Herbes aromatiques: à parsemer sans modération

Dernière mise à jour 01/03/22 | Article
LMD_herbes_aromatiques
Il existe des dizaines de plantes aromatiques plus ou moins réputées, poussant sous toutes les latitudes. Thym, sauge, romarin, ciboulette… ces «herbes», utilisées pour leurs parties vertes – tiges, feuilles –, sont à distinguer des épices, condiments ou aromates, eux aussi très prisés par les chefs.

À lire

Des plantes contre les infections. Se soigner sans recours systématique aux antibiotiques, Kurt Hostettmann, éditions Favre, avril 2021.

Au-delà de leur intérêt culinaire, les herbes aromatiques sont plébiscitées en phytothérapie pour leurs nombreux bienfaits. Les trois principales familles sont les Apiacées (persil, coriandre, cerfeuil, aneth…), les Alliacées (ciboulette, ail des ours…) et les Lamiacées (basilic, romarin, sauge, sarriette, thym, menthe…), chacune avec ses particularités.

Pour affronter l’hiver

Vous avez sûrement déjà constaté les bienfaits immédiats d’une bonne tisane pour se remettre d’un coup de froid ou d’un vilain rhume. Certaines plantes possèdent en effet une forte action antibactérienne qui aide à lutter contre la toux ou les maux de gorge. C’est le cas du Thymus vulgaris (thym commun), qui permet de dégager les voies respiratoires lorsqu’il est utilisé en inhalation ou en infusion. «Les vertus antibactériennes et antifongiques du thymol, son principal composant, étaient déjà appréciées avant l’apparition des frigos. On en parsemait les viandes pour qu’elles se conservent plus longtemps.», raconte le Pr Kurt Hostettmann, professeur honoraire de pharmacognosie et phytochimie aux universités de Lausanne et de Genève. 

Autre alliée contre les affections hivernales: la sauge officinale. Plante aux propriétés antiseptiques, elle est notamment connue pour son action contre les infections virales et bactériennes. «Durant les épidémies de peste au Moyen-Âge, elle faisait partie des ingrédients composant le "vinaigre des quatre voleurs", dont s’aspergeaient, pour se protéger de la contagion, ceux qui allaient détrousser les cadavres», ajoute l’expert.

Aujourd’hui, utilisée en gargarisme, la sauge peut aider à soulager un mal de gorge et ses feuilles séchées viennent parfumer de nombreuses recettes de cuisine ou infusions. 

Pour soulager des problèmes digestifs

La plupart des plantes aromatiques sont connues pour favoriser une bonne digestion. C’est le cas de la sauge, du thym serpolet, du basilic ou encore du persil. Le romarin, lui aussi, aurait un effet protecteur pour le foie qui a fait l’objet de nombreuses études. Il est recommandé pour le traitement de digestions difficiles et de maux de ventre peu intenses. Pour cela, il est conseillé d’utiliser le Rosmarinus officinalis verbenoniferum, l’un des trois différents types de romarin, riche en verbénone, un composant aux propriétés hépatiques.

Autre herbe aromatique au goût relevé et aux vertus digestives: l’aneth. Se rapprochant du fenouil et de l’anis, elle soulage les troubles gastriques, les spasmes intestinaux, les gaz… «J’apprécie aussi beaucoup la sarriette, que l’on retrouve souvent dans la cuisine méditerranéenne et dont on connaît les bienfaits sur la digestion ou les ballonnements», ajoute Kurt Hostettmann. Cette plante aromatique aurait en outre une activité antiparasitaire, certains l’utilisant comme vermifuge naturel. 

Pour protéger le cerveau

Une étude américaine* a récemment mis en avant les vertus antitoxiques pour le cerveau du fenchol, un composant du basilic, qui pourrait notamment jouer un rôle de protection contre la maladie d’Alzheimer. Il stimulerait en effet la production dans les intestins de certains acides gras contribuant à la bonne santé du cerveau, mais dont la présence est réduite chez les personnes âgées atteintes de troubles cognitifs. Le fenchol pourrait ainsi empêcher l’accumulation de plaques amyloïdes menant à la destruction des neurones. «C’est peut-être une piste intéressante. Mais basée sur des travaux in vitro et in vivo sur des animaux, qui doivent être confirmés par de plus amples études sur l’être humain», tempère Kurt Hostettmann. En attendant, le basilic peut surtout être utilisé pour son goût très parfumé qui rehausse soupes ou salades. 

