Les gothiques voient-ils la vie en noir?

Dernière mise à jour 05/10/15 | Article
Les gothiques voient-ils la vie en noir?
Une nouvelle étude psychiatrique menée au Royaume-Uni tente de cerner les liens entre la mouvance gothique et les tendances suicidaires. Bien difficile d’y voir très clair.

C’est, renouvelée, la vieille question de l’habit et du moine. Une équipe de psychiatres et psychologues britannique, dirigée par le Dr Lucy Bowes du département de psychologie expérimentale à l'université d’Oxford, a cherché à quantifier les risques dépressifs et suicidaires auxquels seraient spécifiquement exposés les adolescents devenus adhérents à la contre-culture gothique.

En clair: les traits caractéristiques de leurs comportements et de leurs choix (corporels et vestimentaires notamment) doivent-ils être plus ou moins compris comme une symptomatologie renvoyant à un tableau plus ou moins psychiatrique? Le «gothique» est-il pathologique? Leurs conclusions sont publiées le 28 août dans The Lancet Psychiatry.

L'«effet dose»

Ce travail a été mené auprès de 3694 adolescents britanniques (recrutés via la «Avon Longitudinal Study of Parents and Children»). L’attention des chercheurs était focalisée sur ceux qui avaient embrassé la mouvance gothique vers l’âge de 15 ans. Tous les volontaires ont accepté de répondre à des interrogations spécialisées quant à leur état psychologique (états dépressifs, automutilations, tendances suicidaires) à leur majorité. Ils étaient également interrogés quant à leur adhésion aux différentes sous-entités plus ou moins constitutives de cette contre-culture (sporty, populars, skaters, chavs, loners, keeners, bimbos).

Les résultats obtenus semblent sans ambiguïté: à 18 ans les adolescents «gothiques» étaient trois fois plus susceptibles d’être cliniquement dépressifs (et cinq fois plus susceptibles d'automutilations) que les autres jeunes. Il semble également exister un «effet-dose»: plus l’adhésion aux valeurs du mouvement est forte, plus les symptômes psychiatriques sont fréquents. En 2006 une étude écossaise menée sur le même thème et publiée dans le British Medical Journal était parvenue à des conclusions similaires.

Qu’en conclure? C’est bien là la question. «Notre étude ne montre pas que le fait d'être un goth induit la dépression ou l'automutilation, reconnaît le Dr Lucy Bowes. Mais plutôt que certains jeunes Goths sont plus vulnérables.»

Identifier les plus fragiles

Les données épidémiologiques laissent par ailleurs penser que les syndromes dépressifs (et les gestes d’automutilation) chez les adolescents britanniques ne concernent pas, loin s’en faut, les seuls membres de la mouvance gothique. Des données très directement socio-économiques semblent également jouer.

Rien, en d’autres termes qui permettent d’établir une quelconque relation de causalité. Rien non plus qui ne permet d’invalider une thèse opposée, celle qui fait valoir que l’adhésion à cette contre-culture peut être comprise comme la nouvelle expression d’un nouveau rituel communautaire rebelle permettant aux adolescents qui le choisissent de se constituer une identité. La marginalisation inhérente à la mouvance gothique ne serait alors, qu’un miroir grossissant et paradoxal, une forme d’artefact attirant l’attention sur des adolescents plus fragiles.

Les auteurs concluent de leurs observations qu’un intérêt particulier devrait être apporté aux jeunes de cette communauté où il conviendrait d’identifier les membres psychologiquement les plus fragiles de manière à leur fournir une aide adaptée. C’est là une proposition raisonnable qui risque fort, en pratique, de se heurter à la volonté de marginalisation qui, précisément caractérise généralement cette contre-culture.

___________

Article original dans Slate: http://www.slate.fr/story/106123/gothiques-voient-vie-noir

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Santé_au_masculin

Les hommes ont une moins bonne santé que les femmes

En moyenne, la population masculine est plus vulnérable en termes de santé, et son espérance de vie, bien qu’elle tende à augmenter en Suisse, reste plus courte que celle des femmes. Pourquoi?

Des clés pour gérer son stress

Le stress fait partie de notre existence. Pour composer avec lui et éviter qu’il ne fasse des ravages, des stratégies existent.
Le cabinet du praticien, refuge de la détresse existentielle?

Le cabinet du praticien, refuge de la détresse existentielle?

«La médecine n’aurait jamais existé si l’on n’avait pas un jour séparé la maladie du malheur.»
Régis Debray
Videos sur le meme sujet

Détresse existentielle: la société peut aider

Notre vision de la vie peut changer, parfois jusqu'à devenir plus noir que les ténèbres. La détresse existentielle est un mal actuel dans notre société, et de l'aide existe pour y faire face. Sandrine Astori nous aide à y voir plus clair.

Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent

La dépression du post-partum et la dépression chez l'enfant et l'adolescent sont encore trop souvent méconnues. Explications dans cette vidéo.

L'image corporelle : quand le corps change

A différents âges de la vie (puberté, grossesse, ménopause, vieillesse), l'image corporelle évolue. Toute maladie, accident ou traitement est également susceptible de perturber la façon de percevoir son corps et d'entrainer une mauvaise estime de soi.
Maladies sur le meme sujet
Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)