Des patchs de membrane amniotique pour réparer les cornées

Dernière mise à jour 19/04/18 | Article
PULS_don_membrane
Aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), les femmes enceintes chez qui une césarienne a été planifiée pourront intégrer un programme de don de membrane amniotique.

Soigner les cornées abîmées grâce à une greffe de membrane amniotique, un tissu qui entoure le fœtus pendant la grossesse. Cette technique extraordinaire existe depuis plusieurs années. Pour répondre aux besoins grandissants, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) permettront dès le printemps à certaines femmes de faire un don de membrane amniotique.

«Cette membrane a des propriétés anti-inflammatoires, antibactériennes et cicatrisantes», explique Christophe Rennesson, infirmier spécialiste du don d’organes et de tissus aux HUG. Après l’accouchement et l’expulsion du placenta, la membrane est recueillie puis transmise à la biobanque de tissus pour des contrôles sérologiques et morphologiques en vue de sa validation pour une greffe. A partir d’une seule membrane amniotique, une vingtaine de pansements oculaires peuvent ainsi être réalisés. Ces «patchs» peuvent ensuite être greffés sur des cornées abîmées par des brûlures ou des ulcérations. L’éventualité d’un rejet est rare, car ce tissu n’est pas vascularisé. Ce traitement évite l’apparition de lésions plus sévères, qui pourraient nécessiter une greffe de cornée.

Ce programme de don ne sera ouvert qu’aux femmes enceintes chez qui une césarienne a été programmée. «Car avec un accouchement par voie basse, le risque infectieux est trop important», explique Christophe Rennesson. Anonyme et gratuit, le don requiert le consentement de la patiente.

______

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Automédication
paracetamol_ibuprofene_utiliser_risque

Paracétamol, ibuprofène, aspirine, etc.: comment les utiliser sans risque?

Les antalgiques font partie des médicaments les plus consommés en Suisse. Disponibles librement sans...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
malvoyants_vision_artificielle

Malvoyants: bientôt une vision artificielle?

Des chercheurs de l’EPFL, en collaboration avec l’Hôpital ophtalmique Jules- Gonin à Lausanne, sont à la pointe de la recherche sur l’implant rétinien pour redonner la vue aux personnes aveugles ou malvoyantes.
Videos sur le meme sujet

Scandale des implants défectueux

Les implants se multiplient dans nos corps, pour nous aider à vivre mieux. Leur évolution technique les rend toujours plus faciles à placer, au point de nous faire oublier qu’il s’agit d’un élément étranger que notre corps devra accepter. Mais surtout, l’homologation de ces dispositifs médicaux par les fabricants a bénéficié jusqu’à aujourd’hui d’un manque de contrôle qui a nui à la sécurité des patients. Cette largesse de la réglementation a mené au scandale des «Implant Files», dénoncé dans toute l’Europe, et qui touche aussi la Suisse.

Des «super-greffons» pour soigner le diabète

Proposer des "super-greffons" de cellules pancréatiques à des patients souffrant de diabète sévère, cʹest une possibilité explorée à l'Université de Genève (Unige).

Une prothèse de jambe sensitive

L'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ) publie les premiers résultats sur une prothèse de jambe qui fournit des informations sensorielles à des patients amputés au-dessus du genou.