Blues hivernal ou vraie dépression?

Dernière mise à jour 16/01/19 | Vrai/Faux
 PULS_V/F_blues_hivernal
Chaque hiver, vous redoutez la grisaille et les jours qui raccourcissent. Est-ce pour autant une dépression saisonnière? Les réponses de la Dre Hélène Richard-Lepouriel, médecin adjointe responsable de l’Unité des troubles de l’humeur des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Tout le monde est un peu déprimé en hiver.

Faux.Chacun est plus ou moins sensible aux changements de luminosité. 10% de la population souffre de quelques symptômes, comme par exemple de la fatigue et une baisse de l’humeur. On qualifierait plutôt ceci de «blues hivernal». Par contre, 2 à 4% de la population font une réelle dépression. A noter que les femmes sont les plus touchées, puisque 75% des personnes concernées sont de sexe féminin.

La dépression saisonnière peut survenir à toutes les saisons.

Plutôt faux.Cette forme de dépression est liée à la baisse de la luminosité. Sous nos latitudes, c’est donc principalement en automne et hiver qu’elle survient. Si les mécanismes ne sont pas tous clairement identifiés, il y a un lien entre la lumière et la régulation de la mélatonine (l’hormone du sommeil). Chez certaines personnes, la baisse de lumière provoque une accumulation de mélatonine, ce qui entraîne une très grande fatigue.

Les symptômes sont les mêmes que ceux d’une dépression classique.

Vrai et faux.Les principaux symptômes sont les mêmes. Tout comme sa forme classique, la dépression saisonnière se manifeste par de la tristesse, un manque général d’envie, des problèmes de concentration et de mémoire, voire même des envies suicidaires. Mais lors d’une dépression saisonnière, on constate également une appétence particulière pour les aliments sucrés et un fort besoin de dormir.

La luminothérapie est un traitement efficace.

Vrai.Les lampes de luminothérapie sont efficaces dans 60% des cas de diagnostic avéré de dépression saisonnière. Cela compense le manque de lumière naturelle et détruit la mélatonine en excès dans l’organisme. Les spécialistes recommandent de choisir des lampes puissantes (minimum 10’000 lux) et de s’exposer chaque matin entre 30 et 45 minutes. Ces dispositifs sont remboursés par l’assurance maladie lorsque l’indication de dépression saisonnière figure sur l’ordonnance. Mais même en cas de simple blues, c’est un traitement vivement recommandé car il est efficace et n’entraîne aucun effet secondaire indésirable.

________

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Libido
libido_femme_traitements

Problèmes de libido chez la femme: diagnostic et traitements

Bonne nouvelle, il existe plusieurs remèdes à un trouble du désir! Grâce au diagnostic médical et à certaines...
Lire la suite
Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Simple déprime ou vraie dépression ?

Simple déprime ou vraie dépression?

Dans les journaux et les conversations quotidiennes, le mot «dépression» fait partie de ceux que l’on entend souvent. Pourtant la maladie reste largement sous-diagnostiquée.
soigner_depression_saisonniere

Soigner la dépression saisonnière

Régulièrement à la fin de l’automne, certaines personnes souffrent de symptômes dépressifs. Un mal qui se soigne.
apports_hormones_thyroide

Les apports d’hormones ne sont pas efficaces à tous les coups

Une étude européenne dévoile que les personnes âgées, souvent atteintes d’une affection dite infraclinique, ne tirent pas forcément profit d’une supplémentation en hormones thyroïdiennes.
Videos sur le meme sujet

Déprime hivernale: quand les jours raccourcissent, le moral baisse

Dès que les jours raccourcissent, beaucoup de monde a le moral qui baisse. Et c'est même normal, semble-t-il. Quels sont ces mécanismes et quels sont les liens avec les saisons? Le Dr Gustavo Basterrechea nous apporte un soleil d'explications.