Survivre à son rôle de proche aidant

Dernière mise à jour 16/02/17 | Article
survivre_role_proche_aidant
Courses, entretien, soins corporels, visites… les tâches accomplies pour soutenir un proche malade ou en perte d’autonomie sont nombreuses. Conseils pour éviter l’épuisement

Un «proche aidant», un «aidant naturel», un «aidant», désignent ces personnes qui soutiennent de façon régulière et plus ou moins intense une personne handicapée, malade, en perte d’autonomie et/ou âgée. Au risque, parfois, de compromettre leur propre santé. Comment gérer au mieux ce rôle aussi précieux pour la société que difficile? Conseils.

Se reconnaître comme aidant

Qu’il aide déjà beaucoup (soins, courses, aide aux actes de la vie quotidienne…) ou de façon plus ponctuelle (assistance administrative, appels «pour savoir comment ça va», courses exceptionnelles…), l’aidant doit d’abord se reconnaître comme aidant, ce qui est en soi une étape difficile. Qu’on le fasse par devoir, par générosité ou par amour, s’impliquer pour un proche vulnérable peut être ressenti comme naturel, mais n’a pour autant rien de banal.

Regarder les choses en face

Aider un proche est délicat, car la réalité (papa entend moins bien, se déplace avec plus de difficultés et vit seul dans une maison à quatre étages) et les perspectives (placement dans une institution par exemple) sont souvent angoissantes. Il est aisé de comprendre qu’on évite le sujet aussi longtemps que possible, jusqu’au moment où il n’y a plus d’autre choix que de se confronter à la réalité. Pourtant, même sans préparation à une situation donnée (qu’on ignore encore dans ses détails), le simple fait de la regarder en face et d’en parler est une forme d’anticipation bienvenue. Cela confère une longueur d’avance, bien utile si les choses devaient se concrétiser à un rythme non maîtrisé.

Parler avec son proche aidé

Il y a de fortes chances que le proche qui doit être aidé y rechigne, voire s’y oppose. Toutefois, il est souhaitable, si la chose est possible, d’avoir un échange avec lui. C’est essentiel et profitable pour tous de savoir à quoi s’en tenir, de connaître les attentes et limites des uns et des autres dans la prise en charge. Un accompagnement qui se fait à l’encontre des souhaits d’un proche peut devenir compliqué, voire intenable. Des mises au point régulières sont donc utiles, au gré de l’évolution de la situation familiale.

Se faire aider

Des entreprises de services aux associations de soutien, beaucoup de structures sont susceptibles d’aider à la prise en charge d’un proche diminué. Même si ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver, ces aides existent. En revanche, il faut déjà être d’accord d’y avoir recours, ou accepter de consacrer du temps à les trouver. Les aidants ont parfois bien du mal à accepter cette aide ou à prendre du temps dans un agenda déjà chargé.

Ne pas rester seul

Enfermé dans un lien parfois teinté de culpabilité («Je vais bien, mon proche va mal»), débordé par un agenda surchargé (surtout s’il travaille), préoccupé par une situation dont l’issue l’angoisse, l’aidant peut avoir tendance à s’isoler. Cet isolement risque de le priver du répit que seul le monde extérieur peut lui apporter, d’une aide pour lui-même ou pour son proche, d’un avis extérieur (par exemple, quand il est temps d’envisager une entrée en institution). Il est important de maintenir des ponts avec le monde extérieur, source d’informations et de soutien. Là aussi, le tissu associatif peut être d’une grande aide, ne serait-ce que par l’écoute et les visites.

Essayer de ne pas culpabiliser

Dans ce genre de situations, on trouve toujours tout un tas de raisons pour culpabiliser: être bien alors que son proche est diminué ou malade, ne pas être aussi présent qu’on le voudrait, refuser certaines choses (par exemple ne pas accepter son proche à son domicile) ou ne pas pouvoir les faire…Tout cela dépend aussi du lien entre les proches, des peurs des uns et des autres, de leurs histoires. Il n’y a pas de solution miracle à cela. Toutefois, communiquer avec son proche, lui faire part de ce qui vous tourmente, entendre ce qu’il peut avoir à dire à ce sujet est déjà un pas vers l’avant. S’il ne peut l’entendre, se confier à l’extérieur (amis, famille, médecins…) est indispensable pour ne pas être rongé de culpabilité et risquer que celle-ci prenne des formes dangereuses.

Se reposer et prendre du plaisir

«Qui veut voyager loin ménage sa monture». Aide, répit, repos sont les maîtres mots à garder en tête, car s’oublier dans la prise en charge d’un proche est le meilleur moyen de ne pas pouvoir l’accompagner bien, ou longtemps. Les formes de repos ou les moyens de se ressourcer dépendent de chacun, mais ils devraient dans tous les cas faire partie de l’agenda. Aussi, il est essentiel d’associer cette période de la vie avec des choses positives. Placer la notion de plaisir au cœur des réflexions à mener et des décisions à prendre est vivement conseillé pour nourrir la motivation à continuer, à avancer, à accomplir et à vivre!

_________

Source: Paru dans le supplément «Votre santé» du Quotidien de La Côte, novembre 2016.

A LIRE AUSSI

Bien vieillir
Qu'est-ce que la déshydratation?

Qu'est-ce que la déshydratation?

L'eau est le composant principal de l'organisme, et représente environ 60% du poids d'un être humain....
Lire la suite
Mémoire
trous_memoire_inquieter

Trous de mémoire, quand s’inquiéter?

Avec l’âge, la mémoire se fragilise et peut nous jouer des tours. Mais comment savoir si nos oublis sont...
Lire la suite
Bien vieillir
Repas de personnes âgées

Troubles de la déglutition chez la personne âgée

Manger est l’un des seuls actes de notre vie quotidienne qui lie à la fois nécessité vitale et plaisir....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Au secours des proches aidants

Quand on aide au quotidien un parent âgé, un enfant handicapé ou un proche malade, il faut aussi accepter de se faire aider.
Entre épuisement et aides, «chacun fait comme il peut»

Entre épuisement et aides, «chacun fait comme il peut»

Les proches aidants sont considérablement mis à contribution pour le maintien à domicile des personnes malades en fin de vie. Des structures d’aide existent pour le malade et également pour les proches aidants. Or, ces derniers ne les connaissent pas toujours bien et n’ont pas toujours les moyens d’y recourir.
Proche aidant: il faut savoir demander de l’aide

Proche aidant: il faut savoir demander de l’aide

Le proche aidant est une personne qui consacre régulièrement de son temps pour aider au quotidien un proche atteint dans sa santé, son autonomie. Grâce au soutien du proche aidant, la personne accompagnée par un enfant, un parent, un ami, peut continuer à vivre chez elle et maintenir sa vie sociale.
Videos sur le meme sujet

Soins à domicile

Vivre chez soi jusqu’au bout est le souhait de la majorité d’entre nous.

Proches aidants, la face cachée de la santé

Les personnes âgées, malades ou handicapées ne peuvent souvent rester vivre à la maison que grâce au soutien d’un proche.

Hémiplégie, faire avec ce qu'il reste de soi

En Suisse environ 16’000 personnes sont victimes d’un accident vasculaire cérébrale chaque année.