L’œil, témoin des maladies neurologiques

Dernière mise à jour 30/10/23 | Questions/Réponses
BV_oeil_allie_depistage
L’observation de l’œil permet de distinguer les signes précoces d’une pathologie neurodégénérative, telle que la maladie d’Alzheimer. Pourra-t-on, à l’avenir, diagnostiquer ces pathologies par un simple examen oculaire? Réponse avec la Prof. Aki Kawasaki, médecin associée, responsable de l’unité de neuro-ophtalmologie de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin.

    

L’œil peut-il déjà aujourd’hui être le témoin de maladies neurologiques?

Pre Aki Kawasaki Oui, ou plutôt l’indicateur d’une maladie neurologique sous-jacente. La situation la plus fréquente est la présence d’une névrite optique, prédictive d’une sclérose en plaques. Le cas typique est une personne qui consulte pour une perte de vision aiguë dans un œil. Une névrite optique est diagnostiquée puis, quelques années plus tard, on s’aperçoit qu’il s’agissait en fait du premier épisode d'une maladie plus grave, la sclérose en plaques.

La maladie d’Alzheimer, autre maladie neurologique, pourrait-elle aussi être détectée grâce à un examen de l’œil?

Théoriquement oui, car l’œil est issu du même tissu embryonnaire que le cerveau. Cela explique sans doute pourquoi, en cas de maladie d’Alzheimer, les premières modifications cellulaires se font dans la rétine. Les premiers signes de cette maladie sont donc visibles dans l’œil. De nombreuses études se penchent sur ce lien entre l’œil et l’apparition de la maladie d’Alzheimer, mais il y a encore beaucoup d’obstacles à franchir pour parvenir à la possibilité d’un diagnostic fiable.

Lesquels?

Nous ne savons par exemple pas exactement quels paramètres de la rétine doivent être observés pour prédire cette maladie. Il y a bien des dégénérescences rétiniennes, mais elles ne sont pas encore assez spécifiques de la maladie d’Alzheimer. Par ailleurs, le diagnostic formel de cette pathologie ne peut être posé qu’après l’autopsie, via une biopsie du cerveau post mortem. Du vivant des patients et patientes atteints, nous ne disposons même pas encore d’un test cérébral fiable, donc le test ophtalmologique diagnostic, ce n’est malheureusement pas pour tout de suite.

Cela est-il toutefois envisageable pour l’avenir?

Sans doute, car la recherche sur ce sujet est très productive depuis une vingtaine d’années. Trouver un marqueur oculaire d’Alzheimer pourrait renforcer les critères diagnostiques, mais aussi témoigner de la progression de la maladie et de l’efficacité des traitements. C’est l’objectif de la plupart des études en cours: trouver ce marqueur pour assurer un suivi à la fois neurologique et ophtalmologique des patient-es.

Les méthodes d’imagerie de la rétine pourraient-elles également aider à dépister la maladie de Parkinson – autre pathologie neurodégénérative – avant l’apparition des premiers symptômes?

Certaines anomalies de la rétine détectées par imagerie dans le cas de la maladie d’Alzheimer peuvent également être observées dans la maladie de Parkinson. Cependant, ce sont deux pathologies différentes, qui n’affectent pas les mêmes couches de la rétine. De nombreux mystères subsistent. Toutefois, dans le cas de la maladie de Parkinson, qui se caractérise notamment par des tremblements, les systèmes d’eye tracking peuvent aider à mesurer la vitesse et la latence des mouvements oculaires. Ces dispositifs sont utilisés par les optométristes, les opticiens et opticiennes ou encore les neurologues, et viennent compléter l’observation structurelle de la rétine. Mais les mouvements oculaires ne sont pas un critère suffisant pour poser un diagnostic de maladie de Parkinson. L’eye tracking peut, pour l’instant, simplement aider à orienter vers d’éventuelles investigations complémentaires.

______

Article repris du site  BienVu!

Articles sur le meme sujet
LMD_traitements_mucoviscidose

Les nouveaux traitements redonnent du souffle aux personnes atteintes de mucoviscidose

Cette maladie génétique, qui touche un millier de personnes en Suisse, se manifeste notamment par un épaississement des sécrétions respiratoires. Elle est due à un dysfonctionnement de la protéine CFTR. Une nouvelle trithérapie donne des résultats «spectaculaires». Explications.
 LMD_avez_dit_phagotherapie

Vous avez dit «phagothérapie»?

Sous le feu des projecteurs, même si elle reste expérimentale, la phagothérapie pourrait révolutionner la prise en charge des infections bactériennes résistantes aux antibiotiques.
 PS48_itw_david-zacharie_issom

«Les innovations doivent tenir compte du monde tel qu’il est»

Récemment nommé professeur en algorithme et programmation à la Haute école de gestion de Genève et passionné par le domaine de la santé globale, David-Zacharie Issom multiplie les projets, notamment avec les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et l’Institut de e-Santé de la HES-SO Valais. Son leitmotiv: favoriser l’émancipation des patients et patientes par le biais de technologies accessibles et adaptées.
Videos sur le meme sujet

La piqûre à 2 millions

Des enfants atteint d’une maladie rare mortelle peuvent être sauvés par des médicaments parmi les plus chers du monde.

35 nouvelles espèces de bactéries découvertes chez des patient.es bâlois.es

L'équipe de l'Université et de l'hôpital de Bâle a fait une découverte étonnante: elle a détecté 35 nouvelles espèces de bactériea chez des patients et patientes.

La piqûre à 2 millions contre le SMA

Des enfants atteints de lʹamyotrophie spinale infantile (SMA), une maladie rare et mortelle, peuvent être sauvés par lʹun des médicaments les plus chers du monde.