La goutte: un rhumatisme en pleine expansion

Dernière mise à jour 10/01/18 | Article
goutte_rhumatisme_expansion
De plus en plus fréquente, la goutte provoque d’intenses douleurs dans les articulations. Sans prise en charge adéquate, elle peut devenir très invalidante.

 On la surnomme «la maladie des rois»: de Charlemagne à Louis XIV, la goutte a terrassé de douleur des grands noms de l’histoire. Loin d’appartenir au passé, cette pathologie rhumatismale est même en pleine recrudescence. En Europe occidentale, environ 5% de la population serait atteinte de goutte. Des chiffres en partie liés à l’augmentation générale du taux d’obésité, mais pas seulement. Si dans l’imaginaire collectif, la goutte est associée à l’opulence et aux repas caloriques, d’autres facteurs de risque entrent en ligne de compte.

Des cristaux dans les articulations

Traiter une crise de goutte aiguë

En cas de première crise de goutte aiguë, il n’est pas nécessaire d’introduire directement un traitement à vie pour modifier le taux d’acide urique dans le sang. Cependant, quelques réflexes permettent de gérer la douleur.

Repos et décharge: en cas de crise de goutte, ne sollicitez pas trop votre articulation endolorie. Vous pouvez utiliser des cannes anglaises afin de ne pas mettre de poids sur la zone qui vous fait mal.

Application de glace: le froid est un excellent remède pour calmer les douleurs. Vous pouvez appliquer un «coldpack» ou de la glace pilée sur votre articulation pendant 20 minutes, 3 à 4 fois par jour (au maximum toutes les deux heures). Si vous n’avez pas de glace, vous pouvez aussi utiliser un paquet de lentilles ou de petits pois congelés.

Médicaments anti-inflammatoires: les anti-inflammatoires stéroïdiens sont efficaces contre la douleur et peuvent permettre de diminuer la durée de la crise.

 La goutte est une maladie rhumatismale, principalement liée à une concentration trop élevée d’acide urique dans le sang. «Il s’agit d’un déchet naturel que produit notre organisme. Il résulte en partie de la dégradation de certains aliments et est éliminé grâce aux reins», explique la Dre Zina Fumeaux, spécialiste en médecine interne et néphrologie au Groupement Hospitalier de l’Ouest Lémanique (GHOL). Or, lorsque le taux d’acide urique dans le sang est trop élevé, il a tendance à précipiter et se déposer sous forme de cristaux d’urate dans de nombreux tissus (en particulier les articulations).

Dans un premier temps, la goutte se manifeste sous forme de crises aiguës: de violentes inflammations locales, liées au dépôt de ces fameux cristaux, provoquent des douleurs et des gonflements dans une articulation (souvent le gros orteil). «Au début, ces crises durent seulement quelques jours, détaille le Pr Jean Dudler, médecin-chef du département de rhumatologie de l’hôpital fribourgeois (HFR). Mais petit à petit, elles peuvent survenir de manière récurrente, jusqu’à devenir chroniques. Sur le long terme, la goutte peut être très invalidante». Le traitement recommandé va alors dépendre du stade de la maladie. Lors d’un premier épisode de crise aiguë, la priorité consiste à soulager la douleur. En revanche, lorsque la maladie s’installe durablement, des médicaments peuvent être prescrits pour faire baisser le taux d’acide urique dans le sang et le maintenir à un niveau normal. «Le patient devra alors prendre des médicaments à vie pour être protégé, souligne la Dre Fumeaux. Un tel traitement peut parfois entraîner des effets secondaires. Par conséquent, on n’entreprend pas de traitement de fond dès la première crise de goutte, mais uniquement si la maladie devient chronique».

Des facteurs de risque multiples

Au-delà du traitement médicamenteux, intervenir sur certains facteurs de risque peut aussi être bénéfique. Le diabète, l’hypertension artérielle et l’obésité sont connus pour être souvent associés à la goutte. Globalement, il est donc recommandé de suivre certaines règles d’hygiène de vie, comme pratiquer une activité sportive, se nourrir sainement et bien s’hydrater. «Certains aliments comme les fruits de mer, la charcuterie, les abats, la bière, le vin blanc ou encore les boissons sodées ont tendance à augmenter le taux d’acide urique dans l’organisme, indique la Dre Fumeaux. Il vaut donc mieux en limiter la consommation».

