Comment se porte la santé quand le sou manque?

Dernière mise à jour 09/07/12 | Article
Pièces de monnaie
L’état de santé est influencé par le niveau social… Quelle est la nature de ce lien? Il semblerait que le besoin matériel et l’aspect financier jouent un rôle, mais ne soient pas les seuls. Certains mécanismes psychologiques seraient aussi responsables de cette injustice sociale.

Inégalités sociales

Les inégalités sociales se manifestent par des différences entre des groupes sociaux et se rapportent au revenu, à la position professionnelle, à la propriété, à la formation et/ou à la santé. Le lien entre précarité sociale et santé est formellement démontré par les statistiques de la population suisse. Entre 2001 et 2004, par rapport à un cadre ou un dirigeant du même âge, la probabilité pour un homme ouvrier de décéder avant l’âge de 65 ans était 45% plus élevée. Le chiffre monte à 166% pour les hommes sans emploi.

Pourquoi une telle différence?

Les causes de cette différence sont principalement liées au stress, aux conditions de travail, au manque de soutien social, aux histoires de vie. Un autre déterminant important est l’inégalité d’accès au système de soins, regroupant les rencontres avec un médecin, le coût des médicaments, les difficultés à payer une assurance ou le manque d’accès à certains établissements. La confiance envers le médecin serait également diminuée.

Ces personnes ne renoncent pas aux soins uniquement pour des raisons financières. L’obstacle principal serait surtout d’ordre psychologique: les sentiments de perte de contrôle, d’infériorité, de dévalorisation, d’insécurité ou de stress s’accentuent en descendant dans l’échelle sociale. Ces sentiments négatifs se répercuteraient sur la santé générale, notamment par des mécanismes liés au stress.

Que faire en cas de problèmes financiers?

Le médecin de famille est le mieux placé pour faire un lien entre la santé et son financement. Même si votre médecin généraliste n’aborde pas directement ces questions, il est primordial d’en parler avec lui. Il pourra vous renseigner sur des aides sociales et adapter votre traitement en vous prescrivant des médicaments génériques, par exemple.

De plus, si le traitement qu’il vous prescrit ne vous convient pas, vous semble démesuré, que vous savez que vous ne le suivrez pas, mieux vaut lui en parler. Il existe des solutions alternatives qui vous conviendront sans doute mieux. Si ses explications sont compliquées et ne vous permettent pas de comprendre de quoi vous souffrez ou quel traitement il vous donne, osez poser vos questions ouvertement, vous expliquer les choses simplement fait aussi partie de son devoir.

Des solutions existent!

En somme, les difficultés sociales et financières ont des répercussions prouvées sur la santé. Le médecin généraliste est là pour les écouter, les entendre et y trouver des solutions. Discuter directement avec lui de vos difficultés, de votre histoire de vie, de vos doutes et de vos questions est le moyen le plus efficace pour trouver un compromis et surtout, le remède le plus efficace, souvent propre à chacun.

Référence

Adapté de «Le médecin face aux inégalités sociales de santé: quel pouvoir d’action?», Dr S. Chatelard et Pr B. Burnand, Institut universitaire de médecine sociale et préventive de Lausanne, P. Vaucher, Drs P. Bodenmann et F. Vu, Institut universitaire de l’histoire de la médecine et de la santé publique, CHUV, Lausanne, Dr H. Wolff, Unité de médecine pénitentiaire des HUG, Genève, Drs T. Bischoff et L. Herzig, Institut universitaire de médecine générale, PMU, Lausanne. In Revue médicale suisse 2012; 8: 1061-6, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Psycho et cerveau
LED: lumière sur leur danger

LED: lumière sur leur danger

Alors que les lampes fluorocompactes se sont généralisées depuis les années 1990, elles vont être remplacées...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
La peur dans tous ses états

La peur dans tous ses états

Très étudiée, la peur a des effets sur le cerveau et le corps. Elle peut être maîtrisée, mais aussi invalidante.
Manipulations cérébrales pour soigner les phobiques et les victimes de stress post-traumatiques

Manipulations cérébrales pour soigner les phobiques et les victimes de stress post-traumatiques

Pour la première fois, des chercheurs sont parvenus à faire disparaître des souvenirs effrayants.
Vitilgo

Traitée à temps, la progression du vitiligo peut être ralentie

Avant tout considérée comme un problème esthétique, cette maladie de la pigmentation cutanée est souvent oubliée par les médecins. Un diagnostic précoce peut pourtant améliorer sa prise en charge.
Videos sur le meme sujet

Le travail: est-ce vraiment la santé?

On travaille beaucoup en Suisse... en moyenne 1800 heures chaque année si l'on est employé à plein temps. Mais est-on heureux de travailler autant ? Le travail permet-il de se sentir bien et d'être en bonne santé ou au contraire est-il plutôt source de mal-être et de maladies ? Réponses dans l'émission l'Antidote.

Stress au travail: se battre, s’enfuir ou s’épuiser

L'Antidote se penche sur les effets du stress au travail sur la santé et sur les mesures que peuvent prendre les employés et les entreprises pour lutter contre ce fléau.

Alcool et travail, métro, boulot… alcolo

L’alcool et le travail ne font pas toujours bon ménage. Même si il est parfois associé aux moments de fêtes, pour marquer le départ à la retraite, une promotion, un contrat signé. Il est aussi consommé pour décompresser après un stress particulier ou quotidien et il devient parfois une soupape.