Du cerveau au bras bionique

Dernière mise à jour 09/05/17 | Audio
Loading the player ...
Des neuroscientifiques de l’Université de Genève réussissent à transmettre des sensations artificielles entre un bras bionique et le cerveau des souris.

Ce résultat ouvre la possibilité de créer des neuroprothèses plus efficaces.

Les détails sur cette avancée avec Daniel Huber, professeur de neuroscience fondamentales à la Faculté de médecine de l’Université de Genève, au micro de Cécile Guérin.

L'artice publié dans la revue "Neurons"

Une émission CQFD - RTS La Première

Articles sur le meme sujet
immunotherapie_ou_sommes_nous

Immunothérapie: où en sommes-nous?

Moins d’une décennie après son arrivée, l’immunothérapie suscite les espoirs les plus vifs, mais fait aussi des déçus. Explications.
radiotherapie_flash_espoir

La radiothérapie FLASH: l’espoir d’une nouvelle arme contre le cancer

Utilisant des faisceaux d’irradiation ultra-brefs, cette technique pourrait venir à bout de certaines tumeurs résistantes aux traitements.
demeces_greffe_neurones

Démences: l’espoir des greffes de neurones

Pour lutter contre les ravages des démences, la recherche scientifique s’acharne. Parmi les pistes de recherche, les thérapies cellulaires, qui suscitent un réel espoir.
Videos sur le meme sujet

Scandale des implants défectueux

Les implants se multiplient dans nos corps, pour nous aider à vivre mieux. Leur évolution technique les rend toujours plus faciles à placer, au point de nous faire oublier qu’il s’agit d’un élément étranger que notre corps devra accepter. Mais surtout, l’homologation de ces dispositifs médicaux par les fabricants a bénéficié jusqu’à aujourd’hui d’un manque de contrôle qui a nui à la sécurité des patients. Cette largesse de la réglementation a mené au scandale des «Implant Files», dénoncé dans toute l’Europe, et qui touche aussi la Suisse.

La biodiversité, c'est bon pour la santé

La biodiversité est plus importante pour la santé que ce que les spécialistes pensaient jusque-là.

Des «super-greffons» pour soigner le diabète

Proposer des "super-greffons" de cellules pancréatiques à des patients souffrant de diabète sévère, cʹest une possibilité explorée à l'Université de Genève (Unige).