De l’image au geste

Dernière mise à jour 04/05/23 | Article
BV_infog_image-au-geste
Si nos mouvements pour saisir ou toucher un objet semblent instantanés, ils répondent en réalité à un long et complexe – mais extrêmement rapide – voyage de l’information de l’œil à la main.

50 à 70 mètres/seconde

La vitesse de propagation de l’influx nerveux le long des neurones. C’est rapide, mais pas autant que le son (environ 340 mètres par seconde) ou la lumière (environ 300’000 kilomètres par seconde)!

Le trajet du message visuel

  1. Perception: la lumière réfléchie par l’objet est perçue par l’œil, qui la transforme en signal neuronal.
  2. Traitement de l’information: le message nerveux sensitif est transmis au cortex visuel du cerveau via le nerf optique.
  3. Transformation de l’information: des signaux quittent le cortex visuel grâce à un vaste réseau de neurones, direction le reste du cerveau! Parmi les destinataires de l’information, le cortex moteur, en charge de la commande du mouvement. L’entrée «visuelle» devient une sortie «motrice».
  4. Action: la commande motrice qui part du cortex moteur est transmise, via la moelle épinière, aux muscles de la main qui effectue le geste.

Quand la transmission s’effectue mal

Certaines maladies neurodégénératives, telles que les maladies de Parkinson ou de Huntington, la sclérose en plaques, mais aussi les derniers stades de la maladie d'Alzheimer, endommagent les voies de propagation des signaux nerveux. Cela entraîne une perturbation des connexions entre les différentes régions du cerveau et la périphérie du corps qui impacte aussi la stabilité de l’interaction entre perception et mouvement. Des substances externes (alcool, drogues, médicaments, etc.) peuvent aussi perturber cette transmission neuronale.

Le saviez-vous?

La capacité à saisir des objets (préhension) est le résultat d’interactions complexes entre les perceptions sensorielles et le contrôle moteur. Cette aptitude a contribué à faire de l’être humain l’une des espèces les plus performantes au monde sur le plan de l’évolution. La coordination œil-main, en particulier, a permis le développement de la plupart de nos actions du quotidien (écriture, conduite d’un véhicule, cuisine, etc.), mais également d’activités qui ont participé au processus évolutif de notre civilisation (développement d’outils, écriture, mathématiques et, par extension, pensée abstraite et socialisation, au travers des rituels de salutation, par exemple).

_________

Article repris du site  BienVu!

Articles sur le meme sujet
PS52_andrea_serino

«Une grande opportunité de faire évoluer la neuroréhabilitation»

Inauguré en novembre dernier à Lavigny par le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), l’Université de Lausanne (UNIL) et l’Institution de Lavigny* elle-même, le NeuroRehab Research Center (NeuroRehab) laisse augurer d’une nouvelle ère dans le domaine de la neuroréhabilitation, en particulier pour les patients ayant subi un accident vasculaire cérébral (AVC) ou un traumatisme crânien sévère. Rencontre avec son directeur, le Pr Andrea Serino.
PULS_resolutions_debut_annee

Faut-il prendre des résolutions en début d’année?

90% des résolutions prises le 1er janvier seraient abandonnées. Le Dr Paco Prada, responsable du Service de psychiatrie de liaison et d’intervention de crise des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), explique pourquoi et suggère des pistes pour des changements durables.
PULS_douleur_mot_maux

La douleur, un mot pour des maux

Signal d’alarme de notre corps, la douleur n’est pas ressentie de la même façon chez tout le monde. Les explications du Pr Benno Rehberg-Klug, médecin adjoint agrégé au Service d’anesthésiologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
Videos sur le meme sujet

Comment remédier à notre attention qui baisse?

Selon une étude du centre de recherche CERVO de l’Université Laval à Québec, l’attention – faite de concentration et de distraction – décline progressivement à partir de 26 ans.

Pourquoi je procrastine?

J’ai voulu affronter cette vilaine habitude avec Shékina Rochat, docteure en psychologie, et maître d’enseignement et de recherche à l’université de Lausanne.

L'amnésie globale transitoire: quand le cerveau n'encode plus rien

Lʹamnésie globale transitoire est une perte soudaine et temporaire de la mémoire.