La recherche scientifique est plus avancée du côté du romarin. Des chercheurs de l’Université de Northumbria (UK)** ont mis en avant le rôle de cette plante sur les fonctions cognitives. Pour cela, ils ont placé vingt volontaires dans des cabines diffusant de l’huile essentielle de Romarin cineoliferum, riche en cinéole, à des concentrations différentes. À l’issue de cette exposition, les participants ont été soumis à un test neuropsychologique. Il est alors apparu que la performance cognitive était significativement liée à la concentration de cinéole absorbée. Plus récemment, c’est sur des enfants que cet effet a été étudié. En 2017***, des écoliers âgés de 9 à 11 ans ont été répartis pendant quinze minutes dans deux salles de classe différentes: l’une équipée d’un diffuseur aromatique à base d’huile essentielle de romarin, l’autre sans. Résultat, les performances linguistiques et mathématiques étaient meilleures chez les enfants ayant inhalé le romarin. «C’est peut-être la confirmation de ce que les Grecs anciens savaient déjà, constate Kurt Hostettmann. On frottait à l’époque le front et les tempes des enfants avec des brins de romarin pour stimuler l’intellect.» Notons que les propriétés du romarin à cinéole sont altérées par le système digestif lorsqu’il est ingéré. Pour booster sa mémoire, il est donc plutôt conseillé de l’utiliser en diffusion aérienne ou en inhalation. En cuisine, le romarin doit surtout être utilisé… pour son goût!

Quelques précautions

La phytothérapie doit faire l’objet d’une attention particulière, certaines plantes pouvant entrer en interaction avec des médicaments ou provoquer des effets secondaires. C’est le cas par exemple de la sauge. Efficace contre les bouffées de chaleur et les suées nocturnes, elle est intéressante pendant la ménopause. En revanche, sa teneur en phyto-œstrogènes la rend fortement contre-indiquée chez les personnes avec un cancer hormonodépendant. Elle contient aussi du β-thuyone, un composé abortif à haute dose, et est donc déconseillée chez la femme enceinte.

«Qui dit "naturel" ne signifie pas forcément sans danger, rappelle Bertrand Graz, médecin à la Fondation Antenna (natural-self-care.org), qui regroupe les références scientifiques pour toute une série de plantes. Malgré leurs nombreux bienfaits, certaines plantes doivent faire l’objet d’une attention particulière pour leurs potentielles toxicité ou interactions.»

___________

* Razazan A, et al. Activation of Microbiota Sensing - Free Fatty Acid Receptor 2 Signaling Ameliorates Amyloid-β Induced Neurotoxicity by Modulating Proteolysis-Senescence Axis. Front Aging Neurosci. 2021 Oct 5;13:735933.

** Moss M, Oliver L. Plasma 1,8-cineole correlates with cognitive performance following exposure to rosemary essential oil aroma. Ther Adv Psychopharmacol. 2012 Jun;2(3):103-13.

*** Moss M, et al. Any Sense in Classroom Scents? Aroma of Rosemary Essential Oil Significantly Improves Cognition in Young School Children. Advances in Chemical Engineering and Science, Vol.7 No.4, 2017.

 

Paru dans Le Matin Dimanche le 27/02/2022

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Automédication
paracetamol_ibuprofene_utiliser_risque

Paracétamol, ibuprofène, aspirine, etc.: comment les utiliser sans risque?

Les antalgiques font partie des médicaments les plus consommés en Suisse. Disponibles librement sans...
Lire la suite
Anesthésie

Effets de l’anesthésie sur le cerveau

L’impact d’une opération sur les facultés intellectuelles est avéré. On ignore pour l’heure les causes...
Lire la suite