Mourir comme à la maison

Dernière mise à jour 06/06/18 | Vidéo
Êtes-vous comme le 80% de la population? Si vous deviez choisir où mourir, vous aimeriez être chez vous à la maison. Pourtant, seule une minorité y parvient.

La Maison de Tara, située à Genève, offre un nouveau modèle de prise en charge de la fin de vie inspiré du modèle des hospices hollandais. «Quand on passe la porte de La Maison de Tara, on laisse derrière nous notre vie et on est dans l’essentiel. Il n’y a pas de demain. Ici on est au service de la vie à chaque moment jusqu’à ce qu’elle parte», affirme Sandrine, bénévole. Depuis 2011, cette maison offre une alternative à l’hospitalisation des personnes en fin de vie qui souhaitent vivre ce moment clé dans une ambiance non médicalisée et entourées d’attention comme à la maison. Une présence jour et nuit est assurée par du personnel et des bénévoles formés pour assurer le confort et la sécurité des patients. Les résidents continuent d’être suivis par leur médecin et les soignants d’organismes d’aide à domicile. Ce projet a vu le jour grâce au travail et à la volonté d’Anne-Marie Struijk, une femme d’exception.

Une émission 36.9 - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Soins des aînés

Montessori en EMS

La pédagogie Montessori, une méthode conçue à l’origine pour les enfants et adaptée aujourd’hui aux personnes âgées souffrant de problèmes cognitifs, offre...
Lire la suite
Bien vieillir

Santé et longévité

Bien vieillir, en bonne santé et sans maladie, cʹest le rêve.
Lire la suite
Bien vieillir

Une vitamine contre vieillissement des organes

Et si une simple vitamine pouvait retarder le vieillissement de nos organes?
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS46_notion_mort_naturelle

«La notion de mort naturelle a perdu de sa signification»

Suicide assisté, mort naturelle, soins palliatifs? Quelles différences? Interview d’Annette Mayer, théologienne et accompagnante spirituelle en milieu hospitalier.
PS46_suicide_assisté

Suicide assisté: aussi pour les personnes qui ne sont pas en fin de vie

Les nouvelles directives sur le suicide assisté ouvrent cette pratique aux personnes malades qui ne sont pas forcément en fin de vie. L’Académie suisse des sciences médicales (ASSM) et la Fédération des médecins suisses (FMH) sont enfin tombées d’accord sur un texte qui encadre cette pratique légale. Un soulagement pour les médecins. Décryptage.
PULS_invitee_muriel_delacquis

«La vie reste de la vie jusqu’au bout»

Infirmière à l’EMS des Mouilles, chargée de cours à la Haute école de santé de Genève et présidente de l’association Palliative Genève*, Muriel Delacquis a croisé la route des soins palliatifs il y a une douzaine d’années. Depuis, elle y consacre sa vie, comme une évidence.
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Philip Larkin, un spécialiste des soins palliatifs

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Les soins qui souffraient d'un problème d'image

La plupart des gens associent soins palliatifs à la fin de vie.

Vivre encore, le temps de la mort

Ni acharnement thérapeutique, ni assistance au suicide, la médecine palliative est encore mal connue des patients comme des soignants.