Ressentir une prothèse comme faisant partie de son corps

Dernière mise à jour 15/08/18 | Audio
Loading the player ...
Des chercheurs de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont utilisé la réalité virtuelle et les sensations tactiles artificielles pour aider deux personnes amputées de la main.

Cette avancée devrait permettre aux personnes amputées d’apprivoiser leur prothèse et de la considérer comme un membre à part entière de leur corps.

Les explications de Giulio Rognini, chercheur au Laboratoire de science cognitive de l'EPFL, interrogé par Silvio Dolzan.

Amputees feel as though their prosthesic limb belongs to their own body

Le Laboratoire de science cognitive de l'EPFL

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Amputation

Reconstruction de la vessie

Certaines affections de la vessie, telles un cancer, une perte de la fonction de vidange ou de recueil des urines, peuvent nécessiter son ablation. Il...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
malvoyants_vision_artificielle

Malvoyants: bientôt une vision artificielle?

Des chercheurs de l’EPFL, en collaboration avec l’Hôpital ophtalmique Jules- Gonin à Lausanne, sont à la pointe de la recherche sur l’implant rétinien pour redonner la vue aux personnes aveugles ou malvoyantes.

Va-t-on tous bientôt porter des implants médicaux?

Ces dispositifs qui peuvent être placés dans les diverses parties de notre corps pour pallier une fonction défaillante ont déjà sauvé bien des vies. Mais ils ne sont pas dénués de risques et certains d’entre eux sont des cibles pour d’éventuels pirates.
PULS_don_membrane

Des patchs de membrane amniotique pour réparer les cornées

Aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), les femmes enceintes chez qui une césarienne a été planifiée pourront intégrer un programme de don de membrane amniotique.
Videos sur le meme sujet

Scandale des implants défectueux

Les implants se multiplient dans nos corps, pour nous aider à vivre mieux. Leur évolution technique les rend toujours plus faciles à placer, au point de nous faire oublier qu’il s’agit d’un élément étranger que notre corps devra accepter. Mais surtout, l’homologation de ces dispositifs médicaux par les fabricants a bénéficié jusqu’à aujourd’hui d’un manque de contrôle qui a nui à la sécurité des patients. Cette largesse de la réglementation a mené au scandale des «Implant Files», dénoncé dans toute l’Europe, et qui touche aussi la Suisse.

Des «super-greffons» pour soigner le diabète

Proposer des "super-greffons" de cellules pancréatiques à des patients souffrant de diabète sévère, cʹest une possibilité explorée à l'Université de Genève (Unige).

Une prothèse de jambe sensitive

L'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ) publie les premiers résultats sur une prothèse de jambe qui fournit des informations sensorielles à des patients amputés au-dessus du genou.