Activité sexuelle: gare aux cœurs sensibles!

Dernière mise à jour 24/07/13 | Article
Activité sexuelle: gare aux cœurs sensibles!
Malgré qu’elle soit davantage connue comme source de plaisir et de détente, l’activité sexuelle peut aussi se révéler dangereuse, voire fatale pour les personnes souffrant de maladies cardiaques. Pourquoi le cœur lâche-t-il subitement et quels sont les patients concernés par ce risque?

Effets sur le rythme cardiaque

Il est prouvé aujourd’hui que les relations sexuelles représentent un risque faible mais avéré de déclencher des troubles du rythme cardiaque. Quoique rares, ces arythmies peuvent néanmoins se révéler parfois très graves et mener à la mort subite.

En effet, toute relation sexuelle provoque une accélération du rythme cardiaque et une augmentation de la pression artérielle, au même titre qu’une activité physique légère à modérée. De plus, de récentes études ont démontré que l’excitation sexuelle était directement liée au système nerveux autonome: le rapport coïtal entraîne une augmentation rapide du tonus sympathique (responsable du stress émotionnel), ainsi qu’une diminution du tonus vagal (dont l’effet est, en temps normal, de protéger le cœur et de réguler ses battements).

Tout à fait normal, ce mécanisme peut cependant être fortement aggravé par la présence d’une maladie cardiaque chez le patient concerné, et déclencher ainsi des troubles du rythme cardiaque.

Hommes et femmes inégaux devant le risque

En plus du type de maladie cardiaque présent chez le patient, le risque d’avoir un accident cardiaque dépend aussi d’autres facteurs et n’est pas le même selon les hommes et les femmes.

D’une façon générale, les femmes présentent des différences dans leurs pathologies cardiaques notamment en raison des hormones féminines qui les protègent des maladies du cœur, en premier lieu de la maladie coronarienne, et qui leur épargnent en grande partie la mort subite cardiaque. Plusieurs études récentes ont ainsi démontré que les hommes sont, de loin, les premières victimes de la mort subite pendant ou après l’activité sexuelle. Par ailleurs, le fait que la relation sexuelle soit de nature extraconjugale ou qu’elle ait lieu avec des prostituées augmente considérablement le risque de décès, en raison du stress émotionnel engagé, beaucoup plus important.

Précautions et recommandations actuelles

Afin de prévenir ce genre d’incident, il existe aujourd’hui plusieurs recommandations et directives à suivre. Tout d’abord, il convient d’établir l’existence ou non d’une maladie cardiaque chez le patient. Ensuite, il est important d’identifier précisément quelle est la nature de la maladie cardiaque sous-jacente ainsi que son degré de gravité. Ainsi, l’American Heart Association a décrété que l’activité sexuelle pouvait être pratiquée raisonnablement par les patients dont les cardiopathies sont généralement bien contrôlées et stables, ainsi que par le patients porteurs d’un défibrillateur automatique implantable bien toléré et présentant des chocs peu fréquents.

Enfin, il est particulièrement important de bien conseiller les patients, pour qui la situation peut se révéler pour le moins délicate et angoissante: en effet, de nombreux malades et leurs partenaires respectifs délaissent les relations sexuelles par crainte d’incident cardiaque, parfois sans que cela soit véritablement nécessaire.

Adapté de «Sexualité et troubles du rythme cardiaque», par Dr Sztajzel, Centre cardiopulmonaire, Clinique de Carouge. In Revue médicale suisse 2013;9:616-9, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Psycho et cerveau
LED: lumière sur leur danger

LED: lumière sur leur danger

Alors que les lampes fluorocompactes se sont généralisées depuis les années 1990, elles vont être remplacées...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
La peur dans tous ses états

La peur dans tous ses états

Très étudiée, la peur a des effets sur le cerveau et le corps. Elle peut être maîtrisée, mais aussi invalidante.
Manipulations cérébrales pour soigner les phobiques et les victimes de stress post-traumatiques

Manipulations cérébrales pour soigner les phobiques et les victimes de stress post-traumatiques

Pour la première fois, des chercheurs sont parvenus à faire disparaître des souvenirs effrayants.
Vitilgo

Traitée à temps, la progression du vitiligo peut être ralentie

Avant tout considérée comme un problème esthétique, cette maladie de la pigmentation cutanée est souvent oubliée par les médecins. Un diagnostic précoce peut pourtant améliorer sa prise en charge.
Videos sur le meme sujet

Le travail: est-ce vraiment la santé?

On travaille beaucoup en Suisse... en moyenne 1800 heures chaque année si l'on est employé à plein temps. Mais est-on heureux de travailler autant ? Le travail permet-il de se sentir bien et d'être en bonne santé ou au contraire est-il plutôt source de mal-être et de maladies ? Réponses dans l'émission l'Antidote.

Stress au travail: se battre, s’enfuir ou s’épuiser

L'Antidote se penche sur les effets du stress au travail sur la santé et sur les mesures que peuvent prendre les employés et les entreprises pour lutter contre ce fléau.

Alcool et travail, métro, boulot… alcolo

L’alcool et le travail ne font pas toujours bon ménage. Même si il est parfois associé aux moments de fêtes, pour marquer le départ à la retraite, une promotion, un contrat signé. Il est aussi consommé pour décompresser après un stress particulier ou quotidien et il devient parfois une soupape.