«Carafes filtrantes» et traitement de l’eau: ce qu’il faut savoir sur le sujet

Dernière mise à jour 24/04/17 | Article
carafes_filtrantes_eau
Une agence sanitaire française vient de mener un vaste travail d’expertise sur le sujet. Voici ses principales recommandations.

Les carafes filtrantes sont des appareils de traitement d’eau à domicile. Il s’agit de dispositifs destinés non pas à rendre potable une eau qui ne l’est pas, mais à améliorer les qualités organoleptiques de l’eau disponible (gommer le goût de chlore notamment), voire éliminer le calcaire ou certains métaux (comme le plomb). Elles se composent d’un récipient, d’un entonnoir, d’une cartouche avec un média actif filtrant, d’un couvercle et souvent d’un indicateur de remplacement de la cartouche. Dans les «bouteilles filtrantes», la cartouche est remplacée par un disque filtrant et le couvercle par un bouchon vissant.

En France, à la suite de «signalements de libération de substances indésirables dans l’eau» par ces dispositifs, des questions furent publiquement soulevées quant à leur innocuité et à leur efficacité. C’est ainsi que l’Agence nationale française de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a été amenée à travailler sur le sujet. Elle vient, dans un long avis, de formuler une série de conclusions et de recommandations importantes pour les utilisateurs.

20% de la population

Selon elle, les données actuellement disponibles ne mettent pas en évidence un risque pour la santé du consommateur. Pour autant, elle conclut toutefois que l’usage de ces carafes filtrantes «peut conduire au relargage de différents contaminants (ions argent, sodium, potassium, ammonium) dans l’eau de boisson, à un abaissement du pH, voire à une altération de la qualité microbiologique de l’eau.»

En France métropolitaine on estime à 20% la proportion de la population âgée de plus de 18 ans qui utilise la filtration domestique de l’eau du robinet à l’aide de carafes filtrantes ou de systèmes fixes de filtration installés sur les robinets ou sous les éviers. La même proportion est retrouvée dans les pays européens. C’est dire, même si tous les dispositifs en place ne sont pas actifs, l’importance potentielle du sujet en termes de santé publique.

Les manuels d’utilisation indiquent généralement que la carafe est uniquement conçue pour être utilisée avec de l’eau froide prélevée au robinet dont la qualité est conforme aux dispositions réglementaires. Et la cartouche doit être remplacée régulièrement après 20, 30 ou 50 jours d’utilisation selon les marques. L’eau filtrée doit ensuite être consommée rapidement, dans les 24 ou 48h.

Les revendications commerciales mentionnées dans les notices techniques sont des allégations descriptives du type: «une eau plus pure, plus claire, au goût agréable pour les boissons chaudes ou froides et pour la préparation des repas»; «une eau limpide, propre et saine»; «la carafe filtrante protégera aussi vos appareils électroménagers contre la formation de calcaire».

Il existe aussi des revendications spécifiques telles que la réduction de la teneur en chlore et l’amélioration des caractères organoleptiques, odeur et saveur; la réduction de la teneur en calcaire; la réduction de la teneur en métaux (comme le plomb et le cuivre) et plus rarement de l’aluminium ou du zinc, de pesticides et autres contaminants organiques comme les résidus de médicaments.

Des précautions à prendre

«Au regard de la diversité des matériaux utilisés, des systèmes de filtration et de l’absence de connaissance précise de la composition des carafes et des cartouches, il n’est pas possible de réaliser une évaluation exhaustive des risques liés à l’usage des carafes filtrantes», conclut l’Agence française.

Elle recommande d’autre part aux utilisateurs de conserver la carafe filtrante au réfrigérateur, de consommer l’eau filtrée rapidement, idéalement dans les 24 heures après filtration, et de porter une attention particulière aux revendications d’efficacité des carafes affichées par les fabricants (affichage des paramètres conformes à la norme). Elle recommande aussi de respecter le mode d’emploi et les éventuelles précautions d’usage (nettoyage de la carafe, remplacement de la cartouche, contact de l’eau filtrée avec certains ustensiles en métal ou en céramique particulièrement lorsque l’eau est chauffée); de respecter les restrictions ou précautions d’usage mentionnées dans les notices pour certains usagers (par exemple: alimentation des nourrissons, consultation d’un médecin pour les personnes suivant un régime alimentaire contrôlé notamment pauvre en sodium ou potassium).

Enfin, s’agissant de l’innocuité des carafes filtrantes, l’Agence observe que les données disponibles «ne permettent pas d’attester d’un risque pour la santé du consommateur». Pour autant, elle constate «que la filtration peut entraîner un abaissement du pH, une libération d’argent, de sodium, de potassium et/ou d’ammonium ainsi qu’une altération de la qualité microbiologique de l’eau pour tout ou partie de la durée de vie de la cartouche.»

Elle attire d’autre part l’attention des consommateurs sur les produits proposés à la vente en ligne: ces derniers peuvent ne pas être conformes à la réglementation européenne.

_________

1) «AVIS de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail relatif à l’évaluation de l’innocuité et l’efficacité des carafes filtrantes».

A LIRE AUSSI

Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
cellules_de_neurone_3d

De l’électricité pour stimuler les neurones

La stimulation transcrânienne à courant continu utilise un courant de faible intensité pour moduler l’activité cérébrale. Elle suscite un fort engouement dans le monde médical qui espère disposer d’un nouvel outil thérapeutique. Mais aussi chez tout un chacun qui compte sur elle pour booster ses performances cérébrales.
PULS_patients_virtuels_recherche

Patients virtuels pour recherche réelle

Une équipe des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) utilise des patients virtuels pour faire de la recherche clinique. Des milliers de personnes porteuses du VIH pourraient en profiter.
Puls_Centre_simulation

Apprendre sans risque grâce à la simulation médicale

Haut lieu d’apprentissage, le Centre interprofessionnel de simulation à Genève offre aux étudiants et au personnel de la santé l’occasion de se former dans un contexte quasiment réel. Une méthode pédagogique fondée sur la coopération entre les différents corps de métiers.
Videos sur le meme sujet

Bienvenue dans le monde des pandoravirus

Silvio Dolzan vous emmène dans un monde bizarre, entre les virus et les cellules à noyau: celui des pandoravirus.

Transplantation de mémoire réussie… entre deux escargots

Des chercheurs américains ont réussi à transplanter de la mémoire d’un individu à un autre.

Une nouvelle piste dans la recherche sur les douleurs neuropathiques

Comment venir à bout des douleurs neuropathiques?