Malheureusement, ces réflexes ne sont pas toujours suffisants. «L’alimentation joue certainement un rôle, mais les causes de la goutte sont surtout génétiques, commente le Pr Dudler. Certaines personnes ont une propension génétique à avoir des reins qui sécrètent moins d’acide urique que d’autres».

Il n’existe actuellement pas de médicament préventif qui permette de prévenir une première crise de goutte. En revanche, sa survenue ne doit pas être négligée. «La goutte est une maladie facile à diagnostiquer et bien connue du corps médical, relève le Pr Dudler. C’est même tellement simple qu’elle a tendance à être banalisée. Pourtant, si on la laisse évoluer, elle peut grandement empiéter sur la qualité de vie et finir par détruire les articulations. Il est donc important de la prendre en charge assez tôt». Si plusieurs membres de votre famille souffrent de goutte, n’hésitez donc pas à le signaler à votre médecin.

Acide urique et calculs rénaux

L’acide urique peut également être responsable de la formation de cristaux dans les voies urinaires, qu’on appelle calcul rénal ou calcul urinaire. La plupart du temps, les calculs sont composés de calcium et d’oxalate (une molécule contenue dans de nombreux végétaux et aliments). Dans 5 à 10 % des cas cependant, les calculs sont composés d’acide urique. Une partie du traitement va consister à alcaliniser les urines pour empêcher la cristallisation de l’acide urique. Comme dans un cas de goutte chronique, un traitement pour stabiliser le taux d’acide urique pourra être proposé si celui-ci est élevé, afin d’éviter les récidives. « Si vous souffrez de calculs, pensez à essayer de les récupérer au moment de l’expulsion, conseille la Dre Zina Fumeaux, spécialiste en médecine interne et néphrologie au GHOL. Ils pourront ainsi être analysés afin de déterminer leur nature et adapter le traitement ».

Paru dans le Quotidien de La Côte le 08/11/2017.

A LIRE AUSSI

Bien vieillir
Qu'est-ce que la déshydratation?

Qu'est-ce que la déshydratation?

L'eau est le composant principal de l'organisme, et représente environ 60% du poids d'un être humain....
Lire la suite
Mémoire
trous_memoire_inquieter

Trous de mémoire, quand s’inquiéter?

Avec l’âge, la mémoire se fragilise et peut nous jouer des tours. Mais comment savoir si nos oublis sont...
Lire la suite
Bien vieillir
cinq_facteurs_rester_jeune

«Il existe cinq facteurs majeurs pour rester jeune le plus longtemps possible»

Le vieillissement est un processus biologique complexe. Le professeur Karl-Heinz Krause de l’Université...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Fourchette et cuillère formant une croix

Jeûner pour soulager les articulations

Quand on parle de jeûne thérapeutique, l’une des affections pour lesquelles les patients se mettent à la diète pure et simple, ce sont celles qui touchent les articulations, comme les rhumatismes ou l’arthrose. L’avis d’un rhumatologue.
Quand les goutteux chanteront le temps des cerises

Quand les goutteux chanteront le temps des cerises

A tous ceux qui souffrent de crises de goutte, une équipe de la côte est des Etats-Unis propose un nouveau traitement végétal, gratuit ou presque: consommer les fruits des cerisiers. La démonstration en est apportée dans la revue du Collège américain de rhumatologie.
Polyarthrite rhumatoïde: quels facteurs de risque?

Polyarthrite rhumatoïde: quels facteurs de risque?

La polyarthrite rhumatoïde (également appelé «PR») est la plus fréquente des maladies inflammatoires articulaires. En Suisse, elle touche environ 70 000 personnes, ce qui représente 1% de la population. Elle est par conséquent presque aussi fréquente que l’épilepsie.
Videos sur le meme sujet

Gros plan sur la spondylarthrite ankylosante

Anne Baecher se penche sur une affection qui toucherai 80'000 personnes en Suisses.

Pour que la polyarthrite rhumatoïde ne dévore plus les articulations

Contrairement à l’arthrose qui est une usure mécanique survenant avec l’âge, la polyarthrite rhumatoïde est une maladie inflammatoire auto-immune. Le système immunitaire s’attaque à ses propres articulations comme s’il s’agissait de corps étrangers à neutraliser.

Vivre avec la polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est un des rhumatismes inflammatoires les plus fréquents.
Maladies sur le meme sujet
Epicondylite

Epicondylite

Connue sous le terme de « tennis elbow » (coude du joueur de tennis), l’épicondylite est redoutée des joueurs de tennis, mais elle existe bien au-delà des terrains sportifs.