Les droits des proches aidants

Dernière mise à jour 15/12/20 | Article
PS39_droits_proches_aidants
En Suisse, des milliers de personnes apportent chaque jour une aide significative à un proche lorsqu’il est malade ou âgé. Mais quels sont les droits des proches aidants?

Dans le domaine des proches aidants, les aides apportées varient considérablement en fonction du degré de maladie ou de dépendance de la personne assistée. Il peut s’agir notamment de soutien émotionnel ou psychologique, d’une aide administrative ou pour les tâches ménagères, voire parfois même des soins proprement dits. Lorsque le proche aidant travaille, le temps consacré à l’aide apportée peut entrer en conflit avec les obligations professionnelles, ce qui peut mener à des situations délicates, voire mettre en péril les relations de travail.

Le droit actuel ne règlemente que peu la matière. L’art. 36 al. 3 de la loi fédérale sur le travail (LTr) oblige l’employeur à accorder à l’employé ayant la responsabilité d’un enfant malade un congé allant jusqu’à trois jours pour le temps nécessaire à la garde. L’art. 324a du Code des obligations (CO) prévoit qu’un congé payé doit être accordé à l’employé le temps que ce dernier trouve une solution acceptable. En principe, on attend toutefois qu’une telle solution soit trouvée en l’espace de 1 à 3 jours. Exceptionnellement, la durée est plus longue (par exemple en cas d’enfant hospitalisé pour une intervention chirurgicale lourde). Cette disposition s’applique également lorsque le proche d’un adulte malade ou nécessitant des soins est tenu à une obligation légale (conjoint par exemple). Dans ces cas, l’absence de courte durée est également rémunérée. L’art. 329 al. 3 CO permet quant à lui aux proches non tenus à un devoir d’assistance de prétendre à un congé lorsqu’un membre de la famille est malade. Cette disposition ne règle toutefois pas le droit au salaire qui restera dès lors à la discrétion de l’employeur.

Perspectives d’avenir

En pratique, et au-delà des règles susmentionnées qui peuvent éventuellement trouver application pour une courte période, le proche aidant se verra souvent contraint de trouver des solutions en accord avec son employeur selon la flexibilité de ce dernier (horaires de travail aménagés, congés ponctuels tolérés, travail à temps partiel), voire de renoncer à son activité professionnelle si aucune solution n’est trouvée.

Prenant en compte le besoin de mieux réglementer les droits des travailleurs qui s’occupent d’un proche malade, le Conseil fédéral a transmis au Parlement le 22 mai 2019 le projet de loi fédérale sur l’amélioration de la conciliation entre activité professionnelle et prise en charge des proches. Le projet de loi – accepté le 20 décembre 2019 mais pas encore en vigueur – modifie notamment le Code des obligations en instaurant un droit à un congé payé pour prendre en charge un membre de la famille atteint dans sa santé. Ce congé serait toutefois limité à 3 jours par cas et 10 jours au total (art. 329g nCO). De même, il introduit le droit d’un parent – au bénéfice d’une allocation de prise en charge en raison du fait que son enfant est gravement atteint dans sa santé – d’obtenir de l’employeur un congé de prise en charge de 14 semaines au plus (art. 329h nCO). Enfin, des modifications ont été apportées à la loi fédérale sur les allocations pour perte de gain (LAPG) en prévoyant une allocation pour les parents qui prennent en charge un enfant gravement malade ou accidenté (art. 16i nLAPG).

Spécificités régionales

En dehors des aspects qui ont fait l’objet de la réforme législative susmentionnée, qui n’est pas encore en vigueur et qu’il convient de consulter pour le détail, le proche aidant peut en principe également obtenir d’autres aides. Toutefois, celles-ci dépendent des réglementations mises en place par les cantons et les communes, étant précisé que tous ne prévoient pas de telles réglementations et que les conditions d’octroi d’une allocation pour charge d’assistance ou de solutions de décharge ne sont en tout état pas réglementées de manière uniforme.

