Mourir comme à la maison

Dernière mise à jour 06/06/18 | Vidéo
Êtes-vous comme le 80% de la population? Si vous deviez choisir où mourir, vous aimeriez être chez vous à la maison. Pourtant, seule une minorité y parvient.

La Maison de Tara, située à Genève, offre un nouveau modèle de prise en charge de la fin de vie inspiré du modèle des hospices hollandais. «Quand on passe la porte de La Maison de Tara, on laisse derrière nous notre vie et on est dans l’essentiel. Il n’y a pas de demain. Ici on est au service de la vie à chaque moment jusqu’à ce qu’elle parte», affirme Sandrine, bénévole. Depuis 2011, cette maison offre une alternative à l’hospitalisation des personnes en fin de vie qui souhaitent vivre ce moment clé dans une ambiance non médicalisée et entourées d’attention comme à la maison. Une présence jour et nuit est assurée par du personnel et des bénévoles formés pour assurer le confort et la sécurité des patients. Les résidents continuent d’être suivis par leur médecin et les soignants d’organismes d’aide à domicile. Ce projet a vu le jour grâce au travail et à la volonté d’Anne-Marie Struijk, une femme d’exception.

Une émission 36.9 - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Bien vieillir

Vieillir musclé

Le muscle perd près de 50% de sa masse musculaire entre 30 et 80 ans. Cependant, il est possible de combattre cette fonte musculaire en pratiquant des...
Lire la suite
Mémoire

Des neurones qui réécrivent les souvenirs traumatiques

Des neuroscientifiques de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont localisé les cellules permettant de reprogrammer des souvenirs d’expériences...
Lire la suite
Bien vieillir

Vieillir musclé

Le muscle perd près de 50% de sa masse musculaire entre 30 et 80 ans.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
La mécanique enrayée de l’injection mortelle

La mécanique enrayée de l’injection mortelle

Oter la vie à quelqu’un, sans souffrance visible et d’une façon qui paraisse médicale. Voilà le but de l’injection mortelle pratiquée aux Etats-Unis depuis un peu plus de trente ans.
PULS_Zulian_valoriser_temps

«Valoriser le temps qui reste»

Soulager la souffrance et insuffler l’espoir quand il n’y a plus rien à faire. Gilbert Zulian, chef du département de réadaptation et de médecine palliative des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), assiste chaque jour les personnes malades dont la rémission n’est plus envisageable. Une mission noble et humble.
Fin de vie: «Ne pas tomber dans la lourdeur bureaucratique»

Fin de vie: «Ne pas tomber dans la lourdeur bureaucratique»

«L'assistance au suicide en EMS pose des questions déontologiques cruciales, notamment de savoir comment un médecin peut signer une ordonnance pour un produit qui va tuer le patient.»
Videos sur le meme sujet

Les soins qui souffraient d'un problème d'image

La plupart des gens associent soins palliatifs à la fin de vie.

Vivre encore, le temps de la mort

Ni acharnement thérapeutique, ni assistance au suicide, la médecine palliative est encore mal connue des patients comme des soignants.

Coma : cas de conscience

Après un coma certains patients récupèrent toutes leurs facultés, d'autres sont en mort cérébrale ou en état végétatif.