Proche aidant: il faut savoir demander de l’aide

Dernière mise à jour 13/01/14 | Article
Proche aidant: il faut savoir demander de l’aide
Le proche aidant est une personne qui consacre régulièrement de son temps pour aider au quotidien un proche atteint dans sa santé, son autonomie. Grâce au soutien du proche aidant, la personne accompagnée par un enfant, un parent, un ami, peut continuer à vivre chez elle et maintenir sa vie sociale.

Pour la personne en difficulté, pouvoir compter sur un de ses proches est un réel réconfort. Le proche aidant dispose de compétences qu’il a développées en lui apportant son soutien. Son implication et le lien qu’il entretient avec la personne aidée lui apportent de multiples joies, des satisfactions et un enrichissement.

Mais un proche aidant ne peut pas tout faire, tout seul et tout le temps. Il peut s’exposer à des risques souvent sous-estimés pour sa santé, sa vie familiale, sociale et professionnelle. Il est donc utile qu’il connaisse ses propres ressources et limites et qu’il puisse solliciter les aides et les services de soutien à sa disposition.

Motivations des proches aidants*

96% Lien affectif

74% Sentiment de satisfaction

46% Sentiment de devoir

16% Conviction religieuse

* AgeCare - Suisse Latine, Projet de recherche sur les proches soignants en Suisse latine, 2011, www.aide-soins-domicile.ch

Connaître les risques

Aider une personne dépendante, c’est souvent largement plus qu’une activité à plein temps! Faire face à l’imprévu, assumer de nombreuses tâches de jour comme de nuit, adapter continuellement son organisation et son travail au gré des événements, vivre de fortes émotions, peuvent conduire à un stress éprouvant. Une étude* montre qu’un proche sur deux s’épuise pendant son parcours d’aidant et qu’un proche sur trois est déjà atteint dans sa santé avant de solliciter davantage d’aide extérieure.

L’épuisement physique et psychique est le premier risque auquel tout proche aidant peut être confronté. Cet épuisement peut engendrer un isolement social, des difficultés professionnelles et financières. Il est pourtant possible de prévenir les risques et de poursuivre l’accompagnement tout en se préservant.

* Association vaudoise d’aide et de soins à domicile (AVASAD), Résultats de l’évaluation des besoins des proches aidants, 2012, sur mandat du Service des assurances sociales et de l’hébergement (SASH)

Vivre ses émotions

Le proche aidant peut être pris dans un flot d’émotions contradictoires, ce qui contribue à son épuisement. Bien que les émotions ne soient pas mauvaises en elles-mêmes, elles peuvent devenir envahissantes. Ainsi, les personnes qui ressentent peur, honte ou culpabilité développent parfois des comportements qui portent atteinte à la qualité de l’accompagnement, qui nuisent à la relation et aggravent la charge émotionnelle.

Pour le proche, s’autoriser un temps pour exprimer ses émotions dans un espace intime peut aider à dépasser la culpabilité et la honte. Plusieurs formes de soutien existent, qui contribuent à comprendre et gérer les émotions en jeu dans une relation d’aide.

Repérer les signes d’épuisement

Les proches aidants sont exposés à des risques d’épuisement physique et psychique. Les signes avant-coureurs en sont, par exemple: l’irritabilité, l’impatience, la fatigue chronique, le retrait et l’isolement social. Les proches aidants peuvent souffrir de divers troubles consécutifs au stress, comme une baisse des défenses immunitaires, une multitude de maux physiques, des troubles de l’appétit et du sommeil, de l’anxiété quotidienne avec des périodes de forte angoisse, un tumulte émotionnel difficile à vivre.

Nous ne sommes pas tous égaux face à l’épuisement physique et moral. Pour cette raison, il est important que, dès le début d’une relation d’aide, le proche aidant apprenne à repérer les signes de sa fatigue et développe des stratégies pour prendre soin de lui-même tout en tenant compte des besoins de la personne accompagnée. La prise en compte des signes d’épuisement peut éviter de possibles conséquences telles que négligences, voire maltraitance envers la personne accompagnée.

S’accorder du temps

Le proche aidant a parfois le sentiment d’être seul dans sa tâche et de ne pas avoir le temps de se reposer. S’il se sent coupable de ne pas en faire assez, il aura alors tendance à négliger son entourage et ses loisirs pour se consacrer entièrement à la personne accompagnée.

Entre l’accumulation des responsabilités et les changements émotionnels, il est pourtant important de penser à soi. Boire un café avec des amis, faire la sieste, jouer avec ses enfants ou partir en promenade: ces moments simples permettent de se ressourcer.

S’accorder du repos et prendre le temps de voir sa famille et ses amis, comme veiller à une alimentation régulière et équilibrée, sont également des éléments nécessaires au bien-être et à la bonne continuité de l’accompagnement.

Les services de relève, d’aide et de soins à domicile ou l’accueil temporaire offrent un relais qui permet au proche aidant de se reposer, d’entretenir ses relations sociales et de maintenir ses engagements professionnels ou familiaux. Prendre une journée pour soi ou partir en vacances devient plus facile!

50 heures par semaine, c’est en moyenne l’investissement des proches aidants, toutes situations confondues. Ce chiffre peut monter jusqu’à 100 heures hebdomadaires pour les proches de personnes âgées et 120 heures pour les parents d’enfants handicapés.

AVASAD, Résultats de l’évaluation des besoins des proches aidants, 2012, sur mandat du SASH

Demander de l’aide

Accepter ses propres limites et demander de l’aide assez tôt n’est pas toujours facile. Cette démarche peut parfois être vécue comme un échec et s’accompagner d’un sentiment de culpabilité. Demander de l’aide, c’est pourtant faire l’expérience de la confiance réciproque et prendre en compte ses propres besoins de soutien. Plus tôt les organismes de soutien sont sollicités, meilleures sont les chances d’éviter les situations difficiles.

Toutes sortes de ressources sont à disposition: des informations précises, des conseils, des formations, des rencontres, un soutien psychologique ou encore des aides financières spécifiques. (1)

(1) La brochure «Proche aidant tous les jours», éditée par le canton de Vaud, fournit de nombreuses informations sur les associations et autres organismes pouvant apporter un soutien au proche aidant ainsi que sur les aides financières qui peuvent être demandées. La brochure est disponible en ligne ici: http://www.vd.ch/themes/social/vivre-a-domicile/proches-aidants/sensibilisation/brochure/

   

Pour en savoir plus

  

A LIRE AUSSI

Bien vieillir
Qu'est-ce que la déshydratation?

Qu'est-ce que la déshydratation?

L'eau est le composant principal de l'organisme, et représente environ 60% du poids d'un être humain....
Lire la suite
Personnes âgées
Doigts tenant un ressort

Bien savoir vieillir : des exercices simples pour être en forme

Être en forme, c'est avoir la capacité de supporter un effort physique, ce qui inclut la force, l'endurance,...
Lire la suite
Bien vieillir
Repas de personnes âgées

Troubles de la déglutition chez la personne âgée

Manger est l’un des seuls actes de notre vie quotidienne qui lie à la fois nécessité vitale et plaisir....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Au secours des proches aidants

Quand on aide au quotidien un parent âgé, un enfant handicapé ou un proche malade, il faut aussi accepter de se faire aider.
Entre épuisement et aides, «chacun fait comme il peut»

Entre épuisement et aides, «chacun fait comme il peut»

Les proches aidants sont considérablement mis à contribution pour le maintien à domicile des personnes malades en fin de vie. Des structures d’aide existent pour le malade et également pour les proches aidants. Or, ces derniers ne les connaissent pas toujours bien et n’ont pas toujours les moyens d’y recourir.
Dispute en groupe

Borderline : un trouble qui affecte aussi les proches

Il existe des maladies où la souffrance des proches dépasse parfois celle de la personne atteinte. Le trouble de la personnalité borderline en fait partie. Comment les proches peuvent-ils réagir, quelles techniques pour limiter les dégâts psychologiques ?
Videos sur le meme sujet

Proches aidants: SOS, je m’épuise

Le rôle des proches aidants est essentiel dans notre société. Il permet d’allonger le maintien à domicile, d’accompagner une personne malade, handicapée ou âgée et de lui donner des soins et du temps.