puis d’alarme qui consomme d'énergie. La relaxation permet d’économiser l’énergie et favorise la qualité de récupération du repos.
Videos sur le meme sujet

Les plus de 60 ans gèrent bien le stress

Une étude genevoise révèle que le stress affecte peu les plus de soixante ans dans la plupart des domaines cognitifs.

Être mère avec des troubles de stress post-traumatique

Selon une étude du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), les mères qui ont vécu dans leur enfance des violences interpersonnelles ont parfois plus de peine à comprendre les émotions de leurs enfants.

Tetris contre le syndrome de stress post-traumatique

Des chercheuses du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et de lʹUniversité de Lausanne (UNIL) ont mené une étude étonnante et ont démontré que jouer à Tetris réduit les symptômes du stress post-traumatique qui peuvent survenir après un accouchement.