Sans vocation à l’exhaustivité, les cantons de Fribourg, Vaud et Valais ont notamment mis en place des allocations pour charge d’assistance, soit des indemnités versées au proche aidant. De même, environ la moitié des communes en Suisse ont mis en place des offres de décharge du proche aidant, que cela soit par des offres de conseils dans le domaine de la psychologie, du social, de la médecine et du droit, ou par la mise en place d’une aide aux tâches ménagères.

Il convient en tout état pour le proche aidant de se renseigner auprès de sa commune et de son canton de résidence, afin de savoir si et dans quelle mesure il peut être mis au bénéfice d’allocations pour charge d’assistance ou d’autres offres de décharge.

Enfin, et notamment dans les situations d’épuisement, le proche aidant peut se voir accorder un répit lorsque le proche malade ou dépendant bénéficie d’un court séjour dans un établissement médico-social ou en hôpital si des soins sont nécessaires. Il ne s’agit toutefois pas à proprement parler d’un droit du proche aidant.

Sans parler là non plus d’un droit à proprement parler, le proche aidant peut également se tourner vers de nombreuses associations locales, régionales ou nationales qui peuvent prodiguer non seulement des conseils mais également, le cas échéant, intervenir dans des situations concrètes.

En définitive, il est en tout cas très important pour le proche aidant d’être informé des droits qui sont les siens et des mesures de soutien dont il peut le cas échéant bénéficier, ce afin d’éviter notamment que la surcharge d’assistance au proche n’ait pour conséquence que lui-même ne tombe malade.

Pour aller plus loin

Informations sur le sujet et par cantons : www.journee-proches-aidants.ch

_______

Paru dans Planète Santé magazine N° 39 – Décembre 2020

A LIRE AUSSI

Mémoire
trous_memoire_inquieter

Trous de mémoire, quand s’inquiéter?

Avec l’âge, la mémoire se fragilise et peut nous jouer des tours. Mais comment savoir si nos oublis sont...
Lire la suite
Mémoire
liberer_mauvais_souvenirs

Se libérer des mauvais souvenirs

Parfois, un épisode douloureux vécu dans le passé empêche d’apprécier pleinement le présent. Pour éviter...
Lire la suite
Bien vieillir
cinq_facteurs_rester_jeune

«Il existe cinq facteurs majeurs pour rester jeune le plus longtemps possible»

Le vieillissement est un processus biologique complexe. Le professeur Karl-Heinz Krause de l’Université...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
MV_proches_aidants_oublier

Proches aidants: comment ne pas s’oublier soi-même en s’occupant de l’autre

En Suisse, plus de 300'000 personnes offrent de leur temps pour aider un proche ayant besoin d’assistance dans la vie quotidienne. Elles ont souvent elles-mêmes besoin de soutien pour assumer cette tâche.
P21-02_pas_facile_régresser

«Ce n’est pas facile de voir ma femme régresser ainsi»

Pendant plus de six ans, Francis Grandi est parvenu à épauler sa femme, souffrant de la maladie d’Alzheimer*, grâce à un suivi personnalisé.
Supp_La Côte_proches_aidants_présever_santé

Proches aidants: comment préserver sa santé

Trop longtemps ignorés par l’État et le système de soins, les proches aidants font un travail remarquable pour assister des proches dépendants. Cette aide parfois très exigeante peut peser sur la santé. Savoir se préserver est une clé pour assumer ce rôle.
Videos sur le meme sujet

Proches aidants: ces précieux anges gardiens

Plus de 13’000 personnes en Valais sont considérés comme proches aidants.

Soins à domicile

Vivre chez soi jusqu’au bout est le souhait de la majorité d’entre nous.

Proches aidants, la face cachée de la santé

Les personnes âgées, malades ou handicapées ne peuvent souvent rester vivre à la maison que grâce au soutien d’un proche.