Mourir comme à la maison

Dernière mise à jour 06/06/18 | Vidéo
Êtes-vous comme le 80% de la population? Si vous deviez choisir où mourir, vous aimeriez être chez vous à la maison. Pourtant, seule une minorité y parvient.

La Maison de Tara, située à Genève, offre un nouveau modèle de prise en charge de la fin de vie inspiré du modèle des hospices hollandais. «Quand on passe la porte de La Maison de Tara, on laisse derrière nous notre vie et on est dans l’essentiel. Il n’y a pas de demain. Ici on est au service de la vie à chaque moment jusqu’à ce qu’elle parte», affirme Sandrine, bénévole. Depuis 2011, cette maison offre une alternative à l’hospitalisation des personnes en fin de vie qui souhaitent vivre ce moment clé dans une ambiance non médicalisée et entourées d’attention comme à la maison. Une présence jour et nuit est assurée par du personnel et des bénévoles formés pour assurer le confort et la sécurité des patients. Les résidents continuent d’être suivis par leur médecin et les soignants d’organismes d’aide à domicile. Ce projet a vu le jour grâce au travail et à la volonté d’Anne-Marie Struijk, une femme d’exception.

Une émission 36.9 - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Alzheimer et démences

Les premiers signes d'Alzheimer visibles dès 40 ans

Le cerveau des personnes qui vont développer la maladie dʹAlzheimer se développe de manière particulière depuis lʹâge de 40 ans environ.
Lire la suite
Bien vieillir

Vieillir musclé

Le muscle perd près de 50% de sa masse musculaire entre 30 et 80 ans. Cependant, il est possible de combattre cette fonte musculaire en pratiquant des...
Lire la suite
Soins des aînés

Une montre connectée pour les seniors

Stéphane Gabioud présente une nouvelle montre connectée qui a pour objectif de préserver l’autonomie des seniors à leur domicile.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
mort_soins_palliatifs

La mort des soins palliatifs?

La période de fin de vie amène réflexions, choix et décisions. Chacun doit pouvoir exprimer ses priorités pour traverser le plus sereinement possible le dernier stade de son existence. Les soins palliatifs ont justement pour rôle d’anticiper, soulager et écouter. Mais cet aspect fondamental des soins ne devrait-il pas être introduit plus tôt dans la prise en charge? La question est ouverte.
Chemin en hivers

La difficile prise en charge des demandes d’aide au décès

Les patients qui demandent une assistance au suicide ou une euthanasie le font surtout vis-à-vis de leur entourage mais ils changent souvent d’avis. Telles sont les conclusions d’une nouvelle étude.
PULS_Zulian_valoriser_temps

«Valoriser le temps qui reste»

Soulager la souffrance et insuffler l’espoir quand il n’y a plus rien à faire. Gilbert Zulian, chef du département de réadaptation et de médecine palliative des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), assiste chaque jour les personnes malades dont la rémission n’est plus envisageable. Une mission noble et humble.
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Philip Larkin, un spécialiste des soins palliatifs

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Les soins qui souffraient d'un problème d'image

La plupart des gens associent soins palliatifs à la fin de vie.

Vivre encore, le temps de la mort

Ni acharnement thérapeutique, ni assistance au suicide, la médecine palliative est encore mal connue des patients comme des soignants.