Soins psychiatriques pour les migrants

Dernière mise à jour 14/01/14 | Article
Soins psychiatriques pour les migrants
Les requérants d’asile, vulnérables aux problèmes de santé mentale, nécessitent des soins spécialisés et en réseau.

Le bébé d’Amina naîtra avec une malformation sévère. C’est la première mauvaise nouvelle. Presque en même temps, cette Erythréenne de 28 ans apprend que sa demande d’asile est refusée en Suisse. En vertu des accords internationaux, c’est l’Italie, pays par lequel elle a transité, qui doit traiter sa requête. La séparation avec sa famille, l’enfance dans un camp de réfugiés, les privations, la traversée de la Méditerranée sur une coquille de noix, la grossesse en Italie sans suivi médical dans un centre de requérants… Jusqu’ici Amina avait tenu bon. Elle a des ressources. Mais la malformation du fœtus et le refus des autorités suisses, coup sur coup, c’est trop. Elle fait une dépression sévère.

Histoire émaillée de violences

«Les requérants d’asile constituent une population particulièrement vulnérable aux problèmes de santé mentale», relève la Dr Natacha Premand, cheffe de clinique au centre ambulatoire psychiatrique et psychothérapeutique intégré (CAPPI) de la Servette, qui propose des soins spécialisés à des patients en cours de demande d’asile.

Une fragilité qui s’explique d’abord par une histoire émaillée de violences et de déchirements affectifs. Et ensuite par la précarité et l’incertitude de leur statut dans les pays d’accueil. Ce n’est donc pas un hasard si les diagnostics les plus fréquents pour les migrants précaires sont la dépression et le stress post-traumatique. «Ce dernier syndrome est dix fois plus répandu chez les réfugiés que dans la population suisse en général. Des études ont montré qu’après trois traumas graves, comme la torture, l’assassinat d’un proche parent vécu en direct et le manque de nourriture, les gens ont huit fois plus de chance d’avoir un trouble psychiatrique», rappelle la psychiatre.

Barrière culturelle

La prise en charge de ces personnes relève de la gageure. De la barrière de la langue à celle de la culture, en passant par les spécificités du stress post-traumatique, pour lequel le traitement médicamenteux est peu efficace, contrairement aux psychothérapies, rien ne facilite la tâche des soignants.

«Nous commençons toujours par une évaluation globale. C’est un soin en soi. Il s’agit d’organiser le vécu du patient et clarifier ce qui influence son état. Nous devons connaître par exemple l’état d’avancement de sa demande d’asile, savoir de quelles ressources il dispose: famille, soutien communautaire, voisins, etc.? Il est important, également, de comprendre quelle représentation il a de son propre état. Ce qui va influencer l’adhésion aux traitements. Certains diagnostics, comme la dépression, ne sont pas toujours compris comme une maladie», reprend la Dr Premand.

Rôle de l’interprète

Ensuite, vient le traitement. La prise en charge de ces populations relève d’une spécialisation: il faut tenir compte des aspects socioculturels du patient, travailler en collaboration avec les médecins généralistes, les juristes, les associations, la parenté et les communautés. Et puis, surtout, il y a le rôle de l’interprète. «Nous devons les former aux spécificités de la psychiatrie dans le contexte très particulier des requérants d’asile», relève la psychiatre.

Dans ce cadre-là, un interprète ne traduit pas seulement des phrases. Il doit restituer un univers culturel où les mots et leur emploi n’ont pas les mêmes significations pour le soignant et le soigné.

En 2012, le CAPPI de la Servette a traité environ 130 requérants, ce qui représente 20% des patients du centre. Ce chiffre est en augmentation. D’une part, parce que la détection est plus efficace. De l’autre, parce que les conditions d’accueil sont parfois difficiles, ce qui met à mal les capacités de faire face des patients. «Les lieux d’hébergement sont pleins. Il est fréquent que des familles avec deux enfants doivent se partager une pièce», note la psychiatre.

Pulsations - juillet-Août 2013

Article original: https://docs.google.com/viewer?url=http://www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/puls-juillet-aout2013.pdf&chrome=true

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
dompter_anxiete

Maîtriser son anxiété, c’est possible

En modifiant de façon durable les comportements ou les pensées qui favorisent l’anxiété, les psychothérapies permettent aux personnes anxieuses d'aborder leur vie plus sereinement.

Traitement de l’addiction: sortir de l’ornière

Le traitement de l’addiction constitue une prise en charge globale qui engage les valeurs du patient, sa vie et sa place dans la société.
Maladies sur le meme sujet
Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)