Avancer grâce à l’art-thérapie

Dernière mise à jour 10/03/20 | Article
PULS_art-therapie
Grâce à la danse, la musique ou les arts plastiques, des patients hospitalisés ou en suivi ambulatoire parviennent à se décentrer de leur maladie et à prendre du recul.

Lors de moments de rupture de vie (accident, maladie, deuil, divorce, entre autres), mais aussi en cas de maladies chroniques ou psychiatriques, il est souvent difficile d’exprimer ses souffrances et de s’en distancier. L’art-thérapie est une pratique de soins qui peut apporter une aide précieuse. Elle est dispensée dans différents départements des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) depuis 1999.

Via un support, qui peut être la musique, la danse ou les arts plastiques, le thérapeute parvient à mettre en avant les ressources du patient. «L’art-thérapie met en évidence ce qui est sain chez la personne afin de la décentrer de sa maladie», explique Anne-Hélène Skoulikas, art-thérapeute au Département de réadaptation et gériatrie sur le site de Loëx des HUG.

Porter son attention ailleurs

Créer, retrouver son élan vital, réapprendre l’autonomie et porter son attention sur quelque chose de concret sont autant de possibilités offertes par le dessin, la musique ou la danse. «Nous travaillons à redonner de la motivation aux personnes hospitalisées et à leur offrir l’occasion de s’exprimer autrement que par les mots», continue la spécialiste. Un avis partagé par Laurence Angst, art-thérapeute au Service de psychiatrie gériatrique et au Service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent des HUG: «Dans certaines situations très douloureuses, le patient n’a pas de mots pour exprimer son mal-être. La création nourrit alors une autre parole, plus spontanée, plus connectée à l’instant présent.»

Anne-Hélène Skoulikas se souvient de cette quinquagénaire en fin de vie qui refusait tout traitement médical. «Ce qui m’a marquée, c’est son engagement en faveur de la vie, la force de ses convictions, son souhait de transmission qui, malgré son déni de la maladie, s’est exprimé dans ses images. La patiente a pu puiser sa force dans la création artistique, en y amenant une certaine beauté, contrecarrant la difficulté de son hospitalisation.»

En laissant parler son imaginaire, on parvient à prendre du recul et à lâcher prise. «Les dessins réalisés en art-thérapie sont souvent très abstraits et je ne cherche pas à les interpréter, précise Laurence Angst. L’important est d’instaurer le dialogue et de donner au patient l’occasion de restaurer le lien à soi et à autrui.»

A chaque art ses vertus

La danse et le mouvement aident le malade à se reconnecter avec son corps et à réapprivoiser son image. La musique, elle, favorise un espace d’expression des émotions et des affects par l’intermédiaire du monde sonore. Quant aux arts plastiques, ils permettent d’exprimer différemment ses émotions afin de mieux les comprendre et d’enclencher un processus thérapeutique. Laurence Angst et Anne-Hélène Skoulikas précisent d’ailleurs que leur travail thérapeutique ne se veut pas un cours d’arts plastiques. Pas besoin d’être doué pour que les séances soient efficaces. C’est le processus de création et de transformation qui est important, non pas l’image finale.

Marianne* a assisté à une des séances d’art-thérapie de sa sœur, atteinte d’hémiplégie (paralysie partielle). «Je pensais que ce type d’approche servait uniquement à distraire les malades, confie-t-elle. J’ai constaté qu’il y avait un vrai projet thérapeutique de réhabilitation des fonctions de la main par le dessin. L’atelier est un lieu très agréable qui a permis à ma sœur d’oublier qu’elle était à l’hôpital.» Un avis partagé par Jocelyne*, hospitalisée à Loëx suite à un AVC: «Au début, j’étais très déprimée. Les séances avec ma thérapeute m’ont redonné goût à la vie. Faire de l’art-thérapie, c’est entreprendre un véritable voyage dans la couleur, c’est passionnant. Dessiner m’a redonné la force de jouer du piano.»

*Prénom d’emprunt.

__________

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Anesthésie

Effets de l’anesthésie sur le cerveau

L’impact d’une opération sur les facultés intellectuelles est avéré. On ignore pour l’heure les causes...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PMS_psychiatrie_2.0

La psychiatrie 2.0: comment ça marche?

Les technologies se sont insinuées aujourd’hui dans tous les pans de l’activité humaine. Tout ou presque est connecté, les appareils digitaux sont omniprésents et nombre d’algorithmes orientent nos activités et nos choix. Existe-t-il encore des domaines hors d’atteinte des technologies? Qu’en est-il de la psychiatrie?
PMS_psychiatrie_parole_digitalise

Psychiatrie: quand la parole se digitalise

La psychiatrie est restée longtemps distante des avancées technologiques. Avant la fin du 20e siècle, la télémédecine en psychiatrie, ou «télépsychiatrie», n’est pas courante en santé mentale, si bien que très peu de recherches sont menées à son sujet. À l’inverse d’autres spécialités, comme la chirurgie ou la radiologie qui tirent parti des technologies, la psychiatrie et le psychothérapeute ne l’utilisent que très peu, préférant souvent la convivialité de deux fauteuils à celle d’un ordinateur. Mais est-ce vraiment encore le cas?
PMS_interview_Rubovszky_telemedecine

«Nous avons recouru très tôt à la télémédecine pour garder le lien avec nos patients»

La pandémie de Covid-19 a bouleversé les codes, y compris dans le domaine de la psychiatrie. Le recours à la téléconsultation a permis aux psychiatres de poursuivre les prises en charge et d’accueillir de nouveaux patients, fragilisés par la situation sanitaire. Le Dr Grégoire Rubovszky, spécialiste en psychiatrie et psychothérapie FMH, médecin responsable du Centre Le Square à Genève, a accepté de répondre à nos questions sur la télémédecine.
Videos sur le meme sujet

Le bon choix du psy

Stéphane Délétroz indique quelques critères à prendre en compte pour choisir son ou sa psychiatre.

Gros plan sur lʹisolement thérapeutique en psychiatrie

Bastien Confino se penche sur une pratique parfois utilisée dans les services psychiatriques de Suisse: l'isolement ou l'enfermement thérapeutique.

De la musique dans les soins psychiatriques

Bastien Confino s'intéresse à un projet original mené dans le canton de Vaud.