Remplacer, réduire et améliorer l'expérimentation animale

Dernière mise à jour 20/01/21 | Audio
Loading the player ...
Comment améliorer les conditions des expérimentations animales dans la recherche en neurochirurgie ?

Un projet de lʹUniversité de Lausanne a été retenu et sera financé par le Centre national suisse de compétences 3R : remplacer, réduire et améliorer.

Pour en parler, Paola Bezzi, maître d'enseignement et de recherche au département des neurosciences fondamentales à lʹUniversité de Lausanne (Unil) et Anthony Laugeray, post doctorant à lʹUnil. Un sujet de Stéphane Délétroz.

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Amputation

Reconstruction de la vessie

Certaines affections de la vessie, telles un cancer, une perte de la fonction de vidange ou de recueil des urines, peuvent nécessiter son ablation. Il...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

«La médecine personnalisée, ce n’est pas le futur, mais le présent»

Nous ne sommes pas égaux face à un médicament donné. Grâce à la pharmacogénomique, on peut désormais prédire quels seront les effets d’un traitement sur chacun, en fonction de ses gènes et de son mode de vie. La Pre Caroline Samer, responsable de l’Unité de pharmacogénomique et de thérapies personnalisées aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), est une grande spécialiste de cette nouvelle discipline.
demeces_greffe_neurones

Démences: l’espoir des greffes de neurones

Pour lutter contre les ravages des démences, la recherche scientifique s’acharne. Parmi les pistes de recherche, les thérapies cellulaires, qui suscitent un réel espoir.
Gener_preuves_scientifique_débat

Les preuves scientifiques, l’éternel débat?

De nombreuses études prouvent le bien-fondé des médecines complémentaires, selon le Dr Marc Schlaeppi, médecin oncologue et responsable du Centre de médecine intégrative de l’Hôpital cantonal de St-Gall. Interview.
Videos sur le meme sujet

Protéger le QI des personnes à risque de psychose

Donner des anti-dépresseurs dès lʹenfance pour préserver les facultés intellectuelles des personnes qui souffrent de certaines maladies psychiatriques, c'est d'idée développée dans une étude de lʹUniversité de Genève (Unige).

De mini cerveaux créés en laboratoire à des fins de recherche

À la haute école du paysage, d'ingénierie et d'architecture de Genève (HEPIA) un groupe de génie tissulaire cultive de mini cerveaux qui pourraient servir dans la recherche médicale et toxicologique.

Début des tests pour un hydrogel capable de recoller les tissus

Le temps de la recherche est souvent long, très long.