La sexothérapie en cinq questions

Dernière mise à jour 22/12/11 | Questions/Réponses
Point d'interrogation
La sexothérapie est devenue de plus en plus courante. Mais de quoi s’agit-il au juste? 5 questions pour y répondre.

Qu’est-ce qu’une sexothérapie?

La sexothérapie est une forme de psychothérapie centrée sur la problématique de la sexualité et du couple. Il existe une palette d’approches et des thérapeutes d’horizons divers (lire ci-dessous). Selon les troubles et les types de thérapies, la durée du traitement est variable. Le plus souvent on commence avec 3 séances d'évaluation, puis on entame la sexothérapie proprement dite. Celle-ci peut durer de deux à trois séances pour les entretiens de conseil de type « counseling » ou « coaching », à une dizaine pour les thérapies dites « brèves », voire à des traitements au plus long cours.

Qu’est-ce qu’un sexologue?

Le titre de sexologue n’est pas encore protégé. La sexologie elle-même ne fait pas l’objet d’une spécialisation à part entière dans le cursus médical classique. C’est une discipline ouverte aux différents acteurs de la santé (médecins, psychologues, physiothérapeutes, etc.) par le biais d’une formation spécifique et universitaire. Pour garantir des standards de soin de la plus haute qualité, la Société Suisse de Sexologie (SSS) (lire encadré), est en train de finaliser le programme de formation spécifique en sexologie clinique et de fixer les exigences pour être réconnu comme spécialiste en sexologie.

Comment se déroulent les premières séances d’une sexothérapie?

Les premières séances sont consacrées à l’évaluation du problème présenté le patient. Le médecin posera ensuite son diagnostic et déterminera la nature du traitement qui sera engagé. Le professionnel va s’attacher d’abord à écarter toute cause organique au symptôme sexuel. Des examens complémentaires, parfois auprès d’autres spécialistes (gynécologues, endocrinologue, cardiologue, urologue, etc.), peuvent être menés si nécessaire. Car le trouble sexuel peut exister en tant que tel, il peut aussi être lié à des difficultés psychologiques ou relationnelles ou être le symptôme d’une autre affection somatique ou psychiatrique. A titre d’exemple, les dysfonctions érectiles sont très souvent révélatrices d’une maladie cardio-vasculaire silencieuse, avec un risque d’infarctus du myocarde ou d’attaque cérébrale, si on ne traite pas. Aussi, l’absence de désir peut être le signe d’une dépression. Les difficultés sexuelles en général peuvent même être l’expression de maladies génétiques, oncologiques, infectieuses, endocrinologiques, d’un diabète, d’une hypertension, etc. Consulter pour un problème sexuel est alors souvent l’occasion de faire un bilan de santé.

Les résultats des investigations du médecin vont permettre d’orienter la suite de la thérapie. S’il y a un problème physique qui accompagne ou qui est à l’origine du trouble sexuel, on commencera par le traiter. Si le trouble est évocateur d’un problème psychologique ou psychiatrique, le patient sera dirigé vers un sexologue-psychothérapeute (psychologue ou psychiatre, spécialisé en sexologie). Si les difficultés sont plutôt d’ordre relationnel, une sexothérapie de couple sera envisagée.

En quoi consistent les traitements en sexothérapie?

Que l’on soit une femme ou un homme, que l’on soit jeune ou plus âgé, il existe des traitements efficaces pour soigner les troubles sexuels. Si certains d’entre eux répondent mieux à certaines formes de thérapie, il n’y a pas une approche unique qui serait la meilleure. Voici quelques exemples de prise en charge:

  • Pharmacologiques
  • Sexothérapie cognitive et comportementale
  • Sexothérapie systémique
  • Sexothérapie sexo-dynamique (c’est-à-dire d’inspiration psychodynamique)
  • Sexothérapie de couple
  • Sexothérapie brève et intensive « Intensive short-term dynamic sexotherapy "
  • Sexothérapie par hypnose
  • Approche bio-psychosociale
  • Sexo-analyse
  • Sexothérapie corporelle
  • Sexocorporel

Dans la sexothérapie, comme dans toute psychothérapie, la qualité de la relation entre le thérapeute et son patient est primordiale. Si on ne se sent pas à l’aise avec son spécialiste, il est préférable d’aller en voir un autre.

La sexothérapie est-elle prise en charge par l’assurance-maladie ?

Les sexothérapies effectuées par un médecin ou par un sexothérapeute-psychologue délégué par un psychiatre sont remboursées par l’assurance maladie de base. Il est vivement conseillé d’aborder ces questions pratiques dès la première séance (durée du traitement, tarifs, conditions de remboursement par l’assurance de base ou les complémentaires), si le professionnel ne vous en informe pas de lui-même.

Mieux connaître la sexologie

 Discipline moderne et ouverte, la sexologie est un domaine foisonnant et encore assez mal protégé. Fondée en 2008, la Société suisse de sexologie propose de promouvoir la sexologie en tant que discipline scientifique et universitaire, auprès du grand public et des professionnels de la santé. Elle vise les plus hauts standards de soins en ce qui concerne la pratique clinique, la recherche, la prévention et l’éducation et travaille actuellement sur la création d’un label de qualité destiné à clarifier l’offre. Le titre de « sexologue » n’étant à ce jour pas encore reconnu, la SSS recommande que le thérapeute soit au bénéfice d’un titre universitaire dans une discipline liée aux soins avec des patients, qu’il ait suivi un cursus en sexologie reconnu et qu’il ait une expérience clinique, avec un certain nombre d’heures de pratique. Des spécialistes en sexologie qualifiés sont répertoriés sous http://www.swissexology.com/.

Pour toute question, vous pouvez également vous adresser à la Consultation de gynécologie psychosomatique et sexologie des Hôpitaux universitaires de Genève

Rue des Pitons 15

1205 Genève

Tél. 022 372 85 81 

contact@swissexology.com

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
dompter_anxiete

Maîtriser son anxiété, c’est possible

En modifiant de façon durable les comportements ou les pensées qui favorisent l’anxiété, les psychothérapies permettent aux personnes anxieuses d'aborder leur vie plus sereinement.

Traitement de l’addiction: sortir de l’ornière

Le traitement de l’addiction constitue une prise en charge globale qui engage les valeurs du patient, sa vie et sa place dans la société.
Face au juge et au prisonnier

Face au juge et au prisonnier

Les psychiatres doivent assumer la responsabilité de deux missions délicates: déterminer le niveau de responsabilité d’un accusé et suivre un détenu malade.
Videos sur le meme sujet

La violence conjugale: Elle est inacceptable!

La violence entre conjoints touchent majoritairement les femmes, mais aussi les hommes. Les caméras de L'antidote abordent le sujet avec Philip Jaffém psychologue et directeur de l'institut universitaire Kurt Bosch à Bramois.

Les T.O.C, la prison psychologique

L'ordre, la rigueur, le fait de vérifier si une tâche est bien accomplie, ces traits de caractère sont à priori plutôt considérés comme étant des qualités. Mais parfois ces qualités peuvent se transformer en handicap. Cette vidéo vous parle des T.O.C ou Troubles Obsessionnels Compulsifs.

Schizophrénie: Privilégier le lien social

La schizophrénie : en Suisse environ une personne sur cent connaitrait des troubles schizophréniques, c'est beaucoup et l'on a toujours de cette maladie une image caricaturale, parfois encore associée à la folie. Le point sur cette maladie avec l'antidote.