Soins intensifs: l’hypnose en renfort

Dernière mise à jour 01/07/19 | Article
PULS_soins_intensifs_hypnose
Aux soins intensifs, on recourt à l’hypnose clinique pour améliorer le vécu des patients et atténuer l’empreinte du séjour.

«L’expérience hospitalière place spontanément les patients dans un état de conscience modifié. Ils ont une sorte de perméabilité et de résonance émotive propices à l’hypnose», explique Solenne Ory, infirmière spécialisée en soins intensifs (SI) aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), qui la pratique dans le cadre du Programme hypnose, soutenu par la Fondation privée des HUG. Tout patient conscient peut bénéficier d’une séance d’hypnose pour modifier la perception de symptômes tels que la douleur, l’anxiété, ou encore améliorer son sommeil. Mais cette technique peut aussi être intégrée dans la relation de façon moins formelle. Pour les soignants formés, c’est une manière différente d’amener les soins, ajustée à chaque patient.

Ainsi, un regard, un geste, une parole accompagnent un geste médical invasif, un examen délicat, dans l’espoir d’une plus grande acceptation. Souvent en état de choc, lourdement appareillés et figés dans un environnement hostile, les patients vivent une forme de morcellement. L’utilisation de cet outil leur permet d’être acteurs et partenaires des soins, et surtout leur redonne un contrôle dans un contexte où presque tout leur échappe. Il s’agit de les aider à mobiliser leurs propres ressources pour les remettre en mouvement et transformer les sensations inconfortables. Et aussi de les emmener ailleurs, hors de la chambre d’hôpital, au-delà d’un tuyau dans la gorge ou d’un membre douloureux. (E.L.)

Teymour, 24 ans: «Aujourd'hui, je vais bien»

«J’ai été hospitalisé en mai 2018 à cause d’une mauvaise toux qui ne faisait qu’empirer. A l’échographie, les cardiologues ont vu que j’avais plein d’eau autour du cœur et des poumons. Ils ont effectué une ponction en urgence et je me suis réveillé dix jours plus tard aux soins intensifs. J’étais branché de partout, intubé et plus capable de respirer seul. Ce n’est qu’une semaine après qu’on m’a expliqué mon état en détail. Au cours de l’opération, les médecins ont découvert une tumeur du médiastin (zone de la cage thoracique entre les poumons). Cette nouvelle m’a fait l’effet d’une bombe.

Au total, j’ai passé plus de 40 jours aux soins intensifs. C’était physiquement très éprouvant, j’ai perdu 20 kilos et j’étais souvent dans le brouillard. Heureusement, j’ai été chouchouté par l’équipe soignante. Parmi les nombreux soins que j’ai reçus, on m’a proposé des séances d’hypnose. Je faisais beaucoup de cauchemars et mes difficultés à respirer sans le masque à oxygène m’angoissaient. Cette méthode m’a vraiment apaisé.

Je suis rentré chez moi après plus de six mois d’hospitalisation. Aujourd’hui, je vais bien. Ma vie reprend son cours, je voyage et profite de chaque instant. Récemment, on m’a proposé de revenir à l’hôpital pour une consultation post-soins intensifs. Cela m’a fait beaucoup de bien de reparler du côté très émotionnel associé à mon séjour. J’ai pu me souvenir et comprendre pleins d’éléments qui restaient flous. Ma sœur, qui a été mon pilier, m’a accompagné à cet entretien. Elle a passé un moment seule avec l’infirmière. Quand je l’ai vue revenir les yeux pleins de larmes, je me suis rendu compte de l’impact que ça avait eu sur elle et son besoin d’en parler. Elle vient désormais d’entamer des études pour devenir infirmière.» (A.R.)

_____

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Santé du couple
liberer_pervers_narcissique

Se libérer d’un pervers narcissique

S’il ne correspond à aucune entité nosographique officielle, le pervers narcissique inflige néanmoins...
Lire la suite
Anxiété et crise psychique
Une anxiété durable peut cacher un trouble profond

Une anxiété durable peut cacher un trouble profond

«Des conséquences trop longtemps sous-estimées.» Martin Preisig, psychiatre au Centre hospitalier universitaire...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_voyage_en_hypnose

Voyage en hypnose

Il t'est peut-être déjà arrivé d'être tellement concentré devant un film, un livre ou un jeu vidéo que tu crois être dans l'histoire pour de vrai, sans entendre ta maman qui te demande de mettre ton pyjama. Eh bien, l'hypnose ressemble à cet état.
initier_auto_hypnose

S’initier à l’autohypnose

L’autohypnose permet de se détendre, de se ressourcer, d’améliorer son état général aussi souvent que nécessaire, sans avoir besoin de faire appel à un hypnothérapeute. Rendez-vous chaque jour au Salon pour vous initier à cette pratique.

L'hypnose modifie l'activité du cerveau

Les effets de l’hypnose ne sont pas purement subjectifs. L’imagerie cérébrale a révélé que cette pratique modifiait l’activité du cerveau.
Videos sur le meme sujet

Opérations sous hypnose

Vous devez vous faire opérer? Et si au lieu d’une narcose, vous tentiez l’hypnose? Une méthode simple et naturelle, qui permet de réduire drastiquement la dose d’anesthésiques chimiques.

L’inconscient tout puissant

Au travers d'une série d’expériences qui testent la perception, l'émission "Specimen" (RTS Un) du 31 mai 2017 s'intéresse à la puissance de l'inconscient.

L'hypnose

Un diplôme reconnu par la FMH, une pratique courante dans les services de traitement de la douleur de nombreux hôpitaux, plus de 200 praticiens formés en Suisse